TT Île de Man 2013 : j’y étais

TT Île de Man 2013 : j’y étais

13 janvier 2022 4 Par Black Bonnie
Temps de lecture estimé : 7 minutes
Bookmark

No account yet? Register

TT Île de Man 2013 : j’y étais.

Pour être précis, c’est Patrick, l’auteur du blog Black Bonnie, qui y était.

Patrick, je l’ai connu il y a peu. Un bonhomme, un vrai, qui vit dans le Béarn et sait ce qu’il y a de bon et de beau dans la vie.

Il a également écrit et auto-édité un superbe livre que je te présente au sein de cet autre billet : In Vinyle Veritas >>


Il y a quelques jours, alors que Patrick parcourait le menu de RYL, il m’envoie un mail et me dit quelque chose comme « j’ai vu que tu avais prévu d’écrire un article sur le TT de l’Île de Man. Ça te dit, une vidéo de mon crû ? ».
J’ai évité de lui sortir une blague moisie (« oh ben tu m’étonnes, un Béarnais qui envoie la sauce sur l’Île de Man, grave que j’suis preneur !». Je lui ai donc juste dit « ah ben oui alors Patrick, avec plaisir ».

Une fois la vidéo reçue, visionnée et kiffée, je lui ai demandé s’il voulait bien m’envoyer un texte d’accompagnement de quelques lignes.
Résultat : un beau texte, un article, bien vivant, qui sent bon les embruns, la camaraderie et l’évasion.

Je laisse la main à Patrick pour la suite, en ajoutant simplement sa devise :

« Rock’n’roll bordel ! ».

Olivier | Ride Your Life


Sommaire :


1- C’est encore loin, la mer ?

2- La technique de la marguerite

3- Ils sont complètement allumés !

4- Autour de la course : une vie de camaraderie

5- La Vie, la mort, la météo, les motos

6- Bonus Tracks


1- TT Île de Man 2013 : c’est encore loin, la mer ?


TT Île de Man 2013 : j'y étais
– Une Bonneville et une Thruxton en route pour le TT | Archives de Patrick | Black Bonnie –

Fin mai 2013, départ pour le TT de l’ile de Man.

Ça promet ! De Pau jusqu’à l’étape prévue au nord de Nantes il pleut des hallebardes et en bécane ce qui pourrait être anecdotique prend vite des proportions dantesques.

Arrivée au gîte, apéro, repas sympa avec les proprios, dodo réparateur pour un départ le lendemain direction Roscoff. Le pire nous attend avec des averses de grêle cette fois. Ben voyons ! Embarquement de nuit pour une traversée de 15 heures, destination Cork.

Roues posées sur le sol irlandais et c’est le miracle : grand beau temps. Roulage jusqu’à Dublin où nous attend un autre Ferry pour l’île de Man où nous avons loué un petit cottage tout confort.


2- TT Île de Man 2013 | La technique de la marguerite


Début des hostilités le jour suivant.


Cartes en main nous nous sommes imprégnés des contraintes locales qui bien sûr imposent des fermetures de routes durant les courses.

Un joli casse-tête pour appliquer la technique dite « de la marguerite » permettant – en fonction des horaires et du temps nécessaire pour se rendre d’’un point A à un point B – de se rendre sur les différents spots garants de points de vue exceptionnels.

Fait toujours beau, voir chaud et la bière est bonne. Juste le temps de commander la première, de s’en saisir et de sortir du pub et…


ooh-puu-tainnn !!!

TT Île de Man 2013 : j'y étais
– Débriefing sur la technique dite de la marguerite | Archives de Patrick | Black Bonnie –

3- TT Île de Man 2013 | Ils sont complètement allumés !


Dans un rugissement infernal, trois side-cars déboulent sur la route en contrebas pour attaquer plein gaz un droit en plein dans mon axe de vision.

J’ai tout juste le temps de ramasser mon menton parti se réfugier sur la pelouse clairsemée, de dénouer mes tripes en vrac avec une bonne rasade de Smithwick’s et de remettre mes yeux dans leurs orbites respectives, qu’une autre horde déboule. Même combat, qui se solde par un « mais comment est-ce possible ! » égoïstement adressé à moi même et dont je viens de découvrir le bien fondé.

