Votre carte, siouplait…

Votre carte, siouplait…

8+
Temps de lecture estimé : 13 minutes
Favoris

Salut les loulous,

Causons Cartes de Visite.

Je ne souhaite aucunement vous demander si vous avez une carte routière dans votre voiture (vous êtes moderne, vous avez un GPS – la carte routière reste toutefois un excellent joker), ni m’immiscer dans votre vie au point de vérifier si vous exercez légalement le métier de journaliste, ni savoir si vous planquez des cartes à jouer dans vos manches, ni vous demander si vous avez la carte d’un parti politique ou d’une association etc…


Bref, je vais bien vous causer de Cartes de Visite.
Parce que j’en ai envie.
Vous noterez au passage que je n’ai pas tenté de vous enduire d’erreur induire en erreur via la photo principale.


Sommaire du billet « Votre carte, siouplait… » :


1- Pourquoi causer de Cartes de Visite ? >>

2- Parlons de sphères >>

3- Carte de Visite & Sphère Professionnelle >>

4- Carte de Visite & Sphère Privée / Associative >>

5- Les Éléments à faire figurer sur vos Cartes de Visite >>

6- Le Concept de la Carte de Visite : laisser vos coordonnées >>

7- Combien ? >>

8- Les cartes de visite, c’est comme une chambre… >>

9- Synthèse de ce billet, ou presque >>

10- Soignez votre image >>

11- Les Cartes de Visite de Ride Your Life sont arrivées >>


Pourquoi causer de Cartes de Visite ?


En tout cas pas parce que je suis imprimeur (déjà parce que je ne le suis pas) ni que je commercialise ce produit (pour le moment :p).

Donc, si j’en cause via ce billet, c’est parce que d’une part vous aurez noté que vous êtes dans la catégorie LifeStyle, et d’autre part parce que je considère que c’est un outil de communication presque incontournable.
Quand on soigne son LifeStyle, obviously :p

Et comme j’ai la foi en vous, je m’échinerai durant toute la vie de ce blog à vous aider dans ce domaine.
Parce que vous le valez bien, que vous vous appeliez Laure, Al ou tout autrement (ce qui n’est pas un prénom commun, j’en conviens).


Parlons de sphères


Pas parce que je suis un cador en géométrie.

Il y a donc la sphère professionnelle, puis la sphère privée.
Comme ce blog en général et spécifiquement ce billet traitent du LifeStyle, je vais passer rapidement sur la sphère professionnelle, en y effectuant toutefois une brève étape, et me consacrer plus amplement à la sphère privée / associative.


Carte de Visite & Sphère Professionnelle


Pour ma part, je considère comme tacite le fait de mettre à disposition de ses collaborateurs des cartes de visite, s’ils sont amenés – même occasionnellement – à avoir des contacts avec des partenaires externes (clients, fournisseurs et tutti quanti mon kiki).

Si je considère que cela reste – en ce qui me concerne – tout à fait obvious, dear Captain, mon avis n’est (hélas) pas encore – à l’heure à laquelle j’écris ce billet – au bon gout en matière de business ce que le mètre-étalon est au système métrique.

J’invite donc les chefs d’entreprises qui n’en mettent pas à la disposition de leurs collaborateurs à rentrer dans le rang obtempérer à cette injonction le faire.
Il serait dommage, voire ballot, que l’un de vos collaborateurs n’ait rien sous la main pour transmettre ses coordonnées professionnelles (et donc les vôtres) à ses partenaires (donc là encore aux vôtres), en-dehors d’un bout de papier qui, ne nous mentons pas, servira dans l’heure qui suit à emballer un chewing-gum, ou pire, d’ersatz de papier hygiénique. D’un autre côté, il risque fortement d’être pris comme tel.

Ayez donc la classe.

Celle que vous méritez, et que vos collaborateurs méritent.

