10 Février | Éphéméride RYL

10 Février | Éphéméride RYL

10 février 2023 1 Par Olivier - Ride Your Life
Temps de lecture estimé : 9 minutes
Bookmark

No account yet? Register

Voilà la première arrivée du tiers-mois, et c’est bien le 10 Février qui arrive en tête, comme pronostiqué par notre Madame LOSEILLE le 9 Février.


SOMMAIRE :


1- Belote, rebelote et dix de Février

2- Ils sont nés un 10 Février

3- Ils ont rejoint les étoiles un 10 Février

4- La photo de couverture
On se calme et on boit frais avec Max Pécas, dans le port de Saint-Trop’, bien entendu.
Do you Saint-Tropez ?

5- What else?
Les échecs de Deep Blue puis de Gary Kasparov, et un carambolage dans l’espace.

6- Bonus tracks

En Savoir Plus >>

Auteur(s) de l’article | Likes | Partage | Commentaires >>
Fais-toi plaiz’, like, partage et commente, ça nous fera plaisir également. Merci pour ta contribution 🙂


1- Belote, rebelote et dix de Février


Ben c’est tout en fait.


2- Ils sont nés un 10 Février


  • Roger (Joseph Fernand) Frison-Roche, alpiniste et écrivain français (et plein d’aut’s choses encore – né en 1906), aussi à l’aise en montagne que dans le désert, et t’sais ce que chantait Jean-Patrick Capdevielle : « Quand t’es dans le Désert »… ben t’es dans le désert et tu seras probablement privé de dessert.
  • Pierre Mondy, acteur français, qui – j’vais pas t’mentir – ressemblait bigrement à mon Popa (né en 1925, comme Popa, tiens, justement, encore un signe).
  • Roberta Flack, chanteuse et musicienne états-unienne de niveau interstellaire, mondialement connue pour ses chansons « The First Time Ever I Saw Your Face » et « Killing Me Softly with this Song ».
  • Maxime Le Forestier, chanteur français, auteur-compositeur-interprète toussa toussa (né en 1949).
  • Mark Spitz, nageur états-unien, homme de nombreux records.
    Aux JO d’été de 1972 à Munich, il remporte 7 médailles d’or et bat à l’occasion autant de records du monde. Exploit inédit pour l’époque, tous sports confondus.
    Presque aussi rapide dans l’eau que Namor, le Prince des Mers de Marvel ou Aquaman de DC Comics, et bien entendu que Patrick Duffy dans l’Homme de l’Atlantide.
  • Natasha St-Pier, chanteuse canadienne ayant elle aussi refusé ma demande en mariage – oui je tombe facilement amoureux, je suis faible, que veux-tu… (née en 1981).
    L’une des plus belles inventions canadienne depuis le pancake.

La liste des autres célébrités nées un 10 février, c’est par là >>


Roberta Flack et son « The First Time Ever… »

Comme cela est assez souvent arrivé dans le domaine de la chanson, « The First Time Ever I Saw Your Face » aurait pu ne jamais être un succès.

Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une chanson originale pour ou par Roberta. Il s’agit effectivement d’une création d’Ewan MacColl pour celle qui était devenue sa chérie (et ultérieurement son épouse) : Margaret « Peggy » Seeger, enregistrée en 1957.

En 1969, Roberta décide de l’enregistrer à son tour, à l’occasion de son premier album. Elle n’était pas la première à proposer un cover (covers que MacColl disait détester, quelle que soit la version).
La version de Roberta n’est vraiment devenu un énorme succès que sous l’impulsion de Clint Eastwood, qui avait entendu cette version à la radio, dans sa voiture. Il souhaitait l’intégrer au film qu’il était en train de réaliser – « Un Frisson dans la Nuit » (« Play Misty for Me » en VO). Il demanda à Roberta l’autorisation d’utiliser la chanson, moyennant une modique somme (environ 2 000 $). Elle accepta et proposa à Clint de la réenregistrer sur un autre tempo, plus rapide, trouvant sa version trop lente. « Elle ne l’est pas », lui répondit le manchot à deux bras. Car le grand Clint, en sus d’être acteur et réalisateur, est un musicien averti, et la musique est véritablement sa seconde passion, après le cinéma (et les Smith & Wesson…). Puis la version enregistrée lui convenait parfaitement.
Le succès est au rendez-vous, la chanson devient un immense succès, portée qu’elle est par le film.


