Mozart était un Punk

Mozart était un Punk

4 septembre 2019 0 Par Olivier - Ride Your Life
15+
Temps de lecture estimé : 9 minutes
Favoris

Oui, un Punk ; avant l’heure.


Salut les loulous,

Le sujet de ce billet : surprise… c’est Mozart :p


Sommaire du billet « Mozart était un Punk » :


1- La musique classique et moi… >>

2- Biographie légèrement Romancée de Mozart, le premier punk >>

3- Le mouvement Punk | Bien après Mozart >>

4- La Culture Punk >>

5- L’idéologie Punk >>

6- Et pendant ce temps, aux USA… >>

7- Du Blues au Rock, du Rock au Rap… >>

8- Mozart : le premier Punk >>


La musique classique et moi…


En premier lieu, je n’apprécie pas – d’une manière générale – la musique dite classique.
Je précise bien « d’une manière générale ». Il peut y avoir ça et là des compositions qui interpellent mes oreilles, mais globalement, c’est – comme diraient certains amis – une musique de/pour musiciens.

La musique de/pour musiciens, selon moi, ça tourne assez souvent à l’exercice de style. Et cela ne m’intéresse absolument pas.
Ceci étant une généralisation, il y a des exceptions ; par exemple quelques valses viennoises, la Chevauchée des Walkyries – patin c’est super rock tout de même – et quelques autres morceaux.
J’ajoute le Boléro de Ravel, pas forcément parce qu’il me met en extase pour sa qualité intrinsèque – en plus, ce morceau est dans sa forme redondante un exercice de style…. réussi, cela dit – mais bien plus parce que je ne peux l’entendre sans repenser à cette scène :

– Source : Youtube – Extrait du film Elle –

Je suis un grand romantique.

Pour qu’une musique me plaise, il faut que j’en retire une émotion. Je peux également être sensible au beat.

A de rares morceaux près (allez, je vais être généreux : genre l’ouverture des Noces de Figaro), je n’apprécie pas la musique de Mozart.
Ça fait super branchouille dans certains milieux de dire « j’aime Mozart ».
Je ne fréquente pas ces milieux. Je m’en branle.

Cela dit, ce qui m’intéresse aujourd’hui en Mozart, c’est l’homme.


Biographie légèrement Romancée de Mozart, le premier punk


Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus MozartSource : Wikipedia / https://fr.wikipedia.org/wiki/Wolfgang_Amadeus_Mozart ; autant vous dire que jusqu’à aujourd’hui, j’ignorais 3/5 de son nom d’origine – celui que je vais plus simplement nommer Wolfgang Amadeus Mozart, voire tout simplement Amadeusça je connais par contrenait à Salzbourg le 27 janvier 1756.


Son Papa, Leopold Mozart, est un docker sans emploi – il n’y a pas de port maritime à Salzbourg – et joue donc du violon puis compose quelques morceaux afin d’arrondir les fins de mois du ménage Mozart.
Sa Maman, Anna Maria Perti, confectionne des croissants qu’elle fait livrer à Vienne à dos de chwal.

Le couple aura 7 enfants, dont la plupart connaîtront une mort précoce, en raison des difficultés – maladies, mauvaise nourriture, malchance – rencontrées par beaucoup de familles nombreuses.

Amadeus manifeste très tôt des dons de prodige dans le domaine de la musique.
Aidé et encouragé par son papa, Leopold, il apprend rapidement le clavecin – le synthé de l’époque – puis le violon, l’orgue, ainsi que le luth, instrument qu’il manipule avec virtuosité tout en se déhanchant. Hélas, les mœurs de l’époque n’étant pas prêtes à accueillir ce type de comportement, il cachera cette pratique, qui n’est d’ailleurs mentionnée dans aucun autre article. Il s’agit donc d’une info exclusive de Ride Your Life.

Je vous épargne un certain nombre de détails tous plus ennuyeux les uns que les autres, afin de ne mentionner que les dates, périodes et quelques anecdotes croustillantes – comme les croissants de sa moman – qui ont marqué sa somme toute courte vie.