Pour vos collaborateurs ayant beaucoup de contacts avec des partenaires – je cause ici de contacts professionnels, ils font ce qu’ils veulent de leurs fesses, mais dans ce cadre, il ne me semble pas primordial que vos coordonnées apparaissent – le Docteur Ride Your Life préconise des cartes de visite personnalisées ; pour être tout à fait précis : elles doivent être nominatives, ou au minimum (parce que vous avez décidé de montrer pingre) comporter le nom du service auquel ils sont rattachés.

Pour les autres collaborateurs, ceux dont les relations avec des partenaires (professionnels, donc) sont plus occasionnelles, songez à faire imprimer des cartes génériques, neutres, c’est à dire sans mention nominative (mais tout de même avec vos coordonnées).
Sans vouloir vous interrompre dans votre rêverie, songez aussi à les distribuer, ou au moins à faire savoir où elles se trouvent – par exemple via votre panneau d’affichage, une note de service, un mail de groupe – puis un rappel pour chaque nouveau collaborateur ; cela aide à l’intégration.

Tous ces conseils valent, que vous dirigiez une méga entreprise mondiale, une grande entreprise, une PME, une TPE ou encore que vous soyez artisan / indépendant.
C’est juste l’échelle de distribution des cartes en interne qui changera.
Dans ce domaine non plus, la taille ne compte pas.

J’ai menti – à l’insu de mon plein gré – au début en écrivant que l’étape Sphère Professionnelle allait être courte. J’ai une excuse : je ne suis pas, Sire, concis.
Cépamafot (céjamémafot), je suis atteint de logorrhée, même au niveau des doigts.


Carte de Visite & Sphère Privée / Associative


Si la carte de visite est un standard relativement (oui parce que bon wala koa) répandu dans la Sphère Professionnelle, la donne change concernant la Sphère Privée, à laquelle j’associe la Sphère Associative.

Si certaines personnes ont pris l’habitude d’en faire imprimer à titre privé, cela reste un choix, avec une occurrence moindre que dans le domaine professionnel.

Pourtant, nous sommes des êtres sociaux (des zanimals sociaux… faits pour vivre seuls, dixit mon frère aîné).
Nous échangeons avec de nombreuses personnes, dans des contextes divers : rencontres dans la rue, soirées, terrasses de cafés, restaurants, discothèques, clubs échangistes, thés dansants etc…
Vous n’êtes pas dans l’obligation de fréquenter tous ces lieux.

Dans toutes ces situations – et bien d’autres encore), nous pouvons être amenés à échanger nos coordonnées : nous sympathisons, nous nous trouvons des affinités, la soirée dans le club était super mais ça serait encore plus fou à la maison etc….
Bien entendu, le torche-cul écrit sur un bout de nappe, une feuille volante, la liste des courses, la cravate, le creux de la main etc… constituent autant de solutions plus ou moins indélébiles, et toutes volatiles – ce qui n’est pas contradictoire.
De même, personne moderne et branchée que vous êtes – tout en raffolant du vintage, vous avez décidément toutes les qualités requises, vous avez un smartphone dernier cri, grâce auquel vous pourrez saisir les coordonnées souhaitées.
Cela fonctionne également avec un vieux portable pourrave, tant qu’il a un bloc-notes intégré ; sinon entrez le numéro dans le répertoire de votre téléphone.

Oui, tout cela est possible. Mais ça n’est pas Ride Your Life.
Vous, vous avez la classe. Vous avez l’esprit Ride Your Life.

Donc vous vous faites imprimer des cartes de visite.
De même si vous êtes membre du bureau d’une association ; ça pète de sortir la carte de visite de votre association « Nous pêchons les seins (ou la quéquette) à l’air » avec vos coordonnées dessus – mais je vous déconseille de mettre la photo de vos nibards ou de votre kiki – cependant, c’est vous qui voyez.

Vous êtes convaincu(e) : vous devez vous faire imprimer des cartes de visite.
Nous allons maintenant étudier les mentions qu’elles doivent comporter.


Les Éléments à faire figurer sur vos Cartes de Visite


Oui, kékonmark sur les cartes de visite ?

Oh ben nous, rien.

C’est le boulot de l’imprimeur / du prestataire que vous allez retenir ; encore faut-il lui dire ce qu’il doit imprimer / faire imprimer.

