De l’Abnégation

De l’Abnégation

1 septembre 2019 0 Par Olivier - Ride Your Life
11+
Temps de lecture estimé : 12 minutes
Bookmark

No account yet? Register

De l’Abnégation : il en faut.

Nous pouvons voir 2 choses sur la photo d’illustration de ce billet : une femme qui récompense un toutou en lui offrant une friandise, et un chien qui récompense une femme en lui bavouillant sur la main.

Du pur deal win-win.

Si vous vous posez la question du rapport avec le titre, disons que les toutous partagent avec les philosophes médiatisés une certaine abnégation.


ATTENTION : ce billet comporte une teneur élevée en pignole intellectuelle.
Environ 99%, d’après mes estimations.


Salut les loulous,

Ce billet est un genre de café philo.

Enfin pour le café, vous allez devoir vous débrouiller sans moi ; mais sachez que je vous en offre un fait avec votre cafetière, votre pognon et vos jolies mains, tout cela de bon cœur.

Par contre, j’ai décidé de philosopher. Et ça, vous pouvez en profiter, tout en sirotant votre café.


Sommaire du billet « De l’Abnégation » :


1- Acte I | Philosophe : la pensée du soir >>

2- Acte II | Philosophe : une question >>

3- A quoi cela sert-il ? Est-ce un métier ? >>

4- Acte III | Philosophe : à la limite, on s’en fout >>

5- Acte IV | Philosophe : quelle est la question déjà ? >>

6- Séquence fiction >>

7- J’en reviens à mes philosophes >>

8- Acte V | Philosophe : suis-je jaloux ? >>

9- Acte VI | Philosophe : mon Projet >>

10- Connaissez-vous la sapiosexualité ? >>

11- Conclusion >>

12- Mes Excuses >>


Acte I | Philosophe : la pensée du soir


« L’Univers récompense l’action, pas la pensée »

Il s’agit d’une des devises de mon frère aîné (bisous Philou).

Quand on y réfléchit, ça a pas mal de sens ce truc-là, et c’est applicable dans de nombreuses circonstances.

Je vais développer en tentant de suivre le procédé thèse / antithèse / foutaise synthèse.


Thèse – Application concrète :

Par exemple, si un piano est en train de de tomber d’un building en bas duquel je me trouve, et que je l’aperçois, il vaut mieux que je me barre, plutôt que je ne me mette à penser : « alors à priori, l’immeuble mesure environ 350 mètres. Marde, c’est quoi déjà la formule de l’accélération ? ».

Le premier choix m’offre une possibilité de m’en sortir.
Le second m’offre la possibilité de me transformer en pancake. Surtout vu ma capacité à estimer rapidement la vitesse à laquelle le piano chute.

Notez cependant que pour le piano, cela ne changera pas grand chose.

Ça, c’est la thèse.


Antithèse :

Admettons que – par comme qui dirait la faute à pas de chance – je me trouve de nouveau en bas d’un building, et – c’est là que la malchance intervient – je vois de nouveau un piano suicidaire tomber du 53 ème étage.

Je me lève, et je te bouscule me déplace, comme d’habitude, et là je me transforme en pancake.
Parce que le piano, il n’avait pas décidé de se suicider en se jetant sur moi, mais en me déplaçant, je me suis placé au point d’impact.

J’ai été dans l’action, mais sans penser préalablement.

Donc la maxime de Philou ne serait pas si pertinente que cela.


Synthèse :

J’aurais tendance à modifier légèrement l’intitulé de la maxime chère à Philou de cette manière :

« L’Univers récompense l’action, pas la pensée, mais une bonne pensée guide toutefois bien une action à venir »

Là, je mets tous les pianos du monde d’accord.

Et, pour conclure sur ce point là, nous avons bien compris que l’idée de cette maxime, c’est tout de même de dire plus ou moins ceci :

– Source : Youtube – Coluche, de l’action et de la pensée –

Évidemment, dit comme ça, tout s’éclaire.


Acte II | Philosophe : une question


Sans doute avez-vous déjà vu – si vous regardez la télévision, même à petites doses – des personnages plus ou moins savants être invités sur de multiples plateaux, surtout quand ils ont un livre à vendre ou qu’ils ont senti que la plèbe avait besoin d’être éclairée quant à la réforme des retraites à venir, ou encore nous expliquer le bien fondé du prochain bombardement pour exporter notre démocratie et lutter contre ce régime odieux qui ne fait rien que tuer des gens avec des bombes que nous ne leur avons pas vendues.