– Source : Youtube | Roberta Flack / The First Time Ever I Saw Your Face –

La chanteuse française Corinne Hermès, lauréate du concours de l’Eurovision en 1983 avec « Si la Vie est Cadeau » – pour le Luxembourg, pas de cul lulu (pour la France, qui mise vraiment sur de mauvais chwals depuis une quarantaine d’années) – en a proposé un joli cover.

M’enfin Roberta, pour cette chanson, ça reste the fuckin’ best, pour ce qui me concerne.


Même si la version de George Michael me file les poils, je dois bien le dire.
Eh bien tant que nous y sommes…

– Source : Youtube | George Michael / The First Time Ever I Saw Your Face –

Fuck it, déjà 6 ans, bordel…


3- Ils ont rejoint les étoiles un 10 Février


Cinéma, littérature & cinéma, littérature & séries télévisées…

  • Laura Ingalls Wilder (décédée en 1957).
    Eh oui, derrière la série « La Petite Maison dans la Prairie » se trouve une suite de romans résolument autobiographiques écrit par la p’tite Laura devenue grande et daronne (et passée par la grande précarité). Charles, Caroline Ingalls et leur tribu, ça n’était pas du vent.
    Après, te dire que Charles Ingalls, à l’instar de Michel Field, trouvait qu’une petite pipe sur les marches, c’est tout de même bien agréable, je ne saurais te le dire.
  • Max Pécas, réalisateur, scénariste et producteur français (décédé en 2003).
    Réalisateur de nombreux films considérés dans les milieux autorisés comme étant de mauvais goût, il rencontre l’adhésion d’un large public qui va au cinéma pour se distraire et non pour se prendre la tête.
  • Arthur Miller, écrivain et dramaturge états-unien (décédé en 2005).
    Presque aussi connu pour avoir été le mari de Marilyn Monroe que pour ses œuvres. Le film « Les Désaxés » est d’ailleurs l’adaptation cinématographique du roman éponyme.
  • Shirley Temple, actrice, chanteuse et danseuse états-unienne (décédée en 2014).
    Premier enfant star d’Hollywood, elle débute dans des rôles de figuration à l’âge de 4 ans. Remarquée pour ses aptitudes artistiques – chant, danse et comédie – elle devient ensuite une véritable vedette, une actrice à part entière.
    Durant sa courte tout autant qu’intense carrière, elle travaille avec nombre des plus grands réalisateurs (Victor Flemming – notamment réalisateur du mythique « Autant en Emporte le Vent », Irving Cummings, Walter Lang – avec lequel elle collaborera longuement…) et acteurs de son époque (Spencer Tracy, Gary Cooper, Carole Lombard, Randolf Scott – star des westerns des années 1930 aux années 1950, Hattie McDaniel …), celle d’un cinéma devenu parlant.
    Shirley met fin à sa carrière à 20 ans. Difficile de continuer dans le cinéma quand l’image de la petite fille modèle, espiègle, mignonne etc. te colle à la peau. Elle s’engagera en politique et deviendra même ambassadrice et connaîtra la consécration dans ce domaine, en devant la première femme à être nommée chef (on dit « cheffe », alors ?) de protocole du département d’état (l’équivalent de notre ministère des Affaires Étrangères) des USA.
    Étonnant parcours d’une enfant star…

La liste des autres célébrités reparties vers l’au-delà, c’est par ici >>


4- La photo de couverture | Le Gros Plan


Oh, le joli port de Saint-Tropez…
Allons-nous parler de Brigitte Bardot et de sa Madrague, de cinéma, de plaisance en mer ?

En fait, nous allons nous pencher sur le cas du cinéaste Max Pécas, qui s’était fait une spécialité des films potaches.


Le gras, c’est la vie

Dixit Karadoc dans la série Kaamelott.

Oui, sans doute les films de Max Pécas ne sont pas des chef-d’œuvres d’écriture et de finesse. Oui, il y a des blagues grasses, des filles pas très habillées et des gags qui n’atteignent pas la finesse de ceux de Pierre Dac et Francis Blanche. En fait, toutes ces comparaisons sont affaire de goût.