Et ça a été comme ça durant toute la durée des hostilités. De jour en jour, de courses en courses, de catégories en catégories, de spots en spots il ne s’agit que d’étonnements, de frissons et d’admiration à l’égard de ces pilotes qui sont dans un autre monde dont on a aucune idée tant que l’on ne les a pas vu pratiquer leur Art.


Un Valentino Rossi sur le sol presque irlandais du TT, on ne le verra jamais

Même Rossi, le roi des Grands Prix disait :

« Moi ? Au Tourist Trophy ? Jamais ! Impossible ! Ces mecs vivent sur une autre planète ! ».

Quand tu connais le CV de Valentino, ça en dit long sur le respect qu’il voue aux pilotes qui affrontent ces courses.


Le TT de l’Île de Man, c’est pas Monza

Il faut savoir que ces courses sont les dernières au monde à se dérouler sur route ouverte mais que de plus l’on est à mille lieues d’une organisation qui, pour l’occasion met en œuvre les moyens nécessaires pour entretenir, aménager et pourquoi pas – comme pour le Tour de France – refaire le revêtement de la chaussée.

Le parcours de 60 kms enchaîne tronçons en ville, en rase campagne et en montagne.
Les pilotes le connaissent par cœur et composent sans frémir avec maisons, poteaux, murs, plaques d’égouts, trottoirs, accotements non aménagés et autres irrégularités de la chaussée. Les meilleurs avalent les trois tours de ce circuit à plus de 200 de moyenne au tour avec parfois des pointes à plus de 300. Brrr !

On comprend pourquoi on les appelle les derniers chevaliers des temps modernes.

Voilà pour le frisson. Et le reste ? À de rares exceptions près, en dehors des courses et notamment en soirée, l’essentiel se passe à Douglas, capitale de ce paradis… fiscal perdu en mer, à mi-chemin entre l’Irlande et les côtes du pays de Galle.


4- TT Île de Man 2013 | Autour de la course : une vie de camaraderie


Stands, concerts et animations diverses sont en bonne place sur les quais du port et un peu partout déambulent des groupes de motards en goguette. Dans et hors de pubs la bière coule à flot dans une ambiance bon enfant.


TT Île de Man 2013 : j'y étais
– Échange de couvre-chef entre Bobby et Motard | Archives de Patrick | Black Bonnie –

Des milliers de passionnés, venus de partout et d’ailleurs, ont fait le voyage en bécane mais là et en soirée ils sont piétons et contents de l’être.
Pas de kékés qui jouent du rupteur ni de branleurs adeptes de fumettes de gommes ou de frime attitude en wheeling. Tout ce beau monde est heureux d’avoir la chance de pouvoir participer à ce type d’événement et donc très respectueux des règles.

À l’anglo-saxonne quoi !

Les seuls que j’ai vu enfreindre des consignes en passant au-delà des banderoles interdisant l’accès à la route pendant la course étaient des… français !

Bref, il y a quelques contrôles épisodiques de la vitesse mais tellement peu que ça ne vaut pas le coup d’en parler.

By night, quelques bobbies font acte de présence sur le port, sans animosité aucune, se prêtant volontiers et en souriant au jeu des photos ou selfies au cours desquels, pour le fun, ils vont même jusqu’à prêter leurs coiffes.

Le jeudi c’est l’apéro des français (voir photo principale).

Et que je t’échange un peu de rillettes de canard contre une part de clacos fait à cœur et vieilli en sacoche. Et que je te négocie un demi verre de Jurançon doux contre une bière belge. Et que je t’offre quelques rondelles de cisson de sanglier en échange d’un toast de tapenade.

Tout ça jusqu’au bout de la soirée et sous l’œil des autorités qui n’ont d’autorité que le nom.


De la gentillesse et de la bienveillance

Même si tous les ans des passionnés perdent la vie en course, et même si tous les ans les caprices météorologiques imposent le report ou l’annulation de certains runs, tout est absolument magique, et les locaux sont éblouissants de gentillesse.


Les anecdotes

Un jour je suis tombé en rade d’essence. Les potes me laissent et partent au ravitaillement vers la station la plus proche. Là bas l’un d’eux demande un bouteille, un contenant quelconque pour pouvoir y mettre 1 ou 2 litres de carburant. Impossible. En entendant la conversation un gars du cru propose de financer un jerrican de 5 litres. « De toutes façons ça sert toujours » dit il. Ceci fait, jerrican plein, il a accompagné les gars pour me rejoindre, il a rempli mon réservoir et est reparti en lançant un « take care guys » enjoué et amical.


