Nasser Ben Dadoo | Un Bluesman en Bourgogne

Nasser Ben Dadoo | Un Bluesman en Bourgogne

14+
Temps de lecture estimé : 6 minutes
Bookmark

No account yet? Register

Nasser Ben Dadou pour l’état civil, Nasser Ben Dadoo pour la scène.

Originaire de Marseille, Nasser a eu l’heureuse idée de venir s’installer à Saint-Gengoux-le-National – en Saône-et-Loire – il y a quelques années.

C’est cette proximité qui m’a permis de le découvrir à l’occasion d’un concert durant lequel il accompagnait un musicien Américain.


Salut les Loulous,

Il y a quelques années, un soir d’été… Mon frère aîné et moi étions en quête d’une soirée bar / concert.

C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à Givry, charmante ville de 3 400 et quelques âmes, dans un bar à l’ambiance cosy.

Au programme : un musicien Américain francophile – Steven McCallum – accompagné par une bande de très bons musiciens.

Parmi eux, je remarque un guitariste qui m’a vraiment époustouflé. En plus, parmi ses guitares, il y a… l’une d’entre elles qui ressemble à l’une des Lucille de BB King (parce que BB, il a eu tout plein de « Lucille »).
À l’occasion d’une pause, je discute avec lui et découvre qu’il habite à Saint-Gengoux, tout près de ma base de l’époque. Il s’appelle Nasser Ben Dadoo.


Nasser Ben Dadoo: but who are you?


Il y a quelque temps, j’ai proposé à Nasser de nous rencontrer autour d’un verre (rime !) afin de mener un genre d’interview.
Truc super pro : ma zone de confort. Bloc notes et questions presque préparées.
Debrief.

RYL (en italique pour la suite) :

Salut Nasser.
Commençons fort. Nom, prénom et tutti quanti.

Nasser (en gras pour la suite) :

Salut Olivier.
Nasser Ben Dadou, AKA Nasser Ben Dadoo, musicien professionnel.

Mais alors c’est ton vrai nom, ton nom de scène ?

Oui, avec un « oo » à la place du « ou ».

Comme à la grande époque de la netéconomie ?


Disons qu’avec la graphie « Ben Dadoo », ça fait plus bluesman.

Bien bien. À quel âge as-tu commencé à jouer de la musique ?

Vers l’âge de 11 ans.

Avec la guitare, directement ?

Oui, la guitare.

Et de suite, ça a été le Blues ?

Notamment. C’est une musique sur laquelle j’ai vite accroché. Le Jazz également.
Après, quand tu es ado, tu joues forcément du Rock, d’une manière plus générale. Avec des copains. Les groupes de collège, de lycée.

Et après le lycée…

Après l’école, j’ai continué dans la musique. Il y en a qui décrochent, pour tout un tas de raisons. Pour ma part, j’ai su que c’était ma voie.

Et ta voie, c’est surtout le blues, donc.

Oui. Le blues, ça représente les racines d’à peu près tout le rock et une grande partie de la musique moderne, que ce soit musicalement ou socialement.


Interlude Musical


Nasser Ben Dadoo – Long Way Home (Session Blues sur Seine) :

– Source : Youtube | Nasser Ben Dadoo @Blues sur Seine / Long Way Home –

Nasser Ben Dadoo – L’Interview | part 2


Socialement ? T’as des revendications ?

Le Blues, sous couvert de textes qui parlent de la vie quotidienne personnelle, ça a été l’une des premières manières pour les Afro-Américains de dénoncer les problèmes sociaux.

Ah… Comment, par exemple ?

Pour un Afro-Américain, il semblait difficile – il faut revenir au début du XXeme siècle – de dénoncer les conditions de travail et leur exploitation par – disons-le simplement – des patrons « Blancs » sans risquer la censure, ou pire.
Alors beaucoup usaient de métaphores.
Exemple fictif, mais qui traduit bien l’idée : « Chérie, donne-moi plus d’eau parce que j’ai soif », c’était une façon métaphorique de dire « Patron, paye-moi mieux ». Tout le monde ou presque comprenait le message, mais comme il était moins direct, pas de censure possible.

Franchement, je n’aurais jamais imaginé tout cela…
Sinon, ta formation musicale s’appelle « Hat Man Session ». Pourquoi ce nom ?

Tout simplement parce que je porte très souvent des couvre-chefs : chapeaux, et surtout casquettes, désormais. Mon surnom vient de là.

C’est vrai qu’elles sont chouettes tes casquettes (rime !).
Quelles sont tes influences au niveau du Blues ?

Pas facile d’en citer, tant il y en a.
Mais disons qu’il y a notamment Stevie Ray Vaughan, Albert King, Robert Johnson…

Alors Stevie Ray Vaughan, je connais, enfin de nom. J’ai un autre ami musicien dont c’est l’une des références clefs.
Le Blues, c’est triste ou pas triste ?

Les deux. Le Blues, c’est la vie, avec ses joies et ses peines.
Pour ma part, j’essaie de communiquer une musique positive, disons.

Ça n’est pas parce que tu abordes des sujets graves que tu dois chanter en donnant le bourdon à ton public.
Le Blues, ça n’est pas une plainte continue, surtout pas, ni une lamentation.
Cela consiste plus dans le fait de chanter de petits ou grands malheurs – parfois – afin d’en parler – c’est important – et également de les commuer en une énergie de construction. Enfin pour ma part, c’est ainsi que je le vis.

C’est aussi une célébration de la vie, j’ai même envie de dire que c’est cela, avant tout.