Étudions donc cela ensemble.


Rappel :

Le but d’une carte de visite, contrairement à ce que cette expression pourrait laisser supposer, ça n’est pas de visiter.
C’est plutôt de permettre de transmettre votre identité (sommaire, votre blase koa) et vos coordonnées aux personnes auxquelles vous la remettez.

Les coordonnées, de nos jours, c’est assez vaste, parce que nous sommes nombreux à posséder un domicile, 1 ou 2 numéro(s) de téléphone et au moins 1 adresse mail (hélas, tout cela n’est pas vrai pour tout le monde).

Donc, vous devez (en gras) et/ou pouvez (pas en gras, donc) faire figurer sur votre carte de visite :

Votre prénom, votre nom.
Le nom de votre entreprise / entité, pour les professionnels et les associations.
Votre fonction – pour le business, principalement.
Non, « Beau gosse » n’est pas une fonction.
« Musicien amateur », par contre, ça peut faire le job.
Un logo (pour les entreprises / entités) ou un symbole – pour les particuliers / en option.
Une adresse : numéro de voie, type de voie, nom de la voie, CP et ville.
Sauf rares cas spécifiques pour les cartes de particuliers.
– Au moins 1 numéro de téléphone, voire 2 : fixe et mobile.
1 adresse mail.
Pour les professionnels, certaines personnes physiques, ou les associations : l’adresse du site Internet, le cas échéant.
Idem si vous avez un site personnel à teneur convenable (pour le mien, c’est dead).
– 1 photographie type identité (évitez la photo façon poseur devant sa glace ou sur son surf, mais bon, pourquoi pas…). Ou pire, une photo prise durant l’un de vos cours de boxe (y en a même qui la mettent sur leur site). Sauf si vous êtes professeur de boxe :p

Vous hésitez à mettre tout cela, parce que bon, j’voudrais pas trop qu’on m’emmerde à m’envoyer des mails, à m’appeler, à m’écrire toussa toussa


Le Concept de la Carte de Visite : laisser vos coordonnées


Oui mais en fait, le concept, c’est d’indiquer vos coordonnées, histoire que la personne communique avec vous ultérieurement. Si cela n’est pas votre but, allez vous faire tirer le portrait et distribuez des photos dédicacées.
Donc vous les mettez, vos coordonnées. Bien entendu, vous pouvez choisir de ne pas toutes les indiquer ; par exemple, vous pouvez choisir de ne pas mettre votre adresse, ou encore de ne mettre qu’un numéro de téléphone – même si vous en avez 2, mais bon y en a un qui est réservé à la sphère ultra-privée.
L’adresse mail, j’ai très envie de ne pas la zapper. Au pire, faites comme presque tout le monde : créez une adresse mail secondaire (via les divers fournisseurs de webmail). Songez toutefois à éviter les adresses à la con du genre beaugosse-bienmonte@provider. fr ou encore coquine_69@provider.com. Vous allez les distribuer à des gens qui pourraient être amenées à vous proposer du travail, ou des activités non sexuelles.

La carte de visite doit être – de ce point de vue – assez neutre.
Pensez également à faire le ménage au niveau des annonces de la messagerie vocale de votre téléphone mobile, si – je vous pardonne de l’avoir fait – vous avez à une époque trouvé judicieux d’enregistrer un message super trop rigolo du type « Vous êtes bien sur la messagerie de Chaud Lapin du 77 / Leeloo Sexy du 47. Pour un message lambda, tapez 1, pour un message à caractère sexuel, tapez 2 ».
Pffff, tu déconnes, ça n’existe pas…
Si si… Il m’est arrivé d’aboutir sur un message de ce genre en appelant la baby-sitter de mon Fiston, il y a quelques années.
Je précise que je n’ai pas appuyé sur 2. Mon ex-femme était avec moi à ce moment-là.


Le visuel

Il y a donc le logo – pour les professionnels, principalement, la photo éventuelle, ou encore le symbole.