Autre anecdote.

Un autre jour, nous garons les bécanes pour répondre au besoin de nous humecter le gosier . Direction un des estaminets du coin. Deux pintes plus tard retour vers nos Triumph et là, un post it glissé dans ma sacoche réservoir : « Your kees are inside, please ask for them at the counter. Thanks. John ».

TT Île de Man 2013 : j'y étais
– Mais où sont les clefs / But where the hell are the keys? | Archives de Patrick | Black Bonnie –

En clair j’avais laissé les clefs sur le contact et le gars me remerciait de bien vouloir aller les récupérer au comptoir !

Et je passe sous silence ces adorables voisins qui très souvent, matin ou soir, venaient tailler le bout de gras pour connaître ce que nous avions fait de notre journée, prodiguer de judicieux conseils et savoir si nous avions besoin de quoi que ce soit. Respect !

C’est aussi ça le Tourist Trophy !


Les formidables fêlés de la Moto (et autres engins motorisés)



5- Le TT de l’Île de Man : la Vie, la mort, la météo, les motos


Globalement 2013 fut l’année d’un bon cru, mais avec un décès à déplorer, celui du japonais Matsushita.

La mort fait partie de la vie. On peut épiloguer longuement au sujet des risques encourus, mais chaque coureur participe en connaissance et accepte ce qui peut arriver.

Et le meilleur hommage à rendre aux disparus, c’est de continuer le show, de célébrer la vie.


Une météo exceptionnelle

De mémoire d’autochtones, du jamais vu en terme d’ensoleillement à cette période de l’année ! Nous sommes donc rentrés en France crevés, avec des étoiles dans les yeux, des moments inoubliables plein la tête et de magnifiques coups de soleil sur la tronche. Qui l’eût cru ? Du coup, en 2019, nouveau départ vers l’Irlande du Nord.

Pour la non moins fameuse NorthWest 200 cette fois-ci. Mais ça c’est une autre histoire…

Et cette autre histoire, elle est là >> et là >>

Patrick | Black Bonnie


Restons en Contact


D’une manière simple et non intrusive :

Tu saisis ton adresse mail, tu cliques sur le bouton, et tu recevras alors une simple notification par mail dès qu’un nouveau billet est publié.

Je t’ai bien regardé quand tu as lu celui-là : tu as souri, parfois même tu as ri. Et/Ou alors tu as appris des choses.
Abonne-toi au kiff. C’est gratos. J’en ai la larme à l’œil tellement c’est beau, d’ailleurs.

Parfois, le bonheur, c’est simple comme un clic.


Paie ton kiff en partageant

Comme je sens que tu es sur une bonne lancée : si ce billet t’a plu, partage-le sur Facebook.
Quelques clics et tu nous aideras à développer notre audience.
Ride Your Life, c’est libre d’accès, mais ça ne veut pas dire gratuit : paye ton kiff en partageant :p

La Direction te remercie pour ton paiement qui ne t’aura pas coûté de sousous 🙂


6- Bonus Tracks


La vidéo de Patrick sur le TT 2013

– Source : Youtube | Tourist Trophy 2013 | Vidéo personnelle de Patrick Betaille / Black Bonnie –

Je fais mon Columbo, je reviens en glissant le pied en travers de la porte.

Même si le titre du blog de Patrick – Black Bonnie – est un clin d’œil à sa Triumph Bonneveille noire, j’ai cette chanson qui me trotte dans la tête à chaque fois que je visite cette ode à la vie qu’est ce blog :

– Source : Youtube | Ram Jam / Black Betty –

Un immense MERCI à Patrick pour avoir partagé ce souvenir et ce témoignage de la vraie vie.

Bisous mes Loulous 🙂



Crédits :
Photo principale : l’apéro des Français à Douglas
| Patrick Betaille | Black Bonnie
Autres photographies & textes : le même Patrick
Les sociétés, personnages et marques cités demeurent l’entière propriété de leurs détenteurs respectifs
Vidéos & Musique : Youtube et les ayants droit / Patrick Betaille pour la vidéo sur le TT 2013


Black Bonnie, ça se lit sans modération, sans prise de tête et ça fait du bien !

TT Île de Man 2013 : j'y étais
Les derniers articles par Black Bonnie (tout voir)