Trouver sa Colline

Trouver sa Colline

11+
Temps de lecture estimé : 5 minutes
Bookmark

No account yet? Register

Cela dit, le Pygargue à tête blanche de la photo – qui est lui bien parti en pêche d’un poisson (je n’ai pas trouvé de colin en ce lieucelle-là elle est tout de même super marrantepourtant bien fourni qu’est Pixabay -mon dealer d’images préféré, comme je le rappelle souvent, à raison) ne se trouve pas du tout là par hasard.


Salut les loulous,

Ce billet va évoquer et vous proposer la vidéo d’une chanson très connue d’un artiste de grande classe et pétri de talent (rapport à cause ke c’est tout de même un billet classé dans la catégorie Musique), à savoir Peter Gabriel.

Mais pas que…

Je vais également causer de colline, d’aigle et de Madone.
De spiritualité, en fait.

Oui, mon cerveau a des connexions chelous. Ou pas.


Au départ de tout cela


Il y a une chanson. Et pas une chanson de marde.
Mais bien une de ces chansons qui ont marqué l’histoire de la musique, et également de son auteur / compositeur / interprète.

Peter Gabriel – Solsbury Hill :

– Source : Youtube – Peter Gabriel / Solsbury Hill –

Je trouve le montage vidéo tout à fait fabuleux.

Des images tirées de 6 concerts différents, correspondant à 5 époques de la vie de Peter Gabriel. Un excellent matching entre les différentes séquences et les punchlines de la chanson.
Ajoutons à cela la complicité évidente entre Peter et ses musiciens, le génial Tony Levin en premier lieu, et le plat est fameux.


Père Ridor, raconte-nous une histoire…


Le Père Ridor, c’est l’équivalent Ride Your Life du Père Castor :p

Ok les loulous, j’vous fais ça !


L’histoire de cette chanson :

En 1975, Peter Gabriel quitte le groupe Genesis, dont il était membre fondateur et chanteur.
Sans rentrer dans les détails, il a été tout autant poussé vers la sortie qu’il a quitté le groupe de lui-même. Pas facile pour un groupe d’exister avec un tel frontman.
Peter Gabriel était en effet LA star de Genesis première période. Cela n’enlève rien au talent des autres membres, mais le fait est que des tensions ont progressivement (marrant, pour un groupe de musique progressive :p) ruiné l’ambiance.
Marde, finalement j’ai donné des détails.

Il entame derechef une carrière solo. La musique, c’est sa vie, il le sait.

En 1977, il connait son premier énorme carton en tant qu’artiste solo, en livrant la chanson Solsbury Hill.


Spiritualité : ce dont cette chanson parle


Solsbury Hill est une chanson qui relate une expérience mystique vécue par Peter sur une colline, donc, peu de temps après son départ de Genesis.
La colline, c’est fait.

Il y évoque notamment un Aigle – comme ça, notre Pygargue de la photo principale, ben vous savez d’où il vient :p
L’aigle, c’est fait.

Dans certaines cultures, de nombreux animaux disposent d’une symbolique. On parle même d’animal totem.
Je vous invite à lire les paroles de Solsbury Hill (donc coucou à la Coccinelle si vous ne parlez pas très bien l’anglois) très attentivement, et ensuite à consulter la symbolique de l’aigle, par exemple en cliquant ici >>.

C’est on ne peut plus parlant.


Et la Madone, dans tout cela ?


Ah ben là, à hauteur de ce que j’ai compris de la chanson, je ne crois pas que Peter en parle :p

Il y a environ 3 ans (de mémoire…), je découvrais l’histoire de cette chanson en surfant sur le ouebe, tel Kelly Slater ridant Teahupoo – avec moins de classe, toutefois, me direz-vous peut-être. J’en conviens.
J’accepte ce que vous dites.

Comme je suis l’auteur de la TGM, et que je suis tout à fait sensible à son axiome 4, je n’ai pas vu de hasard en cela.
J’étais en effet en grand questionnement sur beaucoup de choses (« que mangeons-nous ce soir », « j’me coupe les tiffs ou pas », « pizza ou kebab » etc…), particulièrement à cette période.