Dans le domaine professionnel, cela se fait de plus en plus.
Après, c’est vous qui voyez.
Si vous êtes photogénique, n’hésitez pas. Si vous ne l’êtes pas ou estimez ne pas l’être, ou que cela vous met mal à l’aise pour quelque raison que ce soit, ne la mettez pas.
Il faut être à l’aise quand on distribue – d’un geste élégant de la main – ce bout de papier qui va vous rendre tellement plus classe.

En alternative à la photo, nous avons vu plus haut que vous pouviez faire figurer un autre type de visuel.
Par exemple, si vous êtes musicien amateur, une guitare (sauf si vous jouez de la trompette ; ben là vous mettez une trompette ou une note de musique) ; ou encore si vous êtes écrivain / auteur à vos heures perdues, une plume. Bonus : si vous vous reconvertissez ultérieurement dans l’ornithologie, vous pourrez conserver la même carte.


Le format

Il existe divers formats et standards, selon l’utilisation.

Les 3 principaux sont :

– Le format « carte commerciale » / « business card » / « carte d’affaire ».
Dimensions : l. 85 x h. 54/55 mm. Ces dimensions sont très proches de celles des cartes bancaires.
Il s’agit du standard pour les cartes de visite de commerciaux, par exemple.

– Le format « particuliers » / parfois dénommé cartes de visite grande taille ou XL.
Dimensions : l. 128 x h. 82 mm.
Il s’agit d’une version légèrement rectifiée d’un ancien grand standard, le « format 30 ».
Ce format est très utilisé par les particuliers.
Il permet généralement d’ajouter un mot manuscrit à l’occasion de correspondances cordiales.

– Le format « cartes de correspondance ».
Dimensions : l. 210 x h. 100 mm.
Ces cartes sont utilisées à des fins de correspondance cordiale, agrémentée d’un texte manuscrit en fonction de l’usage – une personnalisation au cas par cas, par son émetteur, disons.

Outre ces formats qui représentent l’essentiel du marché, il existe des formats atypiques, vraisemblablement en vogue pour certaines sociétés / entités qui souhaitent se démarquer.
Exemple : le format carré 65 x 65mm.

Pour ma part, je vous recommande le format « carte commerciale » 85 x 54/55 mm, principalement pour des raisons pratiques : vous pourrez les ranger aisément dans votre porte-cartes ou portefeuille.
Le format « particuliers » / « grande taille » peut également être retenu, si vous pensez que vous allez fréquemment avoir à ajouter un mot manuscrit sur vos cartes. Il permet encore un rangement dans un portefeuille, mais pas dans un porte-cartes.


La présentation

Je fais ici référence à la mise en page et aux couleurs.
D’une manière générale, préférez une présentation sobre, en évitant surtout une trop grosse densité (ou surcharge).

Si vous exercez une activité plus artistique – ou aspirez à l’exercer, vous pouvez choisir / imaginer une présentation plus décalée, un fond de couleur, une police de caractères originale.

Songez malgré tout que si une carte de visite qui se distingue présente des avantages (elle ressort mieux parmi d’autres), elle doit rester lisible.
Chercher l’originalité, c’est parfois une bonne idée. Nuire au but premier – transmettre votre identité sommaire et vos coordonnées, est hélas souvent contreproductif.


Les finitions

Une carte de visite peut-être pelliculée, vernie, à coins carrés ou arrondis (cela commence à être en vogue) etc…

Une fois encore, songez à l’aspect pratique : une carte avec un pelliculage, c’est plus joli / soigné, mais cela peut vous empêcher d’ajouter un mot manuscrit en utilisant certains instruments d’écriture – un stylo à bille et un stylo plume, ou encore un feutre, ça ne donnera pas le même résultat sur ce type de support.
Si vous pensez n’avoir jamais à écrire sur vos cartes, cela est sans impact. En outre, vous pouvez demander un pelliculage recto (et donc pas verso), et ainsi écrire au verso de votre carte.


Recto ou Recto / Verso ?

Devez-vous / pouvez-vous faire imprimer vos cartes de visite sur les 2 faces de celles-ci ?