En 1762, à peine âgé de 6 ans, il est remarqué à l’occasion d’un genre de télé-crochet. Il n’y avait pas la télévision à l’époque, certes, mais l’idée est là. C’était un genre de concours pour jeunes musiciens, donc.

Grand vainqueur historique – car plus jeune vainqueur de cette prestigieuse épreuve – il signe alors avec une maison de disques un producteur qui est persuadé qu’il va se faire des yecous en or grâce à ce jeune virtuose.

S’en suit une tournée épuisante de près de 5 ans, qui va d’ailleurs – entre autres facteurs – compromettre sa croissance (ce qui, pardonnez-moi pour ce jeu de mots, est tout de même assez cocasse quand on se souvient que moman confectionnait des croissants).
Mozart ne sera pas grand par la taille ; il sera immense par sa vie de flambeur, de séducteur invétéré, de niqueur compulsif. Nous allons nous en rendre compte plus loin dans cette bio.

Vers 1780, il fait la connaissance de Joseph Haydn. Le coup de foudre artistique et amical est pour ainsi dire immédiat. Joseph, son aîné, reconnait en lui un génie de la musique. Amadeus voit en Joseph un père spirituel.
Une admiration réciproque et une grande amitié les lieront jusqu’à la fin de la vie d’Amadeus.

En marge de cette amitié, Amadeus entretient des relations souvent difficiles avec le gratin de l’époque, à quelques heureuses exceptions près.
Les cadors de l’époque – le haut du gratin, la couche d’emmental – ce sont les membres des cours royales et impériales, les familles princières, qui bien souvent sont les mécènes.
Car si gagner sa vie en tant que musicien demeure quelque chose de difficile de nos jours , il n’y avait en outre à cette époque ni les maisons de disques, ni les sites de streaming actuels, qui rémunèrent plus ou moins directement les artistes modernes, notamment en reversant des droits aux artistes.
Le mieux était donc clairement avoir des mécènes.

Le jeune Amadeus connaîtra nombre de désillusions et de revers, tout comme il refusera certaines propositions qui auraient pu le rendre riche.

Il gagnera toutefois de l’argent – parfois de coquettes sommes, mais il le dilapidera encore plus vite.
Amadeus apprécie les femmes, les fringues à jabots, fume un peu de weed de temps en temps, et kiffe les bagnoles de sport ; il séduira énormément, copulera beaucoup. Tout en étant marié.
Complexé par un physique pas forcément facile, il transcendera cela en se forgeant une réputation de génie musical, nullement usurpée. Et en usant de son intelligence ; car oui, à cette époque-là, il y avait déjà des femmes sapiosexuelles.

Après une courte vie mouvementée et haute en couleur, Amadeus s’éteint le 5 décembre 1791, malade, isolé et ruiné.
Il sera enterré dans une fosse commune, bénéficiant de ce que certains qualifient pudiquement d’un enterrement de troisième classe.
Toutefois, quelques jours après sa mort, un service commémoratif lui sera dédié le 14 décembre, à Prague, devant des milliers de personnes.


Génie de la musique à la vie souvent difficile mais presque aussi souvent étincelante, Amadeus ne connut jamais la gloire profitable durant sa vie.
Mais il aura enrichit depuis un grand nombre de chefs d’orchestres, de « musiciens » repompant son œuvre afin de composer de la soupe variétoche, et autres maisons de disques.

Telle est la gloire posthume.

(Sources : Wikipedia – https://fr.wikipedia.org/wiki/Wolfgang_Amadeus_Mozart et – ne nous mentons pas – mon sens inné de la romance)


Le mouvement Punk | Bien après Mozart


Il s’agit d’un mouvement qui revêt des aspects musicaux que des aspects idéologiques, graphiques et vestimentaires.

Je vais m’intéresser au Mouvement Punk Britannique de la fin des années 1970.
Les 2 groupes parmi les plus emblématiques – pour des raisons assez différentes – restent les Sex Pistols et The Clash.


