Quatre Motos Yamaha Mythiques

Quatre Motos Yamaha Mythiques

1 septembre 2019 0 Par Olivier - Ride Your Life
14+
Temps de lecture estimé : 7 minutes
Favoris

Les Centaures sont des créatures mythiques.
Ils sont très beaux tous les deux, ceux de la photo principale. Enfin du dessin, j’en conviens, parce que pour en prendre en photo, cépafacil.

S’il y a des créatures mythiques, il y a aussi des Motos mythiques.
Yamaha en a produit quelques unes – de petite et moyenne cylindrée – dans les années 1970 / 1980.


Salut les loulous,

Les Motos dont je vais vous parler au sein de ce billet sont toutes mythiques, ne serait-ce qu’en raison de leurs chiffres respectifs de vente, rapporté aux catégories auxquelles elles appartiennent.

Je me remémore d’un article que j’avais du lire dans l’excellent magazine Moto Verte, dans les années 1980. Pas certain de la source, mais il me semble bien.
Je vais être indulgent avec moi : c’était il y a une trentaine d’années.

Cet article mettait en avant le fait que Yamaha détenait les records de vente dans 3 catégories de motos pour le marché français.

– Meilleure vente toutes cylindrées confondues : la Yamaha 125 DTMX.
De mémoire, les chiffres de l’époque devaient être de l’ordre de 95 000 unités vendues depuis sa sortie sur le marché français.

– Meilleure vente pour un monocylindre 4 temps : la Yamaha 500 XT.
Encore une fois de mémoire, les chiffres de l’époque devaient être de l’ordre de +/- 10 000 unités vendues depuis sa sortie sur le marché français.

– Meilleure vente pour un monocylindre 4 temps : la Yamaha 125 TY.
Une fois de plus, de mémoire, les chiffres de l’époque devaient être de l’ordre de 5 000 à 10 000 unités vendues depuis sa sortie sur le marché français. Ce qui en faisait la moto de trial la plus vendue.

En marge de cet article, un autre (alors là, autant vous dire que je ne me souviens plus de la source, et étant donné le type de moto, il est peu probable que ce fut Moto Verte) stipulait ceci :

– Meilleure vente de 350 à je ne sais plus trop quelle cylindrée (voire meilleure vente au-delà de 125 cc) : la Yamaha 350 RDLC.
Aucune idée des chiffres de vente annoncés à l’époque, par contre.

Toutes ces motos produites et commercialisées – durant les années 1970 / 1980 / 1990 – par Yamaha sont mythiques notamment en raison de leurs chiffres de vente respectifs, donc, mais pas que.

Séquence émotion et nostalgie.


Sommaire du billet « Quatre Motos Yamaha Mythiques » :


1- Yamaha 500 XT >>

2- Yamaha 125 DTMX >>

3- Yamaha 125 TY >>

4- Yamaha 350 RDLC >>

5- Parce que les 125 aussi permettent de vivre des aventures >>

6- Vos souvenirs à Vous >>


Yamaha 500 XT


Il s’agit du monocylindre 4 temps Vintage par excellence.

Yamaha Mythiques : la 500 XT, le monocylindre vintage par excellence.
– Source : Image par Batman_TR66 de Pixabay

Franchement, quelle gueule !


Son histoire – vite fait :

La Yamaha XT 500 arrive en France en 1976. Elle a été présentée l’année précédente au Japon.

Elle figure parmi les premiers gros (pour l’époque) monos 4 temps de type trail – à ne pas confondre avec trial.
Un look moderne, une mécanique assez simple – les standards de l’époque étaient bien plus simples – et fiable.
Le moteur délivre un « ploum ploum » caractéristique, lié à la nature même des moteurs monocylindres 4 temps. Pas super puissant, mais raisonnable, et relativement sobre (surtout comparé aux voitures de l’époque).

Comme il s’agit d’un modèle trail, il est possible de sortir des routes goudronnées sans serrer les fesses. Pour autant, inutile de tenter de faire l’Enduro du Touquet.