Comme suggéré précédemment, l’avantage d’un verso vierge réside dans la possibilité qu’il offre d’ajouter un mot manuscrit – qui ne viendra pas ruiner le superbe design de votre carte, également.

Principalement pour les professionnels :

L’impression recto / verso présente quant à elle certains avantages, notamment si vous souhaitez ajouter de nombreuses mentions sans pour autant surcharger le recto.
Par exemple, si vous êtes artisan généraliste dans le BTP, vous pouvez ajouter l’étendue de vos compétences au dos : plomberie, zingage, couverture, terrassement etc….
Ou encore, si vous commercialisez des produits et/ou services, soit un listing de vos produits et services principaux – ou gammes, soit des petites photographies (mignonnettes) ou pictogrammes relatifs à vos gammes / produits / services.


Combien ?


Comme évoqué précédemment, je ne suis (à ce jour) ni imprimeur, ni prestataire de services d’impression – même si je fais de mon mieux pour en laisser une bonne.


Combien de cartes faire imprimer ?

Alors là, c’est vous qui voyez, mais rien n’empêche une approche rationnelle.
Si vous avez une vie sociale proche de celle d’un ermite, mais que vous y songez tout de même : une centaine. 100, pour être précis, parce que ça fonctionne ainsi.
Si vous avez une vie sociale prolifique, que vous êtes un hyper communiquant, ou encore que vous sentez que vous êtes une star en devenir : 200 à 500.

Ce sont vos tunes, c’est vous qui voyez.


Combien ça coûte ?

Alors je ne suis pas Jean-Pierre Pernault – que je salue amicalement au passage, parce qu’il a la gentillesse de parler de nous, les Oubliés, régulièrement durant son JT.

Il y a de nos jours de nombreux prestataires qui peuvent vous proposer des services d’impression, à des prix assez variés.

Si vous avez une approche purement budgétaire :
Optez pour des sociétés qui proposent ce type de service en ligne.
Avantage : c’est du dumping au niveau des prix.
Inconvénients : ça se passe à distance, donc soyez méticuleux concernant votre brief. Idéalement, faites une maquette sous Word à l’aide d’un logiciel de traitement de texte de votre choix (Word ça va très bien, j’insiste, Messieurs les censeurs).
En outre, c’est rarement imprimé en France.

Si vous avez une approche cocardière, voire patriotique – ou tout simplement pratique :
Vous pouvez – selon votre budget – aller dans un superstore de fournitures de bureau (bon allez, j’me lâche : je suis allé chez Top Office afin de faire imprimer celles de mon activité de consulting), ou encore chez un imprimeur.
L’avantage de ces solutions « de visu », c’est que vous pouvez discuter avec la personne, qui dispose en outre d’un niveau plus ou moins élevé d’expertise en la matière.

Si vous êtes un rat fini et/ou voulez en imprimer très peu :
Il existe des papiers spéciaux – généralement vendus avec un logiciel (voui, je sais, ou un lien vers un logiciel à télécharger :p) qui vous permettra de pondre une œuvre qui laisserait Geoffroy Estienne pantois.
L’inconvénient majeur : la qualité est moindre parce que vos cartes sont imprimées sur une feuille comportant des micro-perforations ; ça se voit tout de même.
En outre, et paradoxalement malgré le petit nombre imprimé, c’est la solution la plus polluante (parce que mise en boîte, papier spécial, impression avec votre imprimante qui bouffe 12 litres aux 100 etc…).

Est-ce polluant de faire imprimer ?


Impact sur l’environnement

Car hélas, nous sommes bien d’accord, les cartes de visite ne poussent pas sur les arbres, et les imprimeries polluent. Je ne les pointe pas du doigt, je ne balance pas, j’explique de manière tout à fait sincère mon point de vue.
Toute activité faisant intervenir des produits transformés tend à polluer, voilà tout ce que je veux dire.


Je précise que je ne suis pas écologiste.