Ces personnages étranges – en tout cas pour moi – ce sont les philosophes.
Attention, ce que j’ai écrit plus haut, c’est pour la blague. Tous les philosophes invités sur les plateaux ne disent pas ce genre de chose.
Il y en a qui viennent pour parler de recettes de cuisine ou nous expliquer que le dernier livre de untel, c’est de la marde.
Allez, je taquine.

Le fait est cependant bien réel : il y a de plus en plus de philosophes médiatisés.

À une époque plus ancienne – je ne vais pas remonter jusqu’à Platon, cette époque là, elle est vieille comme mes robes – les philosophes, ils philosophaient, donnaient des cours, sifflaient des cafés au Flore etc…
Alors certains étaient déjà très connus ; c’est juste qu’on ne leur demandait pas leur avis sur tout.
Il faut dire que Youtube n’existait pas. Ni une certaine télévision.


Mes tarauds me titillent…

Toutefois, une question me taraude : mais qu’est-ce qu’un philosophe ?
En fait, il y en a une autre – qui elle me taraude encore plus : philosophe, est-ce un métier ?

J’ai une vague idée de la réponse négative à la seconde question, mais j’ai toutefois repris mon job de journaliste d’investigation en herbe.
La première, je pense en avoir une idée de réponse nettement moins vague. Et il n’y a aucune blague ou taquinerie concernant ma réponse.


A quoi cela sert-il ? Est-ce un métier ?


J’ai donc cherché la définition de philosophe sur Wikipedia.

Et là, truc de ouf.
Afin de ne pas me peler tout l’article, je fais directement « ctrl F » / métier.

Believe me or not…

De l'Abnégation
– Source : Wikipedia – Définition de « philosophe » / recherche de « métier » au sein de la page –

Si vous (aussi) vous voyez mal : le seul endroit de la page où je trouve le mot « métier », c’est en bas, dans le lien « Portail du travail et des métiers ».

Autant vous dire que j’étais excité comme un morbak qui change de pubis :

« Nom d’une fellation en matière dont on fait les flutes, c’est donc bien un métier », que j’me dis.


Je vais tout de même vérifier en cliquant sur le lien.

De l'Abnégation
– Source : Wikipedia – Portail des métiers / Lettre M –

Ça ratisse tout de même assez large.
Vous ne pouvez pas le voir parce que je ne sais pas comment sélectionner au-delà de mon écran, sous Paint, et c’est bien dommage, parce que tout en bas, il y a le métier Purkullu.

« Un purkullu est le nom des tailleurs et graveurs de pierres et notamment de sceaux-cylindres, en Mésopotamie. »
– Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Purkullu –

Par contre, pour philosophe, kedale, nib, peau d’balle. RIEN.

Je déduis donc – suite à la lecture de la définition du mot philosophe et du Portail des métiers – qu’il y a un genre de point de convergence : philosophe ne semble pas être un métier.

J’ai bien envie de dire que je m’en doutais, mais j’ai voulu vérifier.

Bien entendu, si j’étais rigoureux et intellectuellement parlant honnête, je soulignerais que – notamment – Pâtissier, Potier, Prostitué(e) et encore tout plein d’autres métiers ne figurent pas au sein de cette liste à la lettre P.
Cela dit, je rappelle qu’il n’y a rien au sein de la définition de philosophe – en-dehors de la mention faite au Portail des Métiers – qui stipule que c’en est un.
Alors que si je me tape une prostituée, je trouve cette définition là, et qu’il est y est bien indiqué qu’il s’agit d’une profession.

J’dis ça j’dis rien

Donc, à hauteur des informations que j’ai pu glaner, philosophe ne semble pas être un métier.
Je sais, je l’ai écrit quelques paragraphes plus haut ; il s’agit d’une amplification d’effet au travers de l’utilisation d’une redondance.


Acte III | Philosophe : à la limite, on s’en fout


Ça n’est pas parce qu’il ne s’agirait pas – information mise au conditionnel – d’un métier que l’on ne peut pas se dire « philosophe ».
Je me suis bien fait imprimer des cartes de visite avec blogueur comme titre.

