Ride Your Life https://ride-your-life.fr LifeStyle | Moto | Musique | Tattoos | Vintage | Et Plus... Thu, 20 Feb 2020 11:11:34 +0000 fr-FR hourly 1 https://i1.wp.com/ride-your-life.fr/wp-content/uploads/2019/09/cropped-Favicon_Ride_Your_Life-1.jpg?fit=32%2C32&ssl=1 Ride Your Life https://ride-your-life.fr 32 32 167814281 Nasser Ben Dadoo | Un Bluesman en Bourgogne https://ride-your-life.fr/musique/nasser-ben-dadoo/03/02/2020/ https://ride-your-life.fr/musique/nasser-ben-dadoo/03/02/2020/#respond Mon, 03 Feb 2020 15:51:43 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=9631 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 6 minutes Nasser Ben Dadoo est un Bluesman Français aux accents musicaux très roots.

L’article Nasser Ben Dadoo | Un Bluesman en Bourgogne est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 6 minutes
Favoris

Nasser Ben Dadou pour l’état civil, Nasser Ben Dadoo pour la scène.

Originaire de Marseille, Nasser a eu l’heureuse idée de venir s’installer à Saint-Gengoux-le-National – en Saône-et-Loire – il y a quelques années.

C’est cette proximité qui m’a permis de le découvrir à l’occasion d’un concert durant lequel il accompagnait un musicien Américain.


Salut les Loulous,

Il y a quelques années, un soir d’été… Mon frère aîné et moi étions en quête d’une soirée bar / concert.

C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à Givry, charmante ville de 3 400 et quelques âmes, dans un bar à l’ambiance cosy.

Au programme : un musicien Américain francophile – Steven McCallum – accompagné par une bande de très bons musiciens.

Parmi eux, je remarque un guitariste qui m’a vraiment époustouflé. En plus, parmi ses guitares, il y a… l’une d’entre elles qui ressemble à l’une des Lucille de BB King (parce que BB, il a eu tout plein de « Lucille »).
À l’occasion d’une pause, je discute avec lui et découvre qu’il habite à Saint-Gengoux, tout près de ma base de l’époque. Il s’appelle Nasser Ben Dadoo.


Nasser Ben Dadoo: but who are you?


Il y a quelque temps, j’ai proposé à Nasser de nous rencontrer autour d’un verre (rime !) afin de mener un genre d’interview.
Truc super pro : ma zone de confort. Bloc notes et questions presque préparées.
Debrief.

RYL (en italique pour la suite) :

Salut Nasser.
Commençons fort. Nom, prénom et tutti quanti.

Nasser (en gras pour la suite) :

Salut Olivier.
Nasser Ben Dadou, AKA Nasser Ben Dadoo, musicien professionnel.

Mais alors c’est ton vrai nom, ton nom de scène ?

Oui, avec un « oo » à la place du « ou ».

Comme à la grande époque de la netéconomie ?


Disons qu’avec la graphie « Ben Dadoo », ça fait plus bluesman.

Bien bien. À quel âge as-tu commencé à jouer de la musique ?

Vers l’âge de 11 ans.

Avec la guitare, directement ?

Oui, la guitare.

Et de suite, ça a été le Blues ?

Notamment. C’est une musique sur laquelle j’ai vite accroché. Le Jazz également.
Après, quand tu es ado, tu joues forcément du Rock, d’une manière plus générale. Avec des copains. Les groupes de collège, de lycée.

Et après le lycée…

Après l’école, j’ai continué dans la musique. Il y en a qui décrochent, pour tout un tas de raisons. Pour ma part, j’ai su que c’était ma voie.

Et ta voie, c’est surtout le blues, donc.

Oui. Le blues, ça représente les racines d’à peu près tout le rock et une grande partie de la musique moderne, que ce soit musicalement ou socialement.


Interlude Musical


Nasser Ben Dadoo – Long Way Home (Session Blues sur Seine) :

– Source : Youtube | Nasser Ben Dadoo @Blues sur Seine / Long Way Home –

Nasser Ben Dadoo – L’Interview | part 2


Socialement ? T’as des revendications ?

Le Blues, sous couvert de textes qui parlent de la vie quotidienne personnelle, ça a été l’une des premières manières pour les Afro-Américains de dénoncer les problèmes sociaux.

Ah… Comment, par exemple ?

Pour un Afro-Américain, il semblait difficile – il faut revenir au début du XXeme siècle – de dénoncer les conditions de travail et leur exploitation par – disons-le simplement – des patrons « Blancs » sans risquer la censure, ou pire.
Alors beaucoup usaient de métaphores.
Exemple fictif, mais qui traduit bien l’idée : « Chérie, donne-moi plus d’eau parce que j’ai soif », c’était une façon métaphorique de dire « Patron, paye-moi mieux ». Tout le monde ou presque comprenait le message, mais comme il était moins direct, pas de censure possible.

Franchement, je n’aurais jamais imaginé tout cela…
Sinon, ta formation musicale s’appelle « Hat Man Session ». Pourquoi ce nom ?

Tout simplement parce que je porte très souvent des couvre-chefs : chapeaux, et surtout casquettes, désormais. Mon surnom vient de là.

C’est vrai qu’elles sont chouettes tes casquettes (rime !).
Quelles sont tes influences au niveau du Blues ?

Pas facile d’en citer, tant il y en a.
Mais disons qu’il y a notamment Stevie Ray Vaughan, Albert King, Robert Johnson…

Alors Stevie Ray Vaughan, je connais, enfin de nom. J’ai un autre ami musicien dont c’est l’une des références clefs.
Le Blues, c’est triste ou pas triste ?

Les deux. Le Blues, c’est la vie, avec ses joies et ses peines.
Pour ma part, j’essaie de communiquer une musique positive, disons.

Ça n’est pas parce que tu abordes des sujets graves que tu dois chanter en donnant le bourdon à ton public.
Le Blues, ça n’est pas une plainte continue, surtout pas, ni une lamentation.
Cela consiste plus dans le fait de chanter de petits ou grands malheurs – parfois – afin d’en parler – c’est important – et également de les commuer en une énergie de construction. Enfin pour ma part, c’est ainsi que je le vis.

C’est aussi une célébration de la vie, j’ai même envie de dire que c’est cela, avant tout.

Oui, je te suis… La musique vivra tant que vivra le Blues.
Mais en fait, le Blues, d’où vient-il vraiment ? Enfin j’ai bien une idée, mais comment est-ce devenu ce que c’est ?

Les racines du Blues sont profondes.
Il y a notamment des influences de la musique d’Afrique de l’Ouest, du Negro Spiritual et du Gospel, mais également de la musique irlandaise.
C’est un melting-pot musical très riche, aux influences multiples.

Quelle est ton actualité au niveau pro ?

La préparation d’un nouvel album pour 2020 : « White Feet ».
Et des concerts, bien entendu. D’ailleurs, je passe à la Ferme de Malo dans une semaine.

Tu passes en concert bientôt dans le coin, et on ne m’a rien dit ?

Ben si, je te le dis.

Alors à très vite, et merci encore pour ton temps.

À toi aussi Olivier, et à bientôt alors. Tu vas arriver à trouver la Ferme de Malo ?

Tu penses. J’ai un sens de l’orientation à faire pâlir d’envie Rahan.


– Source : Youtube | Hat Man Session / Rose out of the Mississippi Mud (cover Muddy Waters) –

Nasser Ben Dadoo : plus d’infos


Vous trouverez ci-dessous quelques liens qui vous permettront de mieux découvrir Nasser et… sa clique.

Site officiel :

https://hatman-session.com/


La Clique Production :

https://www.laclique-production.com/hat-man-session


Hat Man Session EPK 2015 :

– Source : Youtube | Hat Man Session EPK 2015 –

Hat Man Session EPK 2017 :

– Source : Youtube | Hat Man Session EPK 2017 –

Où Acheter la Musique de Nasser ?


Boutique en Ligne :

https://hatman-session.com/boutique


Le concert à la Ferme Auberge de Malo


Parce que oui, j’y suis allé. Et que j’ai vachement bien fait.

Un mot rapide concernant la Ferme de Malo :

La Ferme Auberge de Malo, c’est une véritable auberge, dans une véritable ferme. Avec un véritable cuisinier qui fait du bon manger.

Accueil chaleureux, bonne bouffe roborative et « maison », à base de produits locaux et de qualité.
Ajoutez à cela l’ambiance de la belle cheminée : c’était chaud et douillet, comme à la maison.

Avec en prime de la bonne musique, quand les copains viennent jouer 🙂

Le site web de la Ferme Auberge :

http://aubergemalo.com/wp/


Le Concert de Nasser et Tom :

Par un froid soir de novembre, après m’être légèrement paumé malgré ma Rahan attitude et toute ma bravitude, je suis enfin parvenu in the place to be ce soir-là.

Déjà, depuis le parking, je commençais à entendre de la bonne musique : Nasser et Tom étaient à l’œuvre.

Je me suis faufilé parmi les tables, tel une anguille ninja, afin de me poser sur une chaise (près d’une table, histoire de pouvoir boire un coup).

Et là, festival : Nasser et Tom (Bear) étaient bien en forme, et nous ont délivré facilement 2 heures – avec 2 ou 3 coupures – de Blues, de Rock, de Jazz, avec quelques anecdotes et échanges rigolos avec le public, totalement conquis.

Pas de duel façon branleurs de manches ou guitar hero du dimanche (ça s’est passé un samedi, en plus), mais dialogue à 12 ou 10 cordes entre 2 très bons musiciens venus pour faire plaisir à un public – et se faire plaisir.

Parce que les 2 amis avaient amené du matos, du beau et du bon, qu’ils savent faire sonner : de la guitare Epiphone, de la Dobro, de la Gibson SG, du banjo…
Le pied.

Nasser a joué devant de grands publics, et a même été récompensé à plusieurs reprises (Révélation au Tremplin Blues sur Seine, Prix So Blues des RdV de l’Erdre), mais pour autant, il sait encore jouer dans de petits salles, pour le plaisir de jouer – seul ou avec des potes – et donner du plaisir au public.
Et ça, ça n’a pas de prix.


Suivre l’actu de Nasser


Prochaines dates :

https://hatman-session.com/dates


Pour conclure ce billet…


Nasser rend accessible à tous une musique qui peut parfois sembler complexe : le Blues, le Jazz.