Oui, je te suis… La musique vivra tant que vivra le Blues.
Mais en fait, le Blues, d’où vient-il vraiment ? Enfin j’ai bien une idée, mais comment est-ce devenu ce que c’est ?

Les racines du Blues sont profondes.
Il y a notamment des influences de la musique d’Afrique de l’Ouest, du Negro Spiritual et du Gospel, mais également de la musique irlandaise.
C’est un melting-pot musical très riche, aux influences multiples.

Quelle est ton actualité au niveau pro ?

La préparation d’un nouvel album pour 2020 : « White Feet ».
Et des concerts, bien entendu. D’ailleurs, je passe à la Ferme de Malo dans une semaine.

Tu passes en concert bientôt dans le coin, et on ne m’a rien dit ?

Ben si, je te le dis.

Alors à très vite, et merci encore pour ton temps.

À toi aussi Olivier, et à bientôt alors. Tu vas arriver à trouver la Ferme de Malo ?

Tu penses. J’ai un sens de l’orientation à faire pâlir d’envie Rahan.


– Source : Youtube | Hat Man Session / Rose out of the Mississippi Mud (cover Muddy Waters) –

Nasser Ben Dadoo : plus d’infos


Vous trouverez ci-dessous quelques liens qui vous permettront de mieux découvrir Nasser et… sa clique.

Site officiel :

https://hatman-session.com/


La Clique Production :

https://www.laclique-production.com/hat-man-session


Hat Man Session EPK 2015 :

– Source : Youtube | Hat Man Session EPK 2015 –

Hat Man Session EPK 2017 :

– Source : Youtube | Hat Man Session EPK 2017 –

Où Acheter la Musique de Nasser ?


Boutique en Ligne :

https://hatman-session.com/boutique


Le concert à la Ferme Auberge de Malo


Parce que oui, j’y suis allé. Et que j’ai vachement bien fait.

Un mot rapide concernant la Ferme de Malo :

La Ferme Auberge de Malo, c’est une véritable auberge, dans une véritable ferme. Avec un véritable cuisinier qui fait du bon manger.

Accueil chaleureux, bonne bouffe roborative et « maison », à base de produits locaux et de qualité.
Ajoutez à cela l’ambiance de la belle cheminée : c’était chaud et douillet, comme à la maison.

Avec en prime de la bonne musique, quand les copains viennent jouer 🙂

Le site web de la Ferme Auberge :

http://aubergemalo.com/wp/


Le Concert de Nasser et Tom :

Par un froid soir de novembre, après m’être légèrement paumé malgré ma Rahan attitude et toute ma bravitude, je suis enfin parvenu in the place to be ce soir-là.

Déjà, depuis le parking, je commençais à entendre de la bonne musique : Nasser et Tom étaient à l’œuvre.

Je me suis faufilé parmi les tables, tel une anguille ninja, afin de me poser sur une chaise (près d’une table, histoire de pouvoir boire un coup).

Et là, festival : Nasser et Tom (Bear) étaient bien en forme, et nous ont délivré facilement 2 heures – avec 2 ou 3 coupures – de Blues, de Rock, de Jazz, avec quelques anecdotes et échanges rigolos avec le public, totalement conquis.

Pas de duel façon branleurs de manches ou guitar hero du dimanche (ça s’est passé un samedi, en plus), mais dialogue à 12 ou 10 cordes entre 2 très bons musiciens venus pour faire plaisir à un public – et se faire plaisir.

Parce que les 2 amis avaient amené du matos, du beau et du bon, qu’ils savent faire sonner : de la guitare Epiphone, de la Dobro, de la Gibson SG, du banjo…
Le pied.

Nasser a joué devant de grands publics, et a même été récompensé à plusieurs reprises (Révélation au Tremplin Blues sur Seine, Prix So Blues des RdV de l’Erdre), mais pour autant, il sait encore jouer dans de petits salles, pour le plaisir de jouer – seul ou avec des potes – et donner du plaisir au public.
Et ça, ça n’a pas de prix.


Suivre l’actu de Nasser


Prochaines dates :

https://hatman-session.com/dates


Pour conclure ce billet…


Nasser rend accessible à tous une musique qui peut parfois sembler complexe : le Blues, le Jazz.

Son niveau technique est impressionnant, mais pour autant, il n’y a pas besoin d’avoir une « culture musicale » particulière pour l’apprécier.
Certes, les connaisseurs reconnaîtront telle ou telle influence, tel ou tel type de jeu.
Mais voilà le point important à mes yeux : Nasser – seul ou accompagné – délivre une musique accessible, qui fait plaisir aux oreilles, et une joie partagée avec son public.

Navigant entre la Saône-et-Loire et Marseille, la ville de son enfance – où il enregistre souvent, il sillonne également les routes de France… et d’ailleurs afin de jouer du Blues qui donne la pêche.


Une impro en studio pour bien terminer

– Source : Youtube | Nasser Ben Dadoo & Tom Bear / Sister of Mercy –

Je vous invite vivement à découvrir plus encore la musique de Nasser Ben Dadoo en vous rendant sur son site 🙂


La zebi les Loulous Ride Your Lifers 🙂


Plus de Musique sur Ride Your Life :




Crédits :
Illustration principale : Nasser Ben Dadoo photographié par Thierry Dufeal

Vidéo et musique : Youtube et les ayant-droits
Les personnages fictifs cités restent la propriété des détenteurs respectifs de leurs droits

Nasser Ben Dadoo | Un Bluesman en Bourgogne
Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)
14+