D’un autre côté, blogueur professionnel, à mon avis, c’est un métier, alors que philosophe professionnel, j’suis pas bien sûr, une fois encore, qu’il s’agisse d’un métier.
D’ailleurs, lorsqu’un philosophe est présenté – ou se présente – comme tel, il ne précise pas philosophe professionnel.

Subséquemment, je pense à d’autres invités récurrents : les experts.
Pour eux, je note qu’il y a assez souvent la précision « expert en art », « expert d’assurances », « expert donc pas ton temps à lui expliquer, il est un peu con » ; ah nan, ça c’est pas un métier.
Par contre, expert comptable, c’en est un.

Figurez-vous que j’ai même vu expert en philosophie
Là, ça devient énorme. Ça n’est encore une fois pas un métier, mais patin ça claque.

« Tu fais koa dans la vie ? »
– « J’suis expert en philosophie »
– « Putain trop d’la balle ! Ça aide pour pécho des meufs ? »
– « T’as pas idée »


Acte IV | Philosophe : quelle est la question déjà ?


L’idée en fait, c’est de savoir « patin mais pourquoi ils se présentent comme étant des philosophes ? ».
Ou encore « mais pourquoi ne précise-t-on pas quel métier ils exercent en vrai ? ».

Note : vous pouvez aller vous servir un second café, y en a encore pour un moment.


Pourquoi se présentent-ils comme étant des philosophes ?

Là, plusieurs hypothèse me viennent à l’esprit.

1/ Pour que je puisse rédiger ce billet.

Si je m’en réfère à l’axiome 3 de la TGM, cela semble tout à fait crédible.

2/ Afin d’asseoir un statut d’intellectuel.

L’intellectuel, c’est en quelque sorte l’aristocrate de la pensée dans les milieux autorisés.

Et en ces temps troublés, nous autres pauvres ignares, nous avons besoin d’être éclairés par des gens qui réfléchissent beaucoup.

Cette hypothèse-là me semble elle aussi tout à fait crédible.
Enfin pour sa partie infantilisante, pas pour le reste.

Sans déconner, moi aussi j’ai allé à l’ékol

Même que moi aussi j’ai fait de la philo ; en terminale. En plus, j’ai cartonné au bac : j’ai obtenu une note 3 fois égale à ma moyenne de l’année. Soit 6.
6 c’est ma note au bac à l’épreuve de philosophie, je précise, et non pas ma moyenne de l’année de terminale.
Sinon vous vous doutez bien que je serais philosophe.


Pourquoi ne précise-t-on pas ce qu’est leur métier ?

Là c’est tout pareil, j’ai plusieurs hypothèses qui traversent mon esprit.

1/ Parce qu’ils viennent d’une famille pétée de tunes, et qu’ils n’ont pas besoin de travailler.

Alors ça, je me dis tout de même que c’est mesquin.
En plus, on peut très bien travailler sans pour autant que ce soit un métier.

2/ Afin d’asseoir un statut d’intellectuel.

Oui, j’ai effectué un copier/coller.
Mais non, ça n’est pas par erreur.

L’infantilisation est en route depuis quelques années.


Séquence fiction


J’en veux pour preuve que quand je me fais contrôler par les forces de l’ordre en raison d’une opération « luttons contre les gens alcoolisés au volant », j’ai à chaque fois droit à :

« Bonsoir (pour Monsieur, je peux me brosser 1 fois sur 2), avez-vous bu avant de prendre le volant »
– « Ben non M’sieur »
– « Très bien. Soufflez fort pendant 5 secondes »

Ça, c’est de l’infantilisation.
Dans mon cas, je nettoie leurs éthylotests, parce que je déteste l’alcool sous toutes ses formes.
Mais j’imagine bien que des tas de types plus ou moins bourrés tentent le coup…

– « Bonsoir, avez-vous bu avant de prendre le volant »
– « Ben non M’sieur »

Parfois, le citoyen contrôlé réalise tout de même qu’il est rouge pivoine et renifle le pastaga à 2 bornes
« Enfin juste 1 ou 2 verres avec des copains koa »
– « Très bien. Soufflez fort pendant 5 secondes »
– « pfffffffffffft »
– « Encore encore encore… »
[c’est chiant quand ils font ça, hein ? :D]
– « Oh ben dites donc, le machin il a fondu. Vous avez sifflé 2 verres d’1 litre ou quoi ? Chef, j’ai un civil bourré ET menteur ! »


J’en reviens à mes philosophes


Ils ont certainement un métier, mais contrairement aux acteurs, chanteurs, boulangers, directeurs commerciaux, hôtesses de l’air, pilotes de soucoupes volantes etc… ils sont présentés – ou se présentent – avec un titre, une… j’sais même pas quoi en fait : philosophe. Qui n’est donc pas leur métier.