D’ailleurs, un bon rire gras est bénéfique pour la santé. C’est la science qui le dit :

« Un bon rire gras déclenche la libération de bêta-endorphines dans la circulation sanguine. Puis, le sentiment agréable occasionné par les endorphines incite les cellules à libérer encore plus de monoxyde d’azote dans la circulation sanguine, ce qui abaisse la tension artérielle. »
– Source : https://askthescientists.com/fr/laughter-immunity/

Pour ma part, je m’en contrefous des avis émanant des milieux autorisés, et je préfère regarder l’un de ses films plutôt que de me taper une bouse pseudo culturelle financée par le système des copains et/ou des subventions telles que l’avance sur recettes du CNC, que personne ne va voir mais qui permet à des intellos (pour rappel, ma définition d’intellectuel : « chercheur en intelligence ») de se gaver sur le dos du système, pour la seule gloire de leur ego.


Un lanceur de carrière

Xavier Lepetit, ça te parle ? Non ? Si je remplace « Lepetit » par « Deluc », ça donne Xavier Deluc, et là forcément, ça te parle plus. Le pseudonyme de « Deluc », il l’a choisi en souvenir de ses vacances à Luc-sur-Mer.
Fin’ bref, j’suis pas là pour te faire la biographie de Xavier, mais il se trouve que ses 2 premiers rôles de premier plan, c’est Max Pécas qui les lui a offerts. Ces deux prestations lui ont permis d’attirer l’attention du monde du cinéma, et s’en est suivi une belle carrière.

Il y a eu d’autres acteurs et actrices qui ont bénéficié d’un effet tremplin en jouant pour Max Pécas.


La culture populaire, les beaufs, les intellos, la vie rêvée selon les « élites »

Il y a quelque chose qui m’agace, et il faut que je t’en parle.

Il s’agit d’une certaine détestation de la culture populaire, phénomène grandissant ces dernières décennies.

Cela a donné l’utilisation du mot « beauf », désormais synonyme de « français moyen inculte, borné vulgaire, et j’en passe ». Forcément amateur de merguez / frites (comme si c’était une tare ou un genre de péché), de Fête à Neuneu et fan de Patrick Sébastien, une fois encore comme si tout cela était sale.

Dans le pays des Lumières – qui me semble-t-il, si je me fie au niveau des discours de ceux qui se disent être « les élites » – voilà un moment que les lumières sont éteintes (et ça n’est pas le peuple qui a appuyé sur l’interrupteur). Heureusement qu’il y en a qui continuent à pédaler et à faire, créer, entreprendre, sans pour autant se prendre pour les « élites ».

Bien entendu, Max Pécas, c’est l’incarnation même de cette culture populaire légère. Une fois encore, oui, ses œuvres sont sans prétention intellectuelle, il y a tout plein de jolies filles pas très habillées, le rire est gras.

So, what the fuck? Si cela distrait certains d’entre nous, sans pour autant faire de mal à qui que ce soit, où est le problème ? Il faut se taper du BHL ou suivre la chaîne parlementaire pour voir nos députés se chamailler comme des ados attardés, voire – pour certains – comme des voyous, pour élever son esprit ?
Je préfère regarder un film de Max, au moins ça me fait rire, et pas pleurer.

La culture populaire, c’est de la culture, tout autant que celle que l’on trouve au sein de certains musées et autres vernissages & expositions de peintres one-again, commentées par des gens qui veulent t’expliquer pourquoi tu dois apprécier à tout prix cela. Quitte à te raconter des âneries sur les œuvres, même si l’artiste concerné n’a jamais déclaré quoi que ce soit allant dans le sens de ces commentaires foireux. Quand un peintre balance de la peinture sur une toile et que cela aboutit à un magma de gouache, et qu’un de ces « experts » vient te dire que tu dois y voir le sens de la vie, la projection de la névrose d’untel, la quête de l’infini, tu as le droit d’y croire ou surtout d’en rire, comme certains artistes doivent le faire en écoutant tout cela…

Bref, les films de Max Pécas, tu apprécies ou tu n’apprécies pas, mais ils ont fait du bien à beaucoup de monde, une fois encore sans nuire à qui que ce soit. Il s’agit de cinéma léger visant à distraire, et nous avons besoin d’être distraits.


5- What else?