Pas que l’idée me déplaise (bien au contraire), mais étant rédacteur / publicateur d’un blog, roulant en bagnole diesel et consommant du courant, je bouffe une partie de la banquise au travers de tout cela. Et pas que.
J’en suis réellement désolé, mais il se trouve que pour le moment, c’est mon mode de vie.
Si j’écris que je ne suis pas écologiste, je veux donc dire que je n’ai pas l’ambition ou l’espoir de le devenir. Je tente juste de tenir des propos cohérents par rapport à mon mode de vie.

Pour autant, je fais des efforts quotidiens pour raisonner mes excès de consommation éventuels : je ne jette pas n’importe quoi n’importe où ; je trie mes déchets (et mes factures) ; limite mes impressions papier (les autres, je n’y peux rien) ; n’achète pas de papier extra-blanc – parce que franchement je m’en branle qu’il soit extra-blanc. 99% de ce que j’imprime finira tôt ou tard à la benne (ou aux WC).
Surtout que le blanchiment du papier est probablement l’opération la plus polluante du circuit.

J’essaie de polluer le moins possible au travers de ce que je peux identifier comme étant polluant ET superflu.

Donc, si vous partagez ce point de vue, je vous invite à demander à votre prestataire s’il a des solutions du type papier recyclé et utilisation d’encres végétales.

Et accessoirement à plutôt faire travailler l’imprimeur ou le superstore le plus proche de chez vous afin de ne pas cramer 20 litres de gasoil pour aller faire imprimer 200 bouts de carton.


Les cartes de visite, c’est comme une chambre…


… ça se range.
Et en plus : ça se protège.

Il serait dommage d’avoir fait imprimer de belles cartes de visite et de vous apercevoir qu’elles ressemblent à un bout de carton tout dépenaillé lorsque vous voulez en distribuer.

Donc rangez-les avec soin dans un compartiment de votre porte-cartes / portefeuille, ou optez pour un étui à cartes de visite – vous en trouverez aussi bien en VPC que dans certains superstores de fournitures de bureau.
L’étui, c’est la classe à Dallas.


Synthèse de ce billet


Pour synthétiser (donc très bien pour les feignasses, sauf que celles-ci ont décroché bien avant d’arriver à ce point du billet : bien fait :p)

– Les cartes de visite, que vous soyez professionnels, particulier, entre-deux, membre actif du bureau d’une association ou encore étudiant, constituent un excellent moyen de laisser à vos relations une trace pérenne de vos coordonnées (et ainsi leur rappeler en partie qui vous êtes).

Quitte à en faire imprimer, faites-le bien.
C’est à dire réfléchissez bien aux informations à faire figurer.

Faites figurer des informations factuelles, dans la majorité des cas.
Si vous êtes un artiste, amateur ou professionnel, vous pouvez vous permettre un peu plus de fantaisie.

Menez une réflexion marketing avant de faire imprimer vos cartes.
Posez-vous les bonnes questions.

La sobriété paye, la lisibilité également.

Ayez vos cartes sur vous, tout le temps, soigneusement protégées dans votre porte-cartes ou portefeuille – ou étui ad-hoc.

– Même si cela peut sembler décalé (parce que cela « mange » des arbres, pollue…), essayez d‘adopter une attitude écoresponsable, dans la mesure du possible.


Soignez votre image


Votre carte de visite véhicule votre image, enfin celle que vous souhaitez communiquer.
Soignez-la.

Yapluka.


Youpi ! Les Cartes de Visite de Ride Your Life sont arrivées


Mise à jour de ce billet le 13/09/2019

Les cartes de visite de Ride Your Life sont arrivées.

Votre carte, siouplait...
– Source : une des boîtes de mes cartes de visite, sur mon bureau –

Cartes de visite recto/verso Ride Your Life réalisées sur du papier glacé 360 g.
Les informations pratiques au recto, et une capture d’écran du header du blog au verso.


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Ce billet vous a plu ?

Ceux-ci pourraient alors également vous intéresser :



Crédits :
Illustration principale : Image par TeroVesalainen de Pixabay

Votre carte, siouplait...
Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)
8+