Quand je regarde une émission qui comporte un philosophe parmi ses invités, je serre les fesses en me disant « patin, je vais encore me prendre un 6 » ; ou – surtout – une bonne crise de rire, ou de larmes, selon le cas.

Pour conclure sur ce point là, j’ai très envie d’écrire – et je ne vais pas m’en priver – que le fait de se présenter en tant que philosophe, cela revient à asseoir le statut d’intellectuel. Je sais, je l’ai déjà écrit. C’est une fois encore de la redondance.

Le philosophe, c’est le gnostique des temps modernes.
Il sait. Il a lu. C’est pas comme d’autres.
En plus, il passe le plus clair de son temps à réfléchir ; le reste du temps, il nous livre le fruit de sa réflexion. Pour notre bien. Ingrat que je suis.

C’est un gnostique – mot qui est empreint d’une forte connotation religieuse – car la religion n’est pas morte. Loin de là. Elle a juste changé de nom.
A la religion « classique », notre pays a créé une réplique : la République.
Elle comporte son lot de postulats ; elle est au-dessus de tout : notamment des Hommes.

Le philosophe, c’est un membre du clergé de la république.
Qu’il nous explique qu’il adhère au modèle en place ou non.


Acte V | Philosophe : suis-je jaloux ?


Parce qu’après avoir écrit tout cela, la question est légitime.

Ma réponse est simple : bien entendu.

Je suis jaloux ; mais pas que.
Je suis également – forcément – aigri, complexé, et secrètement admiratif, sauf que je ne saurais l’écrire sans perdre la face, car il me faudrait alors assumer cette terrible contradiction.

J’ai donc un projet.


Acte VI | Philosophe : mon Projet


Venant de faire un genre de coming-out relatif à ma jalousie, je me suis dit « mais patin de nom d’une pratique bucco-génitale en fagot, je vais devenir philosophe ».

Oui, j’ai décidé de devenir philosophe.

Soyons clairs : le travail induit par la nécessité de combler mes lacunes, ça me rebute.
Cela dit, je suis certain qu’il existe sur Youtube des genres de tutoriels.

D’ailleurs, j’ai cherché – vite fait.
J’ai trouvé cette vidéo :

– Source : Youtube – Auteur inconnu de nos services –

Autant vous dire que l’écoute de cette vidéo qui n’en est pas une – il s’agit juste d’une piste audioa suscité en moi un espoir important quant à mon avenir dans le domaine de la philosophie.

De toute façon, je consacrerai le minimum de temps à la formation.
Ce qui m’intéresse, c’est le statut, et tous ses avantages. Pas le savoir. Le savoir, il y a tout plein de gens qui l’ont.

Je vais donc – légèrement – tricher. Enfin prendre des raccourcis, et faire preuve de l’une de mes spécialités : la trivialité.

Au niveau du look, c’est plutôt pas mal, quand j’y pense.
Cheveux longs, tatoué, le regard souvent vide mais qui peut clignoter.

Je vais donc devenir un genre de philosophe New Age.

Au niveau des fringues, j’hésite encore. Conserver le look biker ; ça pourrait être raccord.
J’abandonne l’idée de la chemises à jabot ouverte sur un torse velu : trop utilisée. En plus, je suis glabre.

Je me pose la question d’avoir un genre d’accessoire, type mascotte animale ; l’araignée, c’est déjà pris. Je vais peut-être opter pour un truc plus neutre : une pintade en peluche, ou encore un poulpe. J’aurais bien pris un vrai, mais cela m’imposerait de devenir philosophe new age en milieu aquatique… Donc ça sera une peluche, également.


Le pourquoi de ce projet :

Je vais être 100% honnête : comme je l’ai dit, ce qui m’intéresse, c’est le statut. Et ses avantages.