Et là, découvrant donc le sens des paroles, l’histoire toussa toussa, v’là pas que j’me dis : « mais patin de zob, il a raison Peter, je vais aller siffler là-haut sur la colline ».
Bon, siffler sur la colline, en y réfléchissant bien, c’était plutôt l’immense et regretté Joe Dassin. Il aura son billet.

Et là, ça a fait tilt dans mon bulbe gris à une vitesse que je trouve tout à fait flatteuse pour un organe dans cet état de cet âge.
Parce que MA colline, figurez-vous qu’elle était à 3 bornes à vol de piaf de la maison familiale.

Et cette colline, sise à Saint-Gengoux-le-National, charmante ville de 1 000 âmes (environ), elle est protégée et magnifiée par une superbe Madone.
Marie, un personnage dont l’aura spirituelle m’interpelle.
Par le mystère des connexions neuronales, j’ai aussitôt associé cette colline de la Madone à Solsbury Hill.

Peu de temps après, je proposais à mon Fils – alors en congés dans notre pampa – et à une de mes nièces & son chéri, mon neveu lui aussi, donc, d’aller pique-niquer en haut de la colline de la Madone, par une belle soirée du mois d’août.
Préparation des sandwichs, des boissons, vérification du stock de clopes et vas-y que je t’embarque tout le monde pour une expérience mystique.

Arrivés à bon port, enfin à bonne colline, je salue tout d’abord la Madone.
Je comprends tout à fait que cela puisse sembler bien cucul à certains, et ça n’est pas bien grave, car je suis cucul à mes heures.
En outre, la MadoneMarie – c’est LA maman des mamans, à mes yeux.
J’ai eu Ma Maman chérie – que j’embrasse de tout mon cœur, où qu’elle se trouve – et je crois que nous en avons tous une autre en la personne de Marie. Elle est aussi très symbolique pour moi, parce qu’elle est LA maman qui a perdu son Fils. La plus tragique des pertes : perdre l’un de ses enfants.

Je lui demande de nous placer sous sa protection, et également de me pardonner par avance pour toutes les conneries que j’allais probablement dire durant la soirée.
Oui, je suis un sale type.

Le pique-nique se déroule dans une superbe ambiance. Mais à un moment, nous entendons l’orage gronder au loin.
Il n’a pas tardé à encercler la colline ; sans jamais la prendre d’assaut.

J’ai remercié Marie et me contrefous de toute autre explication. Je préfère amplement la mienne. Et j’y crois, en outre.
Merci Marie. Pour tout. Et merci Maman, pour tout également.


Spiritualité | La Madone de Saint-Gengoux


En images :

Trouver sa Colline
– Source : l’appareil photo de mon smartphone – Madone de Saint-Gengoux-le-National –

Le panorama magnifique offert par la colline de la Madone :

Trouver sa Colline
– Source : l’appareil photo de mon smartphone – Panorama depuis la colline de la Madone –

Et vous, donc


Quelles que soient vos croyances, je vous souhaite du fond du cœur de trouver VOTRE colline.
Qu’il y ait une Madone ou pas, que vous ayez de la religion ou pas, ce n’est pas le plus important.

L’important, c’est que vous puissiez trouver VOTRE colline, donc.
Un endroit -ou encore une personne – qui vous permette de vous apaiser quand cela ne va pas bien dans votre vie. Ou de partager des moments heureux. Un point de fixation qui permette à votre esprit de marquer un temps… hors du temps.

Il peut s’agir d’une colline, d’une chanson, d’un(e) ami(e) ; peu importe, ce sera votre colline.


Je vous fais plein de bisous les loulous Ride Your Lifers 🙂


Ce billet vous a plu ?

Ceux-ci pourraient alors également vous intéresser :



Crédits :
Illustration principale : Image par cocoparisienne de Pixabay
Vidéo et musique : Youtube et les ayants-droit

Trouver sa Colline
Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)
11+