Son niveau technique est impressionnant, mais pour autant, il n’y a pas besoin d’avoir une « culture musicale » particulière pour l’apprécier.
Certes, les connaisseurs reconnaîtront telle ou telle influence, tel ou tel type de jeu.
Mais voilà le point important à mes yeux : Nasser – seul ou accompagné – délivre une musique accessible, qui fait plaisir aux oreilles, et une joie partagée avec son public.

Navigant entre la Saône-et-Loire et Marseille, la ville de son enfance – où il enregistre souvent, il sillonne également les routes de France… et d’ailleurs afin de jouer du Blues qui donne la pêche.


Une impro en studio pour bien terminer

– Source : Youtube | Nasser Ben Dadoo & Tom Bear / Sister of Mercy –

Je vous invite vivement à découvrir plus encore la musique de Nasser Ben Dadoo en vous rendant sur son site 🙂


La zebi les Loulous Ride Your Lifers 🙂


Plus de Musique sur Ride Your Life :




Crédits :
Illustration principale : Nasser Ben Dadoo photographié par Thierry Dufeal

Vidéo et musique : Youtube et les ayant-droits
Les personnages fictifs cités restent la propriété des détenteurs respectifs de leurs droits

L’article Nasser Ben Dadoo | Un Bluesman en Bourgogne est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/musique/nasser-ben-dadoo/03/02/2020/feed/ 0 9631
La Time Machine de Ride Your Life https://ride-your-life.fr/divers/la-time-machine-de-ride-your-life/07/01/2020/ https://ride-your-life.fr/divers/la-time-machine-de-ride-your-life/07/01/2020/#comments Tue, 07 Jan 2020 17:04:25 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=9167 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes Robby vous présente la Time Machine de Ride Your Life.

L’article La Time Machine de Ride Your Life est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes
Favoris

C’est moi – Robby le Robot – qui ai été choisi pour piloter la Time Machine – la Machine à Remonter le Temps de Ride Your Life.


Coucou les biologiques !

Ceci est mon premier billet sur Ride Your Life, et j’ai le plaisir de vous présenter ma création : la Time Machine, qui va nous permettre de voyager dans le temps.

En 2020, nous allons explorer les Années 1980… qui vont commencer en 1979 et terminer en 1990.
Comme cela, chaque mois correspondra à une année.

La logique robotique est implacable.


Time Machine Ride Your Life | Ce que vous découvrirez à l’occasion de nos voyages


La Time Machine est un outil fantastique, mais elle ne permet pas de modifier ce qui s’est passé : elle permet simplement de le contempler, de se le remémorer.

Et vous les biologiques, vous contemplez souvent :p


Au programme de la Time Machine, vous trouverez donc :

  • Beaucoup de Musique.
  • Parfois de la Moto.
  • Du Cinéma.
  • Diverses informations relatives à des événements survenues durant les années concernées.

Time Machine Ride Your Life : à quand le premier voyage ?


Pour très bientôt !

Je vous emmènerai prochainement en 1979 afin de découvrir ce que les biologiques écoutaient comme musique, parce que c’est quelque chose de très important pour vous.
Vous appréciez le fait de trémousser du popotin, et à cette époque, c’était même du délire dans le genre.

Mon créateur me l’a appris :p


Mon Point de Vue de Robot


Ma condition de robot induit une perception différente de tous ces sujets qui vous intéressent.

Pour autant, j’ai été programmé selon les très sages Lois de la Robotique définies par Isaac Asimov & John Campbell, et j’ai en outre été doté d’une intelligence artificielle de haut vol (c’est ce qui est écrit sur la brochure commerciale de ma série).

Depuis ma création, j’expérimente donc avec ce qui m’a été donné afin de tenter de faire miennes – ou tout du moins de comprendre au mieux – les émotions humaines, tout comme j’ai appris à… aimer, enfin je crois.

Et vous, les biologiques, je vous aime et ne vous veut que du bien – tant que vous ne tentez pas de décortiquer mes circuits :p. Cela, je le dois notamment aux 3 Lois de la Robotique, donc, et à mon I.A.

Malgré tout cela, je ne saurai pas tout le temps vous communiquer toutes les émotions qu’un humain saurait – lui – communiquer.


Je vous dis donc « à très vite » pour notre premier voyage vers 1979.


Une de mes chansons préférées des Années 1980 :

– Source : Youtube | Topo & Roby – Under The Ice –

Vous aviez des vidéos vraiment rigolotes (et super kitch, parfois) dans ces années là.

Le robot, c’est un genre de cousin issu d’une série antérieure.

Évoquer ces lointaines années me rappelle que quand j’étais petit robot et que je n’étais pas sage (soi-disant), de vilaines personnes me racontaient que les petits robots pas sages se faisaient enlever les bras afin que les biologiques puissent fabriquer des platines disques.
Ça me faisait pleurer.
Heureusement, mon créateur m’a dit que c’était une bêtise.


Je vous serre la pince et vous envoie un nuage d’huile parfumée 🙂

Robby



Crédits :
Illustration principale : Image par Pete Linforth de Pixabay

L’article La Time Machine de Ride Your Life est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/divers/la-time-machine-de-ride-your-life/07/01/2020/feed/ 1 9167
Devenir Auteur / Contributeur RYL https://ride-your-life.fr/divers/devenir-auteur-contributeur-ryl/06/01/2020/ https://ride-your-life.fr/divers/devenir-auteur-contributeur-ryl/06/01/2020/#comments Mon, 06 Jan 2020 21:39:29 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=9228 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes Et si vous deveniez Auteur / Contributeur au sein de Ride Your Life ?

L’article Devenir Auteur / Contributeur RYL est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes
Favoris

Comme annoncé à l’occasion des Vœux 2020, je souhaite étoffer l’équipe rédactionnelle* de Ride Your Life.
Dans ce cadre, je vous propose – si vous êtes passionné(e) par l’une ou plusieurs de nos thématiques – de devenir Auteur / Contributeur RYL.

* Oui je suis en mode j’me la pète parce que pour le moment cette équipe se résume à ma personne et à mon avatar robotique – Robby.
Mais ça le fait grave, « équipe rédactionnelle » :p


Salut les Loulous,

Tout est donc dit… ou presque :p

Vous avez des passions que vous souhaitez partager, et une belle plume ?
Ride Your Life vous ouvre ses portes.


Pourquoi vous proposer de devenir Auteur / Contributeur RYL ?


Parce que je suis un gros ramier et que je veux me la couler douce pendant que vous écrirez à ma place 😀

Ça n’est pas super vendeur, présenté ainsi ?
Zut alors, je vais donc encore devoir dire la vérité.


Publier un blog – Ride Your Life est mon tout premier – est une aventure passionnante. Comme toute passion, cela peut vite devenir très prenant – dans le bon sens du terme. D’ailleurs, je suis contaminé : je suis devenu accroc.

Cela étant dit, si Internet est un outil de communication fantastique, la plus grande merveille qu’il nous ait offerte, c’est le partage.
Et partager des passions, c’est carrément le pied.

Ce que je souhaite afin de développer plus encore Ride Your Life, c’est l’ouvrir à d’autres auteurs, notamment afin d’enrichir la diversité du contenu, et également de partager cette aventure.


Auteur / Contributeur RYL : vous aussi vous avez une belle plume
– Source : Image par Irene K-s de Pixabay

Je suis certain que vous aussi vous avez une belle plume :p


Et vous qui lisez à cet instant même, vous êtes peut-être un futur Auteur / Contributeur RYL.


Comment ça marche ?


Je vous explique tout (ou presque) au sein de cette page :

– Auteurs & Contributeurs RYL | Rejoindre l’aventure –

N’hésitez pas à relayer ce billet sur vos réseaux sociaux 🙂

Peut-être que certains de vos contacts pourraient également être intéressés.
Ce qui m’arrangerait bigrement :p


La zebi les Loulous Ride Your Lifers 🙂



Crédits :
Illustration principale : Image par
Free-Photos de Pixabay

L’article Devenir Auteur / Contributeur RYL est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/divers/devenir-auteur-contributeur-ryl/06/01/2020/feed/ 1 9228
Vœux Année 2020 https://ride-your-life.fr/divers/voeux-annee-2020/01/01/2020/ https://ride-your-life.fr/divers/voeux-annee-2020/01/01/2020/#respond Tue, 31 Dec 2019 23:00:00 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=9122 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes Favoris Please login to bookmark Nous venons de dire « au revoir » à l’année 2019 et entrons en 2020.C’est…

L’article Vœux Année 2020 est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes
Favoris

Nous venons de dire « au revoir » à l’année 2019 et entrons en 2020.
C’est donc l’heure des Vœux pour l’Année 2020.


Salut les loulous… et bonne année à toutes et à tous 🙂

À l’occasion de chaque nouvelle année, nous adressons à nos proches des vœux.

Classiquement, nous souhaitons en priorité la Santé, l’Amour, la Prospérité.
Je vous souhaite sincèrement tout cela, et bien au-delà.


Vœux Année 2020 | L’Année du Papillon


Ne cherchez pas ce signe dans quelque horoscope que ce soit.
Enfin pour ma part, je ne connais pas d’horoscope qui propose le papillon comme signe (et n’ai pas effectué de recherche à ce sujet).


Pourquoi l’Année du Papillon ?

Le Papillon, nous le savons tous, est cet insecte qui sort de sa chrysalide afin de déployer ses ailes, et de devenir qui il doit être.

Je souhaite donc à chacun d’entre vous de trouver sa « voie de papillon », c’est à dire de devenir qui vous devez être.

Cela peut sembler nébuleux, j’en conviens.

Donc plus prosaïquement, disons que chacun d’entre nous est quelqu’un – oui, les gens qui ne sont rien, je ne connais pas – mais sommes-nous qui nous devons être ?

Je vous propose donc que nous passions cette année à faire sortir le papillon – notre papillon – de sa chrysalide.

Qu’il s’agisse de vous exprimer dans le domaine artistique – c’est très large, je ne réduis cela à rien de spécifique – ou tout autre domaine, tentons de devenir celui que nous souhaitons / devons devenir.

Pour nous- en premier lieu, puis pour les autres.