Quelques mots les Sex Pistols et The Clash

Les Sex Pistols sont représentatifs d’une certaine image du mouvement Punk, c’est notamment en raison de leur gout prononcé pour la provocation, la violence de certains de leurs propos… ainsi que celle régulièrement manifestée à l’occasion de leurs concerts.
La mort tragique et prématurée de leur second bassiste, Sid Viscious, ajoutera encore à leur légende.

The Clash, de son côté, est un groupe de très bons musiciens.
Leurs textes sont très politisés et/ou abordent des problèmes sociétaux. Si ceux-ci peuvent être perçus comme provocateurs par certains, ils représentent bien une composante importante de l’idéologie du Mouvement Punk.
S’ils provoquent certains, ça n’est à mon sens pas par volonté de provoquer pour provoquer, mais bien plus celle d’interpeler, de réveiller les consciences. Et de faire savoir à ceux qui souffraient qu’ils n’étaient pas abandonnés de tous.

Souvent fauchés, ils vont gagner peu d’argent au travers de leur travail principale.

Ils apprécient la musique, et veulent que la leur soit accessible au plus grand nombre. Ce sont des ouvriers – terme que j’emploie volontairement, et qui recouvre à mes yeux une acception positive – de la musique. De très bons ouvriers de la musique, et ils savent qu’une part importante de leur public est elle aussi issue du milieu ouvrier
Le contexte social de la Grande-Bretagne est délétère. Les années 1970 sont marquées par 2 chocs pétroliers, qui ont induit une forte réduction de la croissance, et mis un terme aux « 30 glorieuses ».
Le monde occidental est en crise, la société britannique est en phase de décomposition sociale.

The Clash, c’était du Punk Adulte. Pas de la rébellion adolescente.


La Culture Punk


Vaste sujet, que je n’ai ni les compétences, ni l’ambition, ni forcément le temps de recherche documentaire requis afin d’en brosser un portrait exhaustif et rigoureux.

Je vais m’attacher à une partie de son aspect graphique.

« Un punk, c’est un gazier ou une fille avec une crête colorée sur la tête »

Alors oui, ça peut être cela, notamment…

Mozart était un Punk
– Source : Image par ArtTower de Pixabay

Alors bien entendu, la coupe Mohawk, également appelée Iroquoise, est assez emblématique de la culture punk.
Les cheveux colorés également.

Mais ça n’est pas QUE cela.
Loin de là.

La culture punk au sens graphique de la question, c’est notamment une utilisation de certains codes capillaires (la coupe de cheveux, donc) et vestimentaires dans des versions originales, parfois dégradées (les jeans déchirés, par exemple) ou détournées (le tartan, par exemple). Sans compter les « boucles d’oreilles » maison, dont les épingles à nourrice.
C’est aussi l’utilisation du graffiti ; si les punks ne sont pas à l’origine de cet art graphique, ils en ont été un vecteur important.

Le mouvement punk a beaucoup créé, en détournant, en adaptant, souvent avec des moyens financiers limités.


L’idéologie Punk


Ici encore, il s’agit d’un vaste programme.

Un mot peut en qualifier l’essentiel : l’Anarchie.

Parce que l’idéologie Punk, c’est la manifestation d’une volonté de libération personnelle.
Cette libération passant par le reniement de l’autorité ; si il ne s’agit pas de renier toute forme d’autorité – parce que même un mouvement qui annonce renier l’autorité finit par avoir des représentantsqui font autorité – il s’agit de contester un ordre établi.

C’est aussi une idéologie paradoxale, dans une certaine mesure : « No Future », et une forme d’expression joyeuse de cette idée.

Eric Débris (oui, beaucoup de punks font preuve d’autodérision, notamment dans le choix de leurs pseudos), du groupe de punk-rock français Métal Urbain, aurait ainsi déclaré :

« le monde n’était pas en couleurs mais en noir et blanc »
– Source : Wikipedia – https://fr.wikipedia.org/wiki/Id%C3%A9ologie_punk#Nihilisme_vs._avenir –

Sous entendu, selon mon interprétation : la société [britannique tout particulièrement] était grisâtre [villes ouvrières sinistrées, presse pessimiste, météo… euh… :D], et les Punks, ont la contestant, on amené beaucoup de couleurs.
Par effet de contraste vs. cette grisaille, et aussi finalement, parce que teintée (c’est le bon terme) d’une relative insouciance, d’un humour grinçant, et finalement d’une certaine forme d’optimisme.