  • Gary Kasparov, joueur d’échecs et légende Russe de son art, met la pile à Deep Blue en 1996.
    Dans ta face l’ordi !
    Vexé, le super calculateur d’IBM recevra une dose de stéroïdes et prendra mesquinement sa revanche un an plus tard. En gagnant grâce à un bug. Voilà voilà, même pas t’as gagné à la régul’…
  • Carambolage spatial : en 2009, le satellite russe refuse la priorité à droite au satellite Iridium-33.
    Bilan : 2 satellites explosés, et coup dur pour la téléphonie par satellite made in France.
    « Pourtant, la probabilité d’une telle rencontre brutale est extrêmement faible d’après les spécialistes de Thales Alenia Space, premier constructeur européen de satellites », nous rapporte l’ami Wikipedia.
    Ah ben oui les gars, mais il vous faut retenir 2 choses : la Loi de Murphy (celle de l’ingénieur de la NASA, pas celle du film avec Charles Bronson. Sommairement, la Loi de Murphy consiste à prévoir que toutes les emmerdes du monde peuvent arriver, et faire en sorte de sécuriser les systèmes afin de parer au plus grand nombre de possibilités) et vous souvenir que « peu probable » > probabilité nulle.

Pour prendre connaissance des autres événements marquants survenus un 10 février, clique ici >>


6- Bonus tracks


– Source : Youtube | Maxime Le Forestier / San Francisco –

Il ne s’agit pas vraiment d’une vidéo, mais d’un diaporama. Les images sont magnifiques, et la chanson… c’est la légende.

On y retrouve l’ambiance flower power du San Francisco chanté par Scott McKenzie, le coolitude parfumée de weed du « A Horse with no Name » du groupe America (voir & écouter ci-dessous), et même le revival de cette époque magnifiée par la superbe publicité pour les téléviseurs Bravia de Sony, avec le cover de « Heartbeats » par José González.


– Source : Youtube | America / A Horse With No Name –

Reposons les pieds sur terre après avoir décollé un moment.
Demain, nous serons le 11 Février. Madame LOSEILLE me l’a assuré.


Bisous mes chéris 🙂

Olivier



À LIRE ÉGALEMENT SUR RYL :



NOS 5 ARTICLES LES PLUS RÉCENTS :

  • Cover Ain’t No Sunshine
    Temps de lecture estimé : 5 minutes En 1971, Bill Withers sort son premier album, dont est extrait le sublime single « Ain’t No Sunshine ». Si sa carrière fut relativement courte (15 ans), il laisse un héritage considérable.
  • Ta Voix sur le Répondeur de Renaud Hantson
    Temps de lecture estimé : 7 minutes Souvenir souvenir : en 1986, dans une boîte de nuit des Sables d’Olonne, j’entends un p’tit nouveau chanter « Ta Voix sur le Répondeur ». Il s’appelle Renaud Hantson. Je me dis qu’il va devenir une star de la chanson. Il va faire bien mieux, en fait. Avec des hauts et des bas.
  • Le Port de l’Angoisse de Howard Hawks
    Temps de lecture estimé : 18 minutes Un film mythique, celui de la rencontre entre Humphrey Bogart et Lauren Bacall. Avec un curieux titre en Français, et on en cause aussi. Et de plein d’autres aspects également.
  • The Tide is High par Blondie
    Temps de lecture estimé : 6 minutes En 1980, le groupe Blondie explore de nouveaux horizons musicaux, dont le reggae avec le titre « The Tide is High ». Bonne pioche, c’est le plus gros succès de l’album Autoamerican.
  • Bonjour, vendez-vous des disques des années 1980 ?
    Temps de lecture estimé : 5 minutes « Bonjour, vendez-vous des disques des années 1980 ? ». La question peut sembler simple, mais en fait, non, elle ne l’est pas, en tout cas pas pour tout le monde.

L’ACTU SUR RYL :


SUIVRE RYL (en toute simplicité) :


En renseignant ton adresse mail dans le champ ci-dessous et en cliquant sur le bouton « Abonne-toi à RYL par mail », tu recevras une notification à cette adresse à l’occasion de la publication de chaque nouvel article. Nous ne te spammerons pas (en clair, nous n’utiliserons pas cette adresse mail pour t’envoyer de la pub, et ne la cèderons à aucun tiers) !



CRÉDITS | SOURCES | MISES À JOUR :

Crédits :

Illustration principale : Image par Eric Michelat de Pixabay
Vidéo et musique : Youtube et les ayants droit
Les sociétés, personnages et marques cités demeurent l’entière propriété de leurs détenteurs respectifs


Sources Documentaires :

Wikipedia
Ask the Scientists


Notes rédactionnelles & mises à jour :

Article mis à jour le 13/03/2023 (ALPC).


AUTEUR(S) DE L’ARTICLE :

10 Février | Éphéméride RYL
Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)