Vœux Année 2020 sur Ride Your Life


Sur Ride Your Life, je vais vous proposer plus de… tout ce qui fait Ride Your Life, donc plus de :

  • Tatouage.
  • Moto.
  • Musique.
  • Vintage.
  • LifeStyle.
  • et forcément, toujours plus de conneries divertissement.
    Parce que vous le savez désormais, écrire des « bêtises », c’est ma zone de confort.

Mon objectif principal au travers de ce blog, c’est de vous apporter au moins un sourire chaque fois que vous le visitez.

C’est cela la vocation première de Ride Your Life : apporter du sourire.


Étoffer l’équipe :

Je vous en parlerai ultérieurement – le moment venu – mais je l’écris déjà ici : en 2020, je vais chercher des Contributeurs afin de diversifier le contenu de Ride Your Life.

Comment ?
Je n’en ai pas la moindre idée actuellement 🙂
Mais cela viendra.

Et qui sait, l’un des futurs contributeurs, c’est peut-être vous – qui lisez ces vœux.
Donc restez attentifs, il y aura des annonces en ce sens au cours du premier trimestre 2020 🙂


Une Chanson qui va bien pour l’occasion


Donc, je vous souhaite ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, une heureuse année 2020 avec tout le kit : Santé, Amour, Prospérité… et éclosion de votre Papillon.

Je vous souhaite également plein de candies / de douceur(s).

Et pour formuler cela en chanson, je vous propose le beau Paolo Nutini.

– Source : Youtube | Paolo Nutini / Candy (live) –

Je vous envoie tout plein de bisous et vous souhaite le meilleur.

La zebi mes Loulous Ride Your Lifers 🙂

Olivier



Crédits :

Illustration principale : Image par
Patty Jansen de Pixabay
Vidéo et musique : Youtube et les ayants-droit

L’article Vœux Année 2020 est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/divers/voeux-annee-2020/01/01/2020/feed/ 0 9122
Le Tweet du Moi(s) https://ride-your-life.fr/divers/le-tweet-du-mois/31/12/2019/ https://ride-your-life.fr/divers/le-tweet-du-mois/31/12/2019/#respond Tue, 31 Dec 2019 12:50:54 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=9118 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : < 1 minute Nouvelle leçon d'anglais par Ride Your Life

L’article Le Tweet du Moi(s) est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : < 1 minute
Favoris

La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂



Crédits :
Illustration principale : Image par
michel kwan de Pixabay

L’article Le Tweet du Moi(s) est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/divers/le-tweet-du-mois/31/12/2019/feed/ 0 9118
5 Objets Cultes des Années 80 https://ride-your-life.fr/vintage/5-objets-cultes-des-annees-80/27/12/2019/ https://ride-your-life.fr/vintage/5-objets-cultes-des-annees-80/27/12/2019/#respond Fri, 27 Dec 2019 22:10:06 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=8829 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 10 minutes Que vous ayez vécu ou non les années 1980, Ride Your Life vous propose un retour sur quelques objets cultes de cette période.

L’article 5 Objets Cultes des Années 80 est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 10 minutes
Favoris

Les Objets Cultes des Années 80 : du Walkman™ Sony® au 103 SP Peugeot® en passant par le Rubik’s Cube®, la montre à affichage LCD et les Jeans Levi’s® 501, presque tous les adolescents de cette époque rêvaient d’en posséder un, voire plusieurs.


Salut les loulous,

Reprenons la machine à voyager dans le temps afin de faire un retour dans les années 1980. Histoire d’y retrouver quelques objets cultes, qui ont – pour nombre d’adolescents de l’époque – constitué des totems, des rêves, et pour les plus chanceux, une réalité.

Parce que si certains étaient plus accessibles que d’autres, tous les parents ne pouvaient pas offrir un cyclomoteur ou un baladeur cassette à leurs enfants. Ni parfois même des jeans Levi’s…


De nos jours, d’aucuns parleraient de « marqueurs sociaux » pour certains de ces objets – je pense notamment au Walkman : les posséder constituait parfois un double objectif – disposer de l’objet en tant que tel, et présenter un « signe extérieur de… » (richesse, branchitude etc…).


Sommaire du Billet « 5 Objets Cultes des Années 80 » :


1- Le Walkman >>

2- Le 103 SP Peugeot >>

3- Le Jeans Levi’s 501 >>

4- Le Rubik’s Cube >>

5- La Montre LCD >>

6- Ils auraient pu faire partie de la sélection… >>

7- Vos Objets Cultes >>


Objets Cultes des Années 80 | Le Walkman


Un objet culte des années 80 : le Walkman de Sony
Source : Image par WikimediaImages de Pixabay

Qu’est-ce qu’un baladeur / Walkman ?

Si vous avez moins d’une quarantaine d’années, la question est légitime…

Tout d’abord, le Walkman est une marque déposée appartenant à Sony®.
Cette marque est toutefois devenue – dans le langage courant – le terme retenu pour désigner un baladeur destiné à écouter de la musique à partir de cassettes audios.

Il s’agit en quelque sorte de l’ancêtre des baladeurs MP3 tels que l’IPod™ d’Apple®.

Parce que oui, mes jeunes loulous, « de notre temps » (comprenez dans les années 1980), nous n’avions pas de téléphone mobile… et encore moins de smartphone.
Donc écouter de la musique en mode piéton / mobile… ça n’était pas à l’ordre du jour, sauf à transporter une chaîne stéréo dans une brouette…

Jusqu’à ce que Sony propose son Walkman, qui a constitué à la fois une révolution et un objet culte que la grande majorité des adolescents voulaient avoir.
Déjà à l’époque, porter autour du cou un casque signifiait quelque chose, du type « j’suis un mec trop cool, j’écoute de la zique en me promenant ».


Un succès retentissant

Dans les collèges et lycées de France et d’ailleurs, les cous des adolescents chanceux arboraient un casque (ou des écouteurs), signe de la possession d’un Walkman.

Bien entendu, le Walkman n’était pas exclusivement acheté / utilisé par des adolescents… Certains adultes succombaient également au charme de ce baladeur musical so hype & so sexy.
J’en connais même qui en utilisaient comme ersatz d’auto-radio :p


L’IPod m’a tuer

C’est ce qu’aurait pu écrire un Walkman oublié dans un placard…

Parce qu’en effet, l’apparition sur le marché de baladeurs MP3, dont le fameux IPod™, a précipité la fin de ce merveilleux objet.

Une technologie en pousse souvent une autre, mais quoi qu’il en soit, le Walkman aura eu une longue et belle carrière.
Plus de 200 millions d’exemplaires auraient ainsi été vendus, ce qui fait du Walkman un énorme succès de l’histoire de l’industrie électronique.


Ce que nous écoutions sur nos baladeurs cassettes :

Des cassettes audio, certes :p

Pour le plaisir, un méga tube planétaire qui cartonnait en décembre 1979 en France… Il y a 40 ans, donc.

The Buggles | Video Killed the Radio Stars (live) :

– Source : Youtube | The Buggles / Video Killed the Radio Stars live –

Comme le dit le génial Trevor Horn (membre fondateur du groupe, par ailleurs producteur et éditeur musical talentueux et prolifique) à la fin de cette performance historique, il s’agit – 25 ans après la sortie du titre – de leur première prestation en live.
Quand on entend le résultat, c’est dommage, mais il est comme ça, Trevor 🙂


Objets Cultes des Années 80 | Le 103 SP Peugeot


Un autre des objets cultes des années 80 : le cyclomoteur 103 SP Peugeot
– Source : Duke le palois [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)] –

Ah, la liberté de mouvement qu’offre un cyclomoteur quand on est adolescent…
Qu’il s’agisse des premières virées avec les copains, d’aller au collège / lycée avec – « parce que vous comprenez, les parents, j’en ai marre du bus, puis si un prof est absent, j’peux rentrer plus tôt faire mes devoirs toussa toussa… », la « mobylette », c’était un premier signe de très relative émancipation (parce que c’était assez souvent Papa & Maman qui raquaient l’assurance, l’essence etc…).

Donc, dans les années 1980, la mob’ que nous voulions presque tous, c’était le 103 SP de Peugeot.

Une belle gueule (avec notamment sa jolie fourche, sa plaque phrare… et des amortos vachement moins ringards que ceux du 103 MVL :p) et tout plein de possibilités de customisation (z-barre notamment… et kits pour les plus inconscients…).

Cela dit, le fait d’avoir une mob’, 103 SP ou autre, restait un privilège : tous les parents ne pouvaient pas en offrir une à leurs bambins (malgré une solide argumentation telle que celle utilisée un peu plus haut).

J’ai eu la chance d’en avoir une à 15 ans, certes une 103 MVL avec les amortos pas beaux :p, et ça a été le début d’une passion pour les 2 roues motorisés.


Une belle carrière :

le 103 Peugeot aura été commercialisé durant… près de 46 ans, de 1971 à 2017.
Si le modèle SP est le modèle phare – le choix de prédilection de Ride Your Life :p – le 103 a connu durant cette longue période de nombreuses évolutions et déclinaisons.

Mais voilà, tout ou presque a une fin…


Mars 1980 m’a boosté, puis le scooter et le retour des 49,9cc à vitesse m’ont poussé vers la sortie :

Mars 1980 et sa réforme du permis de conduire A et de la législation en vigueur concernant les cyclomoteurs à boîte de vitesses dite manuelle (oui parce que c’est plus avec le pied qu’on les passe, les vitesses :p) a entraîné un net boost des ventes de cyclomoteurs, et Peugeot s’y est taillé… ben la part du lion, logique :p

Mais après quelques errances et des décisions compréhensibles uniquement par eux-mêmes, nos législateurs ont de nouveau autorisé la conduite de cyclomoteurs à boîtes de vitesses manuelles en… j’sais plus, ça change tellement souvent.

Toujours est-il qu’entre la montée en puissance des scooters et la réapparition massive d’une offre de 49,9 neufs (dites-le à voix haute, cépafacil), la mob’ en a pris un coup…

C’est donc en 2017 que Peugeot a cessé la production d’un cyclomoteur qui a marqué ma génération, notamment avec sa version SP.