Par la suite, le mouvement punk, dans l’évolution de son idéologie, a embrassé diverses causes : antiracisme, parfois le féminisme, et d’autres encore.
Bref, une idéologie tournée vers la compassion envers ceux qui souffrent de diverses formes d’ostracisme.

Ainsi, le mouvement punk, partant d’une vision désespérée d’une société désespérante pour beaucoup a finalement donné naissance à un certain message d’espérance.


Et pendant ce temps, aux USA…


Si le style / genre musical punk est né aux États-Unis, le mouvement culturel et musical qui s’en est le plus rapproché au niveau idéologique à la période du mouvement punk britannique, est le rap.

S’il s’en est différencié – surtout durant sa genèse – par son côté très ethnique, les textes des premiers morceaux de rap étaient clairement axés sur une contestation d’un ordre établi (qu’à titre personnel, je trouve en effet abominable).

Je n’en dis pas plus aujourd’hui concernant le Rap, qui aura son billet, parce qu’il y a beaucoup à en dire.
Je voulais juste préciser mon point de vue à ce sujet dans le contexte du mouvement punk.


Du Blues au Rock, du Rock au Rap…


J’ajoute tout de même, notamment parce que cet Artiste est un de mes all time fav, qu’Elvis Presley a sans doute chanté l’un des premiers textes proches de l’idéologie rap originelle.
L’un des premiers à être mondialement connu, veux-je dire.

Elvis Presley – In the Ghetto :

– Source : Youtube – Elvis Presley / In the Ghetto –

Comme souvent, je vous invite à consulter les paroles de cette sublime chanson en recherchant à l’aide du savant Internet.
Pour ma part, c’est ultra clair : c’est une thématique rap. Je ne parle bien entendu pas du style musical.

S’il n’était ni punk ni rapeur, Elvis partageait une partie de l’ADN de ces 2 cultures.

Et bien entendu, l’immense Elvis aura son billet sur Ride Your Life.

Sinon, vous pouvez aller lire ce billet et vous saurez que Neil Young a fortement influencé le mouvement Grunge >>


Mozart : le premier Punk


Oui parce que bon, à la base, c’est ça l’idée…

Certes.

C’est un autre artiste de génie qui m’a en fait inspiré le titre de ce billet.
Cet artiste est l’un des précurseurs européens du rap : le génial et regretté Falco.


Falco & Opus & Friends – Rock Me Amadeus (live) :

– Source : Youtube – Falco, Opus et KGB / Rock me Amadeus live –

Génie Autrichien de la musique, Falco – ici invité par le groupe Opus – chante cette version – accompagné du gratin de la scène autrichienne de l’époque – et délivre une prestation d’anthologie d’un de ses morceaux mythiques.

Une fois encore, je vous invite à consulter le texte de cette chanson.
Je vous en propose toutefois un extrait des paroles :

« Er war ein Punker […] | Frauen liebten seinen Punk »

Ce qui signifie sensiblement :

« Il était un punk » | « Les femmes aimaient son côté punk »

– Source : extrait des paroles de la chanson Rock Me Amadeus de Falco –


Falco, à l’aide de nombreuses punchlines, décrit un Amadeus notamment génial et ultra créatif, mais également subversif, débauché, grand séducteur, flambeur invétéré, fauché chronique harcelé par ses créanciers.

Un contestataire de son époque : un Punk.

Il s’agit à mon gout du plus grand hommage jamais rendu à Amadeus.
Il a fallu que ce soit un autre génie – Falco, lui aussi Autrichien – qui le lui rende.


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Ce billet vous a plu ?

Ceux-ci pourraient alors également vous intéresser :




Crédits :
Illustration principale : Image par Iva Balk de Pixabay
Vidéo et musique : Youtube et les ayants-droit
Wikipedia qui m’a bien aidé à combler certaines lacunes concernant Mozart :p

Falco, le plus grand rapeur européen – voire du monde

Mozart était un Punk
Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)
15+