Pourquoi le statut m’intéresse-t-il ?

C’est juste pour pécho des filles.


Connaissez-vous la sapiosexualité ?


Je vous laisse en découvrir la définition :

Définition de la Sapiosexualité sur Wikipedia >>


Je retiens l’essentiel :

La sapiosexualité est le fait d’être sexuellement et/ou sentimentalement [NDLR : ça, je n’en ai rien à cirer] attiré par des personnes intelligentes, instruites ou charismatiques.
– Source : Wikipedia –

Il y a donc des femmes sapiosexuelles. C’est du tout cuit.
Notez bien qu’il est écrit « par des personnes intelligentes, instruites ou charismatiques ».
Ce qu’il faut lire : « par des personnes qui ont l’air d’être […] ».
Tout est dans la capacité à entretenir l’illusion.


Avoir l’air intelligent :

Je peux jouer sur la très grande confusion qui règne entre l’intelligence et le savoir, l’instruction, la culture.
Problématique : cela m’imposerait de devenir savant, instruit, cultivé.
Solution : il faut juste en avoir l’air.
De plus, cela est très relatif : certaines personnes peuvent en trouver d’autres très savantes, instruites, cultivées, soit parce qu’elles le sont moins, ou parce qu’elles pensent l’être moins, ou encore parce que les personnes qu’elles voient ainsi disposent d’un savoir, d’une instruction, d’une culture dans un domaine qu’elle ne connaissent pas, ou très peu.


Avoir l’air instruit :

Et par voie de conséquence, avoir en plus l’air intelligent, pour celles (ça n’est pas une remarque sexiste : je vous rappelle que ma cible est féminine) qui confondent intelligence et instruction.
Pour avoir l’air instruit, j’entrevois 2 solutions :
– M’instruire. Bof, trop laborieux.
– Solution numéro 2 : utiliser quelques références piochées par-ci par-là , et savoir les ressortir au bon moment.
Connaître quelques philosophes incontournables : Platon (bon lui ça m’ennuie, il y a l’adjectif platonique, c’est pas super raccord à mon projet, mais ça donne une base antique), Spinoza (en plus, le gazier de la bande audio, il en parle et dit en substance que c’est une superstar dans le domaine), Kant (I kant stand losing), Kierkegaard (parce que son nom, il pète des lucs), Nietzsche (je préfère Jack Nitzsche, mais il n’est pas crédité comme philosophe) et quelques autres.
Cela requiert encore un effort, mais moindre. Je me contenterai d’apprendre quelques unes de leurs citations.


Avoir l’air charismatique :

Si j’ai l’air intelligent et instruit, et qu’en plus j’ai un beau blouson en cuir, des tatouages et des cheveux longs, y pas de raison. J’aurai un charisme de ouf.
Physiquement, je suis globalement périmé, mais ça, je m’en fous : je vais viser les sapiosexuelles.
Ça sera grâce à mon aura qu’elles succomberont. Sinon elles iraient pécho du beau gosse musclé dans des clubs de fitness. Et ne seraient alors pas sapiosexuelles, donc elles seraient hors-cible.


Conclusion


Je vais très certainement libérer du temps dans le cadre de ce projet.

Si j’y parviens, j’envisage même de tenir sur Ride Your Life un genre de chronique, sous la forme d’une mini-série, à épisodes donc :
« Comment je suis devenu philosophe ».

Je vous tiendrai informé(e)s. Bien entendu.


Mes Excuses


Vous êtes philosophe médiatisé, ou vous avez un philosophe médiatisé au sein de votre famille, ou encore vous appréciez les philosophes médiatisés : je vous présente toutes mes excuses quasiment sincères si vous avez été heurté(e) par mes propos.

J’ai toutefois confiance en votre capacité de pardon, résultante de votre très grande capacité d’abnégation.
Vous appréciez le savoir pour le plaisir d’apprendre, voire de le dispenser aux autres.
C’est tellement beau.

Pour ma part, je ne suis parfois qu’un rustre.


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Ce billet vous a plu ?

Ceux-ci pourraient alors également vous intéresser :


Encore plus de culturisation :



Crédits :
Illustration principale : Image par Hebi B. de Pixabay

De l'Abnégation
Les derniers articles par Olivier - Ride Your Life (tout voir)
11+