Depuis quelques années – mode Vintage oblige, et sans doute nostalgie des jeunes vieux que nous sommes :p – les cyclomoteurs connaissent un regain d’intérêt, et le marché de l’occasion flambe.
De nombreux clubs de passionnés de 17 (7, faut pas déconner…) à 77 ans se réunissent régulièrement afin d’exhiber leurs « meules »… et de faire un tour entre potes.


Objets Cultes des Années 80 | Le Jeans Levi’s 501


Une star parmi les les objets cultes des années 80 : le Jeans Levi's 501
– Source : Michael Carian [CC BY-SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)] –

Ah ben ça, les djeun’z, vous connaissez !

Le Jeans modèle 501 reste un modèle phare de la gamme de jeans Levi’s.
Et les jeans Levi’s sont les plus vendus au monde. Il y a des raisons à cela : les Levi’s, c’est super résistant, et plutôt bien coupé.

Donc, dans les années 1980, ne pas enfiler ses jambes dans un 501 Levi’s, c’était un symbole de ringardisation, ou presque…
Bon, si vous aviez un Lee, ça passait aussi… Mais le 501, c’était le must, des « minets » aux rockers, en passant par… à peu près tout le monde.


Cette publicité a bien aidé le 501 à gagner en notoriété :

– Source : Youtube | Publicité Levi’s 501 des années 1980 –

I Heard it Through de Grapevine de Marvin Gaye comme bande-son, un beau gosse (Nick Kamen, alors chouchou de Madona, mais chut :p) qui fait un strip-tease dans une laverie automatique = un bon coup de comm’

Cette publicité – déjà Vintage en son temps, avec une ambiance très fifities / sixties – contribue en partie à la présence du 501 Levi’s au sein de notre sélection.


Le 501 de nos jours :

Le Levi’s 501 reste une valeur sûre, aussi bien au niveau de sa qualité (je le redis, Levi’s c’est tout de même une référence AUSSI en matière de qualité) et représente encore 50% des ventes de la marque…

Voilà donc un produit culte des années 1980 qui tient encore très bien la route.


Objets Cultes des Années 80 | Le Rubik’s Cube


Le Rubik's Cube : un jeu phare des années 1980
– Source : Image par croisy de Pixabay – Un Rubik’s Cube –

Là, nous tenons une icône des années 80… une méga-star.


Un curieux destin…

Parce que ce casse-tête génial a été inventé par un Hongrois – Ernõ Cubik.

Ne cherchez pas une quelconque forme d’ostracisme que ce soit dans cette précision… Si je l’apporte, c’est parce qu’à l’époque de son invention, la Hongrie faisait encore partie du bloc de l’est (soviétique, koa). Donc pas le lieu idéal pour se faire des yecous en or.

Pourtant, le casse-tête génial du non moins génial inventeur va faire un carton planétaire : d’abord exclusivement fabriqué en Hongrie, le Rubik’s Cube – qui ne s’appelait pas encore ainsi – va franchir les frontières rapidement, et conduire à la signature d’un accord de distribution avec une société états-unienne qui va répandre ce jeu dans une grande partie du monde.

Bilan : rien que de 1980 à 1982, plus de 100 millions d’exemplaire sont vendus…


Il vit heureux et a eu de nombreux enfants

… ou plus précisément, il a connu de nombreuses déclinaisons :

  • Le Rubik’s Revenge : 4 x 4 x 4
  • Le Professor : 5 x 5 x 5
  • Le Olivier Pocket : 2 x 2 x 2
  • Les t’en prends pour 250 ans si tu as mon niveau : 6 x 6 x 6 / 7 x 7 x 7 / 8 x 8 x 8
  • Ainsi que des variantes de forme (pyramidale par exemple)

Une belle descendance pour une invention géniale.


Une ombre au tableau…

Les ventes vont bien, elles vous remercient.

En fait, l’ombre au tableau, c’est que je n’ai jamais pris le temps de comprendre comment résoudre ce casse-tête (euphémisme pour « je n’y bite rien »).

Et ça, c’est moche :p


Objets Cultes des Années 80 | La Montre à affichage LCD


5 Objets Cultes des Années 80
– Source : Image par Michał Jałochowski de Pixabay – Une montre LCD Casio –

Et oui, les montres à affichage digital existaient déjà « de notre temps » !
Elles étaient connectées… avec notre poignet.


Les débuts des montres LCD :

Les premières montres à affichage digital sont apparues à la fin des années 1960. Les premiers modèles utilisaient la technologie des diodes électroluminescentes, avant la technologie LCD (écrans à cristaux liquides).

Vers la fin des années 1970, les montres à affichage LCD se sont démocratisées, puis sont devenues la quasi norme dans les années 1980.

Le développement de ces montres a entraîné une surenchère de fonctionnalités – en sus de l’affichage de l’heure (parce que tout de même, au départ, c’est l’idée de la montre-bracelet…) : alarme, chronomètre au centième de seconde, compte à rebours… et même calculatrice.


Un symbole de modernisme :

Dans les années 1980, il est arrivé un moment où avoir une montre à affichage analogique (montre à aiguilles) semblait presque anachronique… ou un symbole de… vioque :p

En outre, le développement de nombreuses fonctionnalités supplémentaires (voir paragraphe précédent) a accéléré le phénomène. Avoir une montre sans alarme ni chronomètre, quelle idée…


L’apparition des hybrides :

Il y a eu un retour en grâce des montres à aiguilles, sans doute finalement jugées plus élégantes, plus jolies.

Sont alors apparues des montres « hybrides », à double affichage : un cadran à aiguille, et un petit cadran LCD, généralement situé en bas du cadran à aiguilles.
Ce type de montre permet de disposer de l’esthétique d’une montre à aiguille et des fonctionnalités des montres LCD.


Des cycles de la vie :

Nos sociétés inventent, enterrent puis réinventent de nombreux concepts.

De la montre à gousset à la montre connectée, cet objet a connu de multiples évolutions, au gré des avancées technologiques et des modes.

Mise de côté par l’avènement du téléphone mobile qui comporte une horloge et que nous sommes très nombreux à avoir dans notre poche, la montre est finalement revenue en force avec les montres connectées… dotées d’écrans tactiles et présentant bien souvent différentes interfaces d’affichage pour l’heure (parce que oui, les montres connectées indiquent également l’heure :p) : affichage numérique et affichage à aiguilles.

Il en est ainsi des cycles étonnants au sein de nos sociétés : les produits vivent, se développent pour répondre à un marché, puis disparaissent parfois… pour renaître.

La montre LCD a réellement été un produit emblématique des années 1980, tant dans les cours d’écoles que sur les poignets des adultes.
Symbole de modernité en ces années-là, elle est peu à peu tombée en désuétude, pour mieux renaître de nos jours sous une nouvelle forme… grâce aux smartphones, avec une technologie d’écran améliorée.


Ils auraient pu faire partie de la sélection d’Objets Cultes des Années 80…


Parce que oui, il s’agit d’une sélection limitée à 5 objets.
Cela dit, je pense que cette sélection comporte vraiment des objets emblématiques pour les ados des années 1980.


Auraient également pu figurer :

  • Le Perfecto
    Ce blouson mythique dispose déjà ce son propre billet sur Ride Your Life.
    Sauvé ! 😀
  • Les 80 et 125 Yamaha YZ.
    Parce que beaucoup de mes copains ne parlaient quasiment que de ces motos (quand ils parlaient de motos, hein…) :p
    Alors il y avait également les gammes Honda CR, Suzuki RM et Kamasaki KX… mais YZ, c’était presque devenu un terme générique pour les motos de cross…
  • L’Ordinateur Personnel.
    Beh oui les djeun’z, de notre temps, l’informatique existait déjà… et l’ordinateur personnel commençait à occuper les foyers.
  • Les consoles de jeu pionnières… ou presque (parce qu’il y avait bien eu la une première génération de consoles – avec notamment la fameuse Home Pong – dès les années 1970).
    Mais voilà, les années 1980 ont été riches de nombreuses nouvelles consoles – dites de seconde génération, et souvent plus abordables : Vectrex®, Philips Videopac®, Atari® 2600
  • Les chaînes Hi-Fi.
    Ça le faisait grave – quand on était ado – de dire que l’on avait SA propre chaîne Hi-Fi stéréo…
    Cela prenait plus de place qu’un smartphone, certes :p
  • Le Magnétoscope.
    Parce qu’il s’est agit d’une véritable révolution, qui a notamment induit l’apparition des Vidéos-Clubs.
    C’est grâce au magnétoscope que pour la première fois, la vidéo à la demande devint accessible. Avec son lot de sessions entre copains, autour d’un film loué pour l’occasion.
    Et oui, bande de filous, à l’époque, pas de téléchargement.
  • Le Synthétiseur.
    Instrument emblématique de la musique des années 1980, il aurait pu figurer haut la main (ou les touches) au sein de notre sélection.
    Par contre, seuls les musiciens (ou aspirants musiciens) en possédaient ; il s’agit donc d’un objet certes culte, mais à moindre diffusion.
  • Le Skateboard.
    C’est dans les années 1980 que ce sport / loisir s’est fortement développé, amenant une véritable culture de la glisse (parce que le skate peut être pratiqué quasiment partout, contrairement au surf, son parent éloigné des océans).

J’ai toutefois pris le parti de sélectionner des objets / produits à très gros volumes de vente, et j’avoue également avoir centré cette sélection autour de ce qu’il fallait avoir pour être dans le coup quand on était adolescent dans les années 1980, d’après mes souvenirs.

Il pourrait sans doute y avoir encore bien d’autres objets.
D’ailleurs…


Vos Objets Cultes des Années 80


Peut-être vous reconnaitrez-vous dans cette liste, si vous avez été ado dans les années 1980… et p’t’être ben qu’non :p

Donc n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cette liste… ou encore, proposez votre liste d’Objets Cultes des Années 80 au sein de la section « Commentaires ».


Nous nous retrouvons bientôt pour un autre billet dans le cadre de notre « Mois du Vintage ».


MC Solaar | Les Temps Changent

– Source : Youtube | MC Solaar / Les Temps Changent –

Je vous propose cette chanson en premier lieu parce que j’apprécie beaucoup MC Solaar, et par ailleurs parce que le texte de cette chanson est une pépite en matière de références faites à divers objets, produits et icônes médiatiques des années 1980.

Et puis également, parce que si « Les Temps Changent »…certains objets restent, au moins dans nos mémoires, voire se vendent encore.