Son design soigné tout en n’étant pas ostentatoire en a vite fait un chouchou sur le marché, au point que l’appellation « 500 XT » était presque devenue aussi générique que la marque Frigidaire l’est devenue pour designer un réfrigérateur.
« Trop cool, t’as une 500 XT »
« Non, c’est une Suzuki DR »

« Ah, t’as une 500 XT Suzuki DR alors »

Note rétro / vintage : sa plastique nous apparait de nos jours plutôt rétro, ce qui en fait un genre de must en matière de moto vintage.
Surtout dans sa version avec le réservoir couleur métal argenté. Le plus beau modèle, en ce qui concerne mes gouts.


Yamaha 125 DTMX


La 125 trail la plus cool de tous les temps.

[en attente de photographie / demande d’autorisation en cours – la Direction vous remercie pour votre patience et votre compréhension]


Son histoire – vite fait :

La Yamaha 125 DTMX arrive sur le marché en 1977.

Elle a constitué une révolution.
Si ma mémoire ne me joue pas de tour (j’ai cherché l’information sur le ouebe – rien trouvé), il s’agit de la première moto homologuée de série à proposer le système de suspension Cantilever, nom donné au système de suspension mono-amortisseur de Yamaha.

Propulsée par un moteur 2 temps de 14 ch (évolution à 15 ch ultérieurement) fiable, elle permet de se promener tranquillement, voire d’aller au travail tous les jours.
Vous pouvez également effectuer des trajets plus longs sans risquer votre santé outre mesure ; la limitation principale est liée au moteur – pas qu’il ne soit pas bon, bien au contraire – car il s’agit d’une 125 cc.
Après, si vous avez le temps, n’hésitez pas.

N’ayant pas encore reçu d’autorisation pour publier une photo de 125 DTMX d’origine, je publie une photo d’une superbe version customisée :

Yamaha Mythiques : une 125 DTMX customisée façon bobber.
– Source : LD Custom – Yamaha 125 DTMX Bobber –

Travail de haute volée.

Il s’agit donc d’une base – il n’en reste pas grand chose, sans doute juste le moteur, une partie de la ligne d’échappement et le réservoir, peut-être l’optique avant et le guidon – de Yamaha 125 DTMX qui a fait l’objet d’une transformation / customisation absolument somptueuse en version Bobber.

Je trouve le résultat vraiment magnifique.
Un coup de chapeau au designer : LD Design.
Et merci à Elsa et Luc pour leur aide.

Note rétro / vintage : un look agréable, un entretien simple et beaucoup de charme.
Un bon plan
rétro / vintage pour une moto facile à piloter.

Si vous pouvez en plus vous en faire customiser une par LD Design
Là, vous devenez le roi de la cérémonie.


Yamaha 125 TY


La 125 trial la plus accessible du marché.

Yamaha Mythiques : une 125 TY, la 125 trial la plus vendue en France.
– Source : Wikipedia –
Photographie de : Bertrand Thiébault [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)] –

Isn’t she lovely?

L’un de mes grands regrets : n’en avoir jamais possédé une.
A ce jour…


Son histoire – vite fait :

Le trial est une discipline tout-terrain. Une moto de trial n’est pas forcément le premier choix pour aller faire des promenades pépères le dimanche (ou tout autre jour de votre choix).

Pourtant, la Yamaha 125 TY a quelque peu changé la donne à l’occasion de son arrivée en France en 1975.

Elle porte les attributs d’une moto de trial : position de conduite basse, ligne sylphidesque, équipement réduit au strict minimum pour l’homologation (un tachymètre, des clignotants, des feus à l’avant et à l’arrière, et basta).

Un moteur sobre offrant des performances tout à fait convenables en matière de trial (une moto de trial, ça n’a pas besoin de puissance démentielle : ça a besoin de puissance ET surtout de couple, exploitables à pour ainsi dire tout régime – le but étant d’enrouler).

Son prix plus modeste que les concurrentes italiennes et espagnoles de l’époque, alliée à la force de frappe de Yamaha – dont un très gros réseau de distribution – et un look fabuleux lui ont permis de conquérir une clientèle au-delà de cette des trialistes purs et durs.

Au niveau du confort : acceptable… pour une moto avec une selle aussi fine et une position de conduite aussi basse.
A oublier pour les trajets longs, sauf si vous avez un(e) très bon(ne) ami(e) kiné.

Note rétro / vintage : un look carrément vintage, et vous ne pourrez que vous faire remarquer si vous en êtes l’heureux(se) propriétaire, ou tout du moins pilote.


Yamaha 350 RDLC


Un moteur brutal dans un gabarit de cyclomoteur – ou presque.

Yamaha Mythiques : une 350 RDLC, la petite bombe nerveuse des années 1980.
– Source : Wikipedia –
Photographe : Thesupermat [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)] –

La mini-brute des années 1970 / 1980.

L’une de mes versions préférées, parce que non carénée.
A noter les 2 disques de freinage à l’avant, qui permettaient d’obtenir un bien meilleur freinage que la version monodisque.
Forcément :p


Son histoire – vite fait :

Quand elle arrive sur le marché en 1979, la Yamaha 350 RDLC fait sensation.

Un look agressif rappelant les motos de compétition (dont elle est issue), un moteur bicylindres 2 temps rageur, un poids plume et un aspect « brut de décoffrage » dans sa version non carénée : ça va envoyer sévère.


Un moteur de plus en plus rageur, au fil des évolutions :

Si le moteur des premières versions est déjà rageur, l’adoption ultérieure du système YPVS (un système de valve à l’échappement) ainsi que d’autres modifications permettront au moteur de passer de 47 ch à près de 60 ch. Là, c’est carrément jouissif.
Les dernières versions commercialisées en France ont même été livrées avec un bouillant de +/- 63 ch.
Ces chiffres peuvent sembler bien modestes de nos jours, mais à l’époque, cette moto était un monstre, surtout pour une cylindrée aussi modeste.
Et outre sa puissance, il ne faut pas oublier que la Yamaha 350 RDLC étant très légère (un moteur 2 temps pèse nettement moins qu’un moteur 4 temps – système de soupapes, cache culbuteurs et tutti quanti obligent), le rapport poids/puissance est tout à fait flatteur.
Quant aux sensations d’un moteur 2 temps performant, en ce qui me concerne, c’est l’extase. Le coup de pied au cul une fois arrivé dans la plage régime optimum est même carrément orgasmique.


Une utilisation assez exclusive :

Après, cette moto reste une sportive, et son utilisation – caractère moteur, position de conduite – est plus adaptée à la bonne bourre avec des grosses sensations qu’à la promenade en mode pépère.
Bémol lié à ma psychorigidité de mec de 52 ans très papy dans sa conduite : machine trop exclusive (et jouissive dans les tours) pour être raisonnable. Et pour ce qui concerne les bonnes bourres, pensez à votre permis de conduire, à la sécurité des autres, et à votre vie. Alors faites-vous plaisir, mais gardez toujours la raison.
Nous n’en avons qu’une, de vie.

Note rétro / vintage : dans le genre vintage qui fait du bruit et pousse très fort.


Parce que les 125 aussi permettent de vivre des aventures


Ouais d’abord !

Comme je raconte souvent ma vie, je vous invite à en lire une, d’aventure en 125.

Ça se passe ici :


Vos souvenirs à Vous…


Si ce billet a réveillé en vous de bons et/ou doux souvenirs – votre première moto, votre première fois que vous avez emmené un(e) chéri(e) en moto, ou un souvenir familial heureux (votre papa ou votre maman en avait une), par exemple – n’hésitez pas à me contacter par mail afin de conter votre histoire.

vos-histoires@ride-your-life.fr

Je vous expliquerai comment la publier sur Ride Your Life.


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Ce billet vous a plu ?

Ceux-ci pourraient alors également vous intéresser :



Crédits :
Illustration principale : Image par Parker_West de Pixabay
Yamaha est une marque déposée – Elle reste la pleine et entière propriété de Yamaha Motor

Quatre Motos Yamaha Mythiques

Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)

14+