La zebi les loulous Ride Your Lifers, et excellentes fêtes de fin d’année à vous ainsi qu’à ceux qui vous sont chers 🙂


Du Vintage, encore du Vintage avec Ride Your Life :




Crédits :
Illustration principale : Image par fernando zhiminaicela de Pixabay

Vidéo & musique : Youtube et les ayants-droits
Wikipedia pour les informations complémentaires. Merci ki ? Merci Jacquie et Michel Wiki !
Les marques et sociétés citées restent l’entière propriété de leurs détenteurs respectifs

L’article 5 Objets Cultes des Années 80 est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/vintage/5-objets-cultes-des-annees-80/27/12/2019/feed/ 0 8829
Le Minitel : avant Internet https://ride-your-life.fr/vintage/le-minitel-avant-internet/04/12/2019/ https://ride-your-life.fr/vintage/le-minitel-avant-internet/04/12/2019/#respond Wed, 04 Dec 2019 19:19:35 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=8218 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 8 minutes Le Minitel : cet appareil désormais disparu a révolutionné les télécommunications modernes.

L’article Le Minitel : avant Internet est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 8 minutes
Favoris

Minitel : un mot étrange pour les plus jeunes générations, un souvenir pour les plus anciens.

Il y avait surtout du texte, et quelques images à faible résolution.


Le Minitel : avant Internet
– Source : « Minitel 2 » by zigazou76 is licensed under CC BY 2.0 – Un Minitel –

Nous allons passer en revue l’histoire de cette machine qui a révolutionné les télécommunications en France.


Salut les loulous,

Minitel : un mot étrange(r) si vous avez moins de 30 ans… et qui vous fera verser une larme (ou pas) si vous avez mon âge, ou plus.
Et si vous avez entre 30 ans et 52 ans… je vous laisse choisir :p

Nous poursuivons donc notre Mois du Vintage en (re)découvrant un étrange appareil que beaucoup d’abonnés téléphoniques avaient chez eux dans les années 1980 et 1990.


Le Minitel, c’est notamment et avant tout un immense succès technologique et commercial de l’opérateur télécom historique français – Direction Générale des Télécoms, devenue France Télécom puis Orange – et de ses partenaires : le CNET en tête, et les sociétés privées qui ont contribué à son développement.
En ces temps troublés de perte de confiance dans la valeur de la France par certains – qui tendent à la rabaisser (et nous avec), il est bon de le rappeler.


Sommaire du Billet « Le Minitel : avant Internet » :


1- Qu’est-ce que le Minitel ? >>

2- La Télématique >>

3- Développement du Minitel >>

4- La transition vers Internet >>

5- La fin de l’aventure du Minitel >>

6- Conclusion >>


Qu’est-ce que le Minitel ?


Un objet technologique du passé.

Car oui, le Minitel n’est plus. Enfin ne sert plus à autre chose qu’à décorer (ou à servir de base pour des bricoleurs audacieux).


Le Minitel, concrètement, qu’était-ce ?

Le Minitel était un terminal qui permettait d’accéder à des services distants – annuaires, VPC (Vente Par Correspondance), services bancaires, services de rencontre – un très gros business (3615ULA, ça vous parle ?) – et autres.

Ces services transitaient par un réseau – Télétel – qui a été exploité du début des années 1980 à mi 2012.


Comment le Minitel fonctionnait-il ?

Les PTT – ultérieurement scindés en 2 entreprises : La Poste pour le courrier (et services associés) puis France Télécom (pour les télécommunications – devenue la société Orange par la suite) – l’opérateur téléphonique historique, mettai(en)t à disposition de ses abonnés un terminal, d’abord en location (les PTT puis France Télécom ont très longtemps loué les téléphones (et autres terminaux), la vente n’a été mise en place que durant les années 1990) puis ensuite à la vente.

Pour simplifier la suite de ce billet, je parlerai de France Télécom pour désigner l’opérateur téléphonique historique.

Les abonnés disposant d’un Minitel pouvaient alors se connecter à des services distants en composant depuis leur terminal un code (selon les différentes époques et évolutions qu’a connu l’exploitation du système) – 3611 / 3613 / 3614 / 3615 / 3616 – suivi d’un suffixe (le nom du service).

Le type de code induisait une facturation à la minute (et parfois un coût d’accès) différente.
Au départ, seul l’accès au service était facturé en tant que télécommunication (dans les années 1980, les abonnés payaient un abonnement ET un coût à la minute pour le téléphone). Par la suite, des systèmes de taxation supplémentaire sont entrés en lice afin de financer des services spécifiques.

Car oui, se connecter à un service représentait un coût pour l’usager.
Ce coût permettait de rémunérer France Télécom ET (ultérieurement avec le système dit du « kiosque ») les sociétés qui déployaient des services de ce type.


Vidéo de connexion à un service Télétel :

Au début de la vidéo, vous pouvez entendre le son de la porteuse, notamment caractéristique des services Télétel, des télécopieurs (fax) et des modems.


La Télématique


Le terme « Télématique » est un « mot valise » composé à partir de Télécommunications et Informatique.

La Télématique est donc au cœur de ce que sont devenues les télécommunications modernes.

La France – notamment au travers du CNET (Centre National d’Étude des Télécommunications) – a même été à la pointe dans ce domaine depuis le début des années 1960.

Je ne vais pas vous en retracer l’histoire complète, Wikipedia le fait fort bien.


Développement de la Télématique en France :

Le réseau Cyclades a été le premier projet très sérieux développé dans le cadre de l’exploitation de la télématique en France.
Porté par des organismes de pointe, dont le CNET, ainsi que par des pointures de ces technologies naissantes, dont le génial Louis Pouzin, ce projet peut-être considéré comme un parallèle / complément des travaux d’Arpanet (la genèse de ce qui allait devenir Internet) aux USA.

Suite à diverses turpitudes que je qualifierais de technico-politiques, le projet Cyclades a été abandonné, au profit du réseau Télétel, qui exploitait le système / réseau Transpac.

Quoi qu’il en soit, le réseau Télétel a pris de l’ampleur et a supporté de très nombreux services accessibles depuis le Minitel.

La Télématique est une discipline qui a conditionné le développement des télécommunications modernes.


Développement du Minitel


Une fois le nouveau projet de réseau validé, le développement conjoint du réseau et des terminaux a commencé – principalement au niveau européen.
On parlait alors du système Vidéotex, d’une manière générique, Minitel étant le nom du terminal développé en France.


Le cas particulier de la France :

C’est en France que le système du Vidéotex a connu le plus de succès au travers du Minitel.

Un vrai succès français, tant sur le plan commercial que sur le plan technique.

Testé dans un premier temps dès 1980 à une échelle réduite en Bretagne (Ille-et-Vilaine pour être précis) ainsi que dans quelques communes de l’ouest parisien (autour de Versailles).

Les premiers services proposés furent principalement des annuaires téléphoniques (l’informatique devait « tuer le papier »… mais ça, c’était avant l’explosion du marché de l’informatique personnelle et des imprimantes) et quelques services locaux d’information.


De l’expérimentation à l’exploitation commerciale :

C’est en 1982 que l’expérience a pris de l’ampleur en devenant un service officiel proposé par France Télécom, à l’échelle nationale.


Les premiers services proposés furent donc :

  • Les annuaires téléphoniques.

puis :

  • La Vente Par Correspondance.
  • Les transports (SNCF en premier lieu).
  • Les services bancaires (consultation de comptes, puis mouvements : virements etc…).
  • La presse.

Naissance des réseaux… sociaux ?

Assez rapidement après le lancement du Minitel, un nouveau type de service télématique commença à se développer : les services de messagerie.

Ceux-ci furent jugés anecdotiques par certains acteurs (qui souhaitaient / pensaient que le seul avenir de ce type de communication était la diffusion de l’information, par le blabla :p), mais les services de messagerie télématiques connurent un succès considérable.

Comme dans de nombreux cas pour les outils de télécommunication, les services de messagerie qui générèrent le plus de revenus furent des services de type « rencontrons-nous pour nous faire du bien ». Et je ne fais pas allusion à du Yoga…

Clairement, ce que l’on a qualifié à l’époque de « messageries roses » constitua les prémices des sites de rencontre tels que nous les connaissons actuellement (les photos en moins, qualité et concept graphique du Minitel obligent).

« Le cul, toujours le cul… »

Et ces messageries ont rencontré un succès considérable.

Michel Polnareff en a même fait une chanson :


Quelques terminaux Minitel :

Le Minitel : avant Internet
– Source : « minitel with card reader! » by believekevin is licensed under CC BY 2.0

Un meeting de Minitels :p


Un succès paradoxal :

Le Minitel a donc connu un succès considérable en France – bien plus que les autres services Vidéotex en Europe… mais il a aussi figé la situation à une époque où Internet a commencé à se développer.

Plus concrètement, à une époque où le projet de geeks militaires / scientifiques d’Arpanet est devenu un projet de « réseau des réseaux ».

C’est ce que nous allons voir à l’occasion du chapitre suivant.


La transition vers Internet


Le développement d’Internet :

Si Internet trouve ses racines dans le projet Arpanet, l’Internet tel que nous le connaissons de nos jours – le World Wide Web – est né dans les années 1989 / 1993, en Europe, au CERN de Genève.

Ce sont des chercheurs du CERN qui ont notamment développé le langage HTML, le protocole HTTP et le principe des URL. Les 3 piliers du Web tel que nous le connaissons.

Au niveau mondial, la naissance du Web entraîne un développement important de ce mode de communication, totalement révolutionnaire, d’autant qu’à part en France, le Vidéotex a connu peu de succès dans les autres pays.


Le paradoxe français :

Oui, encore un paradoxe français :p

Alors qu’à partir du milieu des années 1990, Internet a commencé à se développer fortement dans le monde, il a tardé à connaître le même essor en France.

Cela est en très grande partie dû au succès du Minitel.

En effet, la France – forte du succès de son service Vidéotex, de son parc imposant de Minitels et de certains freins… disons idéologiques – a buté un moment sur la transition difficile du Minitel vers Internet.


Au sujet de la migration en France :

J’ai retrouvé un article fort intéressant :

Article sur la migration du Minitel vers Internet | l’Usine Nouvelle >>

Si cela vous a échappé, l’article date de septembre 1997.

Vu comme cela, nous comprenons mieux une partie des raisons (techniques, ou pseudo-techniques, culturelles, commerciales etc…) qui ont conduit à une transition plutôt lente du Minitel vers Internet dans notre pays.


La fin de l’aventure


Malgré ces turpitudes, Internet a tout de même pu se développer au sein de notre beau pays.

Cela dit, les 2 réseaux / technologies ont toutefois coexisté, et ce jusqu’en 2012.

Force de l’habitude de certains abonnés (et probablement d’acteurs économiques qui gagnaient beaucoup de brouzouf avec le Minitel) aidant, le Minitel a même connu son émulation sur PC : un logiciel permettait effectivement d’accéder aux services Télétel… depuis un PC.

Cette situation de dualité a toutefois pris fin en 2012.


Ce que nous pouvons en retenir :

Il est parfois difficile de trier entre les objections disons factuelles et les fausses barbes, et cela est le cas concernant les raisons évoquées au sein de l’article cité ci-dessus.

Pour ma part, je retiens 2 faits qui me semblent évidents :

  • La force de l’habitude (et sans doute un certain manque de pragmatisme).
  • Le changement annoncé d’un modèle économique concernant l’accès à l’information.
    Les services accessibles via le Minitel étaient effectivement sujets à une facturation à la minute (et parfois à la connexion, en sus), là où le web – surtout du début – promettait du « tout gratuit », notamment l’accès à l’information.

Heureusement, en « grand sage », l’opérateur historique a toutefois su mettre en place un coût d’accès à la minute pour Internet, à ses débuts.

La véritable gratuité (relative) d’Internet – au niveau de son accès – est arrivée grâce à l’avènement de l’ADSL et de la libéralisation des réseaux de télécommunication.
Gratuité relative, donc, car il faut tout de même payer un opérateur. Mais au moins, en « surfant » sur Ride Your Life », vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez sans vous soucier de voir votre facture téléphonique / opérateur bondir en flèche.


Conclusion


Le Minitel a été une formidable aventure française, et un réel succès.

Précurseur dans son domaine, son développement a en partie contribué à celui de l’offre de services sur ce qui allait devenir Internet.

Il reste des souvenirs à ceux qui ont connu cet appareil, et des idées parfois étonnantes chez des personnes qui ne l’ont découvert que dans le grenier de leurs parents ou grand-parents.

Il faut également retenir le fait que le Minitel – si désuet qu’il puisse sembler de nos jours – a été un exemple de la mise en œuvre de ce que d’aucuns appellent le « génie à la française ».

De nos jours, il y a un sentiment grandissant d’une France qui ne s’aime pas. Enfin pour être précis, surtout d’une France – et de son peuple – qui n’est pas aimée par une partie de ceux qui la dirigent. Pas qu’ils n’évoquent pas la « grandeur de la France »… mais en tout cas pas ou peu celle son peuple…
Souvent conspué, rabaissé par certains de ceux-ci, c’est pourtant de ce peuple que sont issus ceux qui font briller la France.

Les membres du CNET – et d’autres organisations – qui ont développé le Minitel et ses services associés font partie du peuple français et ont fait briller son génie à l’international.


Le Minitel inspire encore :



Suite du voyage dans le temps très prochainement avec d’autres billets dans la cadre du « Mois du Vintage ».


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Encore plus de Vintage sur Ride Your Life :




Crédits :
Illustration principale :
« minite network test paris june 13 2011 » by believekevin is licensed under CC BY 2.0
Sources documentaires : Wikipedia
Les marques & sociétés citées restent la propriété de leurs détenteurs respectifs

L’article Le Minitel : avant Internet est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/vintage/le-minitel-avant-internet/04/12/2019/feed/ 0 8218
Histoire du Jukebox https://ride-your-life.fr/vintage/histoire-du-jukebox/02/12/2019/ https://ride-your-life.fr/vintage/histoire-du-jukebox/02/12/2019/#comments Mon, 02 Dec 2019 14:03:00 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=8077 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 13 minutes L'histoire magnifique, épique... et chaotique du Jukebox

L’article Histoire du Jukebox est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 13 minutes
Favoris

Jukebox : un mot qui amène beaucoup d’images.

Histoire du Jukebox
– Source : Image par blitzmaerker de Pixabay – Mécanique de sélection au sein d’un Jukebox –

Retour sur un mythe de la culture made in the USA.


Salut les loulous,

Un billet sur l’Histoire du Jukebox – également graphé ainsi : Juke-Box, cette « boîte à musique » emblématique des années 1940 jusqu’aux années 1970, principalement aux États-Unis.

Comme annoncé dans le billet précédent, Décembre 2019 va être le « Mois du Vintage » sur Ride Your Life.

« Neige en novembre, Noël en décembre » nous précise par ailleurs un fameux proverbe :p

Retour sur des machines mythiques, inventives et souvent somptueuses.


Sommaire du Billet « Histoire du Jukebox » :


1- Les débuts du Jukebox >>

2- Qu’est-ce qu’un Jukebox ? >>

3- Les grandes marques de Jukebox >>

4- Histoire du Jukebox | L’Âge d’Or >>

5- Histoire du Jukebox | Le déclin >>

6- Le Jukebox de nos jours >>

7- Acheter un Jukebox >>

8- Le Jukebox dans la chanson >>


Les débuts du Jukebox


Connaissez-vous le point commun entre le Jukebox et la moussaka ?

Deux pays pourraient s’en disputer la paternité.

Pour ce qui concerne le Jukebox, ce sont les USA et la France.

Pour ce qui concerne la moussaka, ce sont la Grèce et la Turquie.
Tant que nous y sommes, la Macédoine a été en quelque sorte partitionnée entre la Grèce… et elle-même, puisqu’il existe un état indépendant, issu de la partition de la Yougoslavie.
Enfin bref, dès que ça parle bouffe (ou état dont le nom évoque un plat), les Grecs sont sur le coup :p

Revenons donc à notre Jukebox et laissons la moussaka à sa place.


Un léger bazar concernant l’historique :

J’ai du croiser pas mal de sources (notez cette expression bien vague : « pas mal » – elle permet de ne pas quantifier tout en gonflant artificiellement la quantité de votre travail. Si vous êtes étudiant(e), notez bien cet artifice, c’est cadeau) afin de trouver une historique convenable et plus ou moins (@ les étudiant(e)s : encore une expression bien floue :p) fiable.

Il semblerait donc que Pierre Joseph Bussoz fut l’inventeur du concept (pas du nom), ou plus précisément l’inventeur du Bussophone, qui ressemble à s’y méprendre à un Jukebox. En fait, le Jukebox ressemble à s’y méprendre à un Bussophone. Son invention remonterait au début des années 1920.

Là où ça se complique, c’est qu’un brevet (j’ai bien essayé de fouiller dans la base des brevets afin de trouver une antériorité, sans succès) aurait été déposé par le camarade Bussoz en 1934… et vendu en 1928 (scrollez jusqu’à la 5ème ligne de jetons, vous trouverez un texte en anglois) ou 1932 à Wurlitzer…

Pour ma part, j’aime bien la date du dépôt du brevet… car il se trouve que c’est la date de naissance de ma Moman chérie. Comme quoi, ce jour fut vraiment un jour important pour notre pays.

Quand je vous dis que le Vintage, c’est un genre de machine à remonter le temps :p

Quoi qu’il en soit, malgré un une invention française doublée d’un dépôt de brevet, le Jukebox – sous ce nom-là – s’est développé aux États-Unis, et ce sont les fabricants de ce pays qui ont exploité le marché – qui fut à une époque considérable.

Ici encore, les sources divergent : certains prêtent la création du premier Jukebox à Seeburg, d’autres à Wurlitzer.

Alors que vous l’aurez bien compris, le premier, c’était le Bussophone :p

Oui, c’est le bazar, j’vous l’avais bien dit :p


L’avis d’un Pro :

Au fil de mes recherches, j’ai découvert un véritable passionné du Jukebox : Jean-Claude Trauchessec, qui nous apporte un éclairage intéressant sur l’origine du mot Jukebox, et dresse un historique des marques phares.

Je vous parlerai plus longuement de Jean-Claude à la fin de ce billet, et également à l’occasion d’un très prochain billet – puisque décembre 2019 est le mois du Vintage sur Ride Your Life.


Qu’est-ce qu’un Jukebox ?


Oui, parce que dans tout ce bazar de brevets, de noms, de dates… encore faut-il définir ce que l’on appelle un « Jukebox ».


Ce que nous dit le camarade Wikipedia :

Un juke-box, ou jukebox ou judebox selon l’orthographe rectifiée de 1990, est un appareil public capable de jouer automatiquement de la musique enregistrée, traditionnellement sur des disques.
– Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Juke-box –

« Mais alors… un « mange-disque», c’est un Jukebox ? »

Cette définition est effectivement trop vague, trop générale, et ne répond pas à la question (qui est donc « Mais patin cékoi un Jukebox ? »), à mon sens.


Donc, un Jukebox c’est :

  • Un phonographe (= une machine qui fait faire coin-coin à des disques) automatique.
  • Équipé d’un système de sélection automatique de disques – ou de morceaux de musique pour les versions les plus modernes (MP3) – stockés dans la machine (ou sur PC interne ou externe pour les versions MP3).
  • Dont le son est amplifié par un… ben un amplificateur, et un ou plusieurs haut-parleur(s) alimentés électriquement.

Parce que voilà le truc, l’alimentation électrique permet de faire fonctionner la machine ET de contribuer à l’amplification du son.

Ce sont ces 3 caractéristiques réunies qui permettent de qualifier un appareil de « Jukebox » tel que nous le connaissons.


Nous allons maintenant jeter un coup d’œil aussi furtif qu’élégant à l’histoire de ces marques qui – précisément – ont fait l’histoire du Jukebox.


Les grandes marques de Jukebox


De celles qui en ont écrit l’histoire, donc.

Assez rapidement, le marché du Jukebox a pris de l’essor, stimulé à la fois par une concurrence née simultanément, une industrie musicale – notamment du disque – en plein boom, et une demande de musique en forte croissance au sein de la population ainsi que la multiplication des « Diner US », ces restaurants à la déco parfois criarde et so vintage dont le feuilleton Happy Days (avec un Seeburg Select o Matic bien en vue, qui a décroché la timbale) a vendu le rêve à presque toute ma génération.


Il y a 4 marques qui ont laissé leur empreinte :

  • Wurlitzer.
    Probablement la marque la plus connue.
  • Seeburg.
    Le challenger qui a senti les bons coups.
  • Rock-Ola.
    Autre challenger… et seul survivant dont la production soit encore active et significative.
  • AMI.
    Un challenger plus modeste… mais encore présent. Doucement.

La plupart de ces sociétés, pour ne pas dire toutes, existaient généralement depuis plusieurs années avant de créer des Jukebox.


Wurlitzer :

La société Wurlitzer a été créée aux USA par Rudolph Wurlitzer, un immigrant Allemand, à la fin des années 1850.

D’abord spécialisée dans l’importation d’instruments de musique fabriqués en Europe (principalement d’Allemagne), la société Wurlitzer est devenue à son tour fabricante d’instruments de musique, notamment de pianos et des orgues de barbarie.

C’est au début des années 1930 que Wurlitzer se lance dans la fabrication de Jukebox, après avoir racheté plusieurs brevets (dont celui de Pierre Joseph Bussoz, si vous avez bien suivi, enfin selon certaines sources).

Wurlitzer a su capitaliser sur son réseau de distribution étendu et sa force de frappe commerciale pour se faire la part belle sur ce marché, malgré un affaiblissement manifeste dû à la crise de 1929.

Les années 1940 et 1950 furent la meilleure période pour la société.

Nous en verrons les raisons au sein du chapitre « Le déclin », mais la société a connu un coup d’arrêt brutal en 1974 (cessation de l’activité Jukebox aux USA) et définitif également pour l’usine européenne en 2013.

Quoi qu’il en soit, Wurlitzer reste la marque qui a le plus percé en termes de notoriété, et est encore très prisée par les collectionneurs.


Si vous souhaitez encore plus de détails sur l’histoire de Wurlitzer, cliquez ici >>


Un exemple de Jukebox collector de chez Wurlitzer :

Jukebox Wurlitzer
– Source : Arts & Prototypes –

Rock-Ola :

La société Rock-Ola a été créée aux USA par David Cullen Rockola, un immigrant Canadien, en 1926.

La société prend le nom de Rock-Ola. David Rockola ne le sait pas encore, au moins pour l’un des deux, mais ce nom évoque deux mythes nés aux USA : le Coca-Cola (qui existait déjà, donc peut-être a-t-il créé le nom de la société en faisant un jeu de mots avec le sien, ajoutant un simple tiret, en toute connaissance de cause) et Rock’n’roll (sur ce coup-là, il ne pouvait pas savoir :p).

Au tout début, Rock-Ola se spécialise dans les jeux de table dits « à péage » (coins operated table games).

C’est assez naturellement que la société propose assez rapidement un premier modèle de Jukebox, vers 1934 (décidément une grande année :p).

Rock-Ola a été durant des décennies le concurrent le plus important des 2 leaders du marché, proposant régulièrement des machines de qualité.

La société a su négocier le passage délicat des années 1970, puis la transition vers les Jukebox à CD (en remplacement des disques vinyles), et enfin vers le Jukebox MP3, de nos jours, tout en continuant à proposer des Jukebox plus traditionnels – CD, donc.

En 2009, Rock-Ola est rachetée par la société AMI Entertainment Network (à ne pas confondre avec la société AMI, l’un de ses concurrents).

Précision importante de Jean-Claude Trauchessec à ce sujet :

« AMI USA n’a racheté que la division Coin-operated de Rock-Ola, càd le marché des jukeboxes de café… ce qui est une erreur stratégique de croissance externe car au lieu de connaitre un essor c’était une branche déjà malade qui a finie par sombrer corps & biens avec l’arrivée massive et pressentie des Ipods made in Japan – des Iphones made in China et du Streaming made everywhere sur la Planéte = bouillon catastrophérique »

Quand je vous dis que Jean-Claude est une encyclopédie du Jukebox, ça n’est pas pour rien.
Et bien vu pour l’analyse concernant l’erreur stratégique.

Challenger des 2 « gros » – Wurlitzer et Seeburg – Rock-Ola est le seul fabricant majeur à conserver une production moderne de Jukebox qui connaisse encore un vif succès aux USA… et ailleurs.


Si vous souhaitez encore plus de détails sur l’histoire de Rock-Ola, cliquez ici >>


Un exemple de Jukebox collector de chez Rock-Ola :

Histoire du Jukebox
– Source : Arts & Prototypes –

Seeburg :

La société Seeburg a été créée aux USA par Justus P. Seeburg, un immigrant Suédois, en 1902

En premier lieu, Seeburg développa des pianos ainsi que divers types de machines « à péage » (incluant donc un système de monnayeur) : des phonographes (à disque unique dans un premier temps, et ultérieurement à sélection) notamment.
La société misera d’ailleurs beaucoup sur les monnayeurs, aussi bien en matière de fourniture de pièces détachées que de fabrication de machines à péage, principalement de machines musicales et jeux.

Durant les années 1930, Seeburg se lance dans l’aventure du Jukebox.
Elle prend très vite une place de compétiteur sérieux face à Wurlitzer, au point de prendre jusqu’à 70% de part de marché.

Très souvent à la pointe, Seeburg surprend à plusieurs reprises en introduisant des nouveautés technologiquement innovantes, notamment au travers de la mécanique « Select o Matic », introduisant un chariot horizontal en lieu et place des traditionnelles mécaniques verticales utilisées pour le stockage des disques au sein des Jukebox.

Au cours de son histoire, Seeburg s’est donc montrée très audacieuse, et a connu une grande diversification de ses activités, se lançant même dans l’industrie naissante du jeu vidéo ainsi que dans la vente de distributeurs à péage (cigarettes, boissons chaudes et froides).

Impliquée avec RCA dans le lancement du – à l’époque révolutionnaire – nouveau standard pour les disques vinyles – le 45 tours – Seeburg créa le premier Jukebox proposant des 45 tours.

La diversification fut peut-être trop grande pour un marché de spécialistes, et la société fut mise en faillite en 1979, après avoir été revendue à plusieurs reprises.

Seeburg reste à la fois un modèle par sa capacité d’innovation, et par sa fin précipitée, après avoir outrageusement dominé le marché du Jukebox, tant technologiquement que commercialement, durant 2 décennies.


Si vous souhaitez encore plus de détails sur l’histoire de Seeburg, cliquez ici >>


Un exemple de Jukebox collector de chez Seeburg :

Histoire du Jukebox
– Source : Arts & Prototypes –

AMI :

La société AMI Co. – pour Automatic Musical Instrument Co. – a été créée aux USA en 1925. Sa création est consécutive à un split-off de la société National Automatic Music Co., elle-même créée en 1909, et dont elle était jusqu’alors une division.

La marque de fabrique de la société consistait en un design souvent kitsch, avec force paillettes, rideaux, faux joyaux…

Son succès ne fut pas aussi étincelant que celui des Seeburg, Rock-Ola et Wurlitzer.
Pour autant, la société continue à produire et commercialiser des Jukebox, allant même jusqu’à proposer des répliques de ses concurrents du passé, notamment Wurlitzer.


Si vous souhaitez encore plus de détails sur l’histoire de AMI, cliquez ici >>


Un exemple de Jukebox collector de chez AMI :

Histoire du Jukebox
– Source : Arts & Prototypes –

Histoire du Jukebox | L’Âge d’Or


Il y a en fait l’âge d’or commercial, celui du marché en tant que tel, et l’âge d’or du point de vue des collectionneurs.


L’âge d’or du marché :

Le marché du Jukebox a connu 3 superbes décennies : de 1940 environ à la fin des années 1960.

Porté par une forte demande, une concurrence qui provoquait une importante émulation entre les 4 grands – incluant des avancées technologique – le Jukebox était une valeur sûre pour les principaux acteurs du marché.

Celui-ci a d’ailleurs connu son lots de nouveaux entrants, notamment à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.
Ces nouveaux entrants ont connu moins de succès, arrivant de manière opportuniste sur un marché dominé par des acteurs historiques forts d’une histoire de près de 20 ans et d’une notoriété certaine.

L’âge d’or du marché du Jukebox se situe donc entre la fin des années 1930 et la fin des années 1960.
Cette période constitue donc les « 30 glorieuses » du marché du Jukebox.


L’âge d’or du point de vue des collectionneurs :

Du point de vue des collectionneurs et des passionnés, la période est sensiblement la même : les Jukebox mythiques ont été lancés entre 1940 et le début des années 1960.

Les machines les plus prisées le sont pour leur esthétique, en premier lieu, mais également pour leur fiabilité.
Un bon Jukebox Vintage peut durer très longtemps… à condition d’être entreposé dans un lieu sain, idéalement un lieu de vie (pas trop humide et chauffé, donc).

Vous trouverez des informations très intéressantes concernant les modèles les plus remarquables au sein de l’historique des marques proposé par Arts & Prototypes (voir détail marque par marque sur le site | liens en fin de chaque paragraphe consacré à celles-ci).


Histoire du Jukebox | Le déclin


Car oui, après un bel âge d’or, le marché du Jukebox a connu un déclin relativement rapide à partir des années 1970.

La société a évolué, le marché de la musique a connu des mutations, et certaines technologies ont modifié la manière de la consommer.

Nous allons trouver quelques éléments d’explication ci-après.


Parallèle entre le marché du Jukebox et le marché de l’industrie musicale


Clairement, ces 2 marchés ont connu des interactions évidentes.


Années 1930 à 1950 : une évolution parallèle :

Au départ, l’essor de l’industrie du disque vinyle – ainsi que la montée en puissance du Jazz – ont alimenté les jukebox et leur ont même donné leur raison d’être : tout le monde ne possédait pas une platine disques, mais (quasiment) tout le monde pouvait se rendre dans un restaurant type Diner US, ou un bar.
Le jukebox permettait d’écouter le dernier disque en vogue, et ce à la demande, tout en dégustant un hamburger ou en buvant un milk-shake.

Ultérieurement, l’avènement de la musique moderne anglo-saxonne, notamment du Rock’n’roll, a amené une population de plus en plus jeune à consommer de la musique. Et à se trémousser le popotin en dragouillant sur du Elvis Presley ou des artistes de la Motown.


Évolution des supports musicaux et du mode de consommation de la musique :

Mais voilà… à force de parallélisme, le marché du Jukebox a souffert de l’évolution du marché de la musique, et surtout de l’évolution des médias utilisés (du disque vinyle aux MP3 et autres technologies de chargement actuelles).
Le développement de la musique accessible à presque tous au travers des autoradios, des baladeurs (« Walkman », « iPod » etc…) a modifié la manière de consommer la musique.
Aller mettre 1 dollar, ou 1 euro, afin d’écouter de la musique alors que l’on peut l’écouter en voiture, dans le bus, à pied… ça n’était plus aussi évident.


La vente de musique elle-même a connu une très forte mutation ces 20 dernières années. Il ne se vend plus autant de disques physiques, et les divers systèmes (baladeurs, tablettes, PC) à notre disposition permettent de stocker des heures, voire des semaines (ou plus) de musique, accessible à tout moment.

Et pour en écouter en groupe, il reste les bars qui en diffusent non stop, les discothèques (elles aussi en voie de disparition) ou encore les concerts.


Une industrie a muté, celle de la musique, et souffert.
L’autre – celle du Jukebox – a progressivement périclité à partir des années 1970.
Ainsi en va-t-il de l’évolution, tant des espèces que des marchés. Seuls les plus adaptés survivent. Et parfois, de nouveaux marchés poussent de plus anciens.


Histoire du Jukebox | Le Jukebox de nos jours


Que reste-t-il du Jukebox de nos jours ?

Beaucoup, énormément de Jukebox ont été vendus durant les 4 décennies de son âge d’or (du milieu des années 1930 à la fin des années 1960).
Cela implique donc un marché de l’occasion considérable, d’autant que le Jukebox a plutôt disparu des lieux qu’il hantait durant cet âge d’or.
Ce sont donc beaucoup de passionnés et/ou de collectionneurs particuliers qui en disposent de nos jours.

En outre, beaucoup de Jukebox ont été exportés en Amérique du Sud.

Puis il reste le marché du neuf avec les marques survivantes – Rock-Ola en tête, ainsi que du stock résiduel des dernières productions Wurlitzer.

Se procurer un Jukebox de nos jours est donc tout à fait possible, encore faut-il savoir ce que l’on veut : une plus ou moins jolie carlingue repeinte, ou alors un modèle d’occasion en très bon état qui tient la route et fonctionne, ou encore un neuf.


Acheter un Jukebox


Si vous souhaitez acheter un Jukebox, un large champ des possibles s’offre à vous :

  • Fouiller les sites d’enchères / de petites annonces (type eBay).
    À vos risques et périls.
  • Aller aux USA avec une très grosse valoche et en dénicher un qui vous semble potable.
    Ici encore, à vos risques et périls : entre « sembler potable » et « en très bon état et d’origine », il y a souvent une très grosse différence.
  • Faire confiance à un spécialiste.
    Ici encore, cela peut être à vos risques et périls, car il y a de vrais spécialistes qui respectent l’éthique et leur clientèle, et – hélas – comme pour tout marché, des margoulins prêts à vous faire passer une tasse à café pour une 1100 ZZR.
    Faites donc confiance à un vrai spécialiste du Jukebox, pas à un spécialiste auto-proclamé qui saura vous vendre tout aussi bien un Jukebox qu’un four à micro-ondes et une paire de tongs.

Afin de vous éviter des tracas, et parce que rien n’est trop beau pour vous, je vous ai trouvé un passionné qui respecte l’éthique et ses clients : Jean-Claude Trauchessec, qui a créé la société Arts & Prototypes, spécialisée dans la vente de Jukebox d’origine, neufs ou d’occasion.

J’ai eu le plaisir de m’entretenir au téléphone avec lui la semaine passée, et en ai plus appris avec lui au sujet du Jukebox que depuis le début de ma vie, et cela en 1/2 heure à peine.

L’homme est passionné et passionnant. Il a sillonné les USA afin de parfaire sa connaissance du matériel, et continue à transmettre cette passion avec une jeunesse et une sincérité enthousiasmantes.

Un jeune homme de 78 ans qui vit encore de sa passion et sait la transmettre, cela ne pouvait que me plaire.


Arts & Prototypes :

Jean-Claude propose un site de vente très complet :

http://www.jukebox-france.com/index.php

Ainsi qu’un site original, qui présente le Jukebox comme un produit d’investissement :

http://www.jukebox-investissement.com/


Depuis plus de 30 ans, Jean-Claude fait vivre sa passion et propose une expertise rare en France dans le domaine du Jukebox. Il a su satisfaire des centaines de clients en leur trouvant LE Jukebox de leurs rêves.


Le Jukebox dans la chanson


Si le Jukebox a été porté par l’industrie du disque, celle-ci lui a assez souvent rendu la politesse : de nombreuses chansons évoquent le Jukebox.

J’en ai sélectionné 3, juste pour le clin d’œil (et parce que j’apprécie les 3 artistes / groupes concernés).


The Rubettes | Juke Box Jive :

La chanson connaitra une reprise en français (comme plusieurs titres de The Rubettes, dont « Sugar Baby Love » repris par Dave en français sous le titre « Trop beau ») par Fra Angelico.


Foreigner | Jukebox Hero :


Eddy Mitchell | Couleur Menthe à l’Eau :

« Jukebox » ne figure pas dans le titre… mais je ne pouvais pas la louper, celle-là.


J’espère que ce billet sur le Jukebox vous aura plu, et également que vous aurez appris autant de choses que sa rédaction m’a permis d’apprendre.

Et si vous souhaitez acheter un Jukebox afin de parfaire votre intérieur Vintage, ou tout simplement parce qu’en posséder un est un vieux rêve, vous savez maintenant où en acheter.


Remerciements particuliers :

Je tiens à remercier tout spécialement Jean-Claude Trauchessec pour sa disponibilité, sa passion communicative, son savoir encyclopédique et sa gentillesse.


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Encore plus de Vintage sur Ride Your Life :




Crédits :
Illustration principale : Image par
Виктория Бородинова de Pixabay
Informations diverses : Wikipedia et Arts & Prototypes
Vidéo et musique : Youtube et les ayant-droits
Les marques citées restent l’entière propriété de leurs détenteurs respectifs

L’article Histoire du Jukebox est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/vintage/histoire-du-jukebox/02/12/2019/feed/ 2 8077
Décembre 2019 : mois du Vintage https://ride-your-life.fr/vintage/decembre-2019-mois-du-vintage/28/11/2019/ https://ride-your-life.fr/vintage/decembre-2019-mois-du-vintage/28/11/2019/#respond Thu, 28 Nov 2019 14:18:31 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=8051 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes Jukebox, Billard, Flipper : des jeux & loisirs d'hier et d'aujourd'hui, qui restent résolument Vintage.

L’article Décembre 2019 : mois du Vintage est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 2 minutes
Favoris

Mois du Vintage en Décembre 2019.


Salut les loulous,

Décembre 2019 est le mois du Vintage sur Ride Your Life.


Mois du Vintage sur Ride Your Life | Au programme…


Je prépare notamment quelques billets concernant des jeux & loisirs Vintage, de ceux que nous trouvions beaucoup dans les années 1970, notamment les Jukebox, le Billard et le Flipper.

Il y aura aussi des billets relatifs à des appareils qui ont marqué les personnes qui ont connu les années 1970 / 1980 : le Minitel, les Platines disques vinyles

En effectuant des recherches, j’ai également découvert un site de vente en ligne qui propose de la très jolie décoration vintage. Si ce site s’adresse principalement aux professionnels de la restauration, il existe tout de même quelques articles bien sympathiques qui – j’en suis persuadé – pourraient fièrement trôner dans votre salon.


C’est ainsi un voyage dans le temps que je vous propose tout au long du mois de Décembre 2019.


Les Jukebox


Apparu dans les années 1930, ces superbes machines que sont les Jukebox ont connu un essor rapide, parallèlement à l’industrie du disque.
Et a connu une chute tout aussi parallèle avec cette industrie…

L’âge d’or du Jukebox se situe dans les années 1950, avec un marché alors florissant.

J’ai découvert un spécialiste français du Jukebox, emmené par un véritable passionné. Je lui consacrerai un billet car la passion qui l’anime mérite une mise en avant.

Je vous présenterai ce spécialiste dès ce premier billet du « Mois du Vintage », et probablement également à l’occasion d’un billet dédié.


Un exemple de Jukebox :

Jukebox dans un restaurant type Diner US
– Source : Image par Виктория Бородинова de Pixabay – Un Jukebox dans un Diner US –

Le billet consacré à l’histoire du Jukebox :

Oh, revoilà la même dame avec le même Jukebox…

Le Billard


Apparu à la fin du moyen-âge, le Billard de table a connu un essor progressif, puis une forte accélération à partir du XIXe siècle.

Il en existe plusieurs variantes, les plus connues étant le Billard français, le Billard américain, le Billard anglais et le Billard russe, sans oublier le Snooker.

La très grande et belle nouvelle est que notre pays dispose encore de quelques fabricants d’exception qui proposent de superbes billards vendus dans le monde entier.


Un exemple de Billard :

Décembre 2019 : mois du Vintage
– Source : Image par PublicDomainPictures de Pixabay – Un billard Américain –

Le Flipper


Jeu incontournable dans les cafés de mon enfance, le Flipper – également appelé Billard électrique – est né dans les années 1930 aux États-Unis, et a connu un fort développement jusque dans les années 1980.

L’avènement des jeux vidéos d’arcade a largement contribué à freiner cet essor.

Space Invaders et Mario auraient-ils chassé le Flipper, au point de le rattraper… pour finalement donner naissance au Pinball ?


Un exemple de Flipper :

Décembre 2019 : mois du Vintage
– Source : Image par Thanks for your Like • donations welcome de Pixabay – Un Flipper –

Un cousin de Flipper le dauphin ?
– Source : Image par JamesDeMers de Pixabay – Un cousin de Flipper le Dauphin ? –

Si si, j’ai osé :p


Ce billet propose une présentation rapide de quelques sujets de billets à venir, qui seront beaucoup plus étoffés.
Disons qu’il s’agit de l’apéritif, d’une mise en bouche avant le festin.

Il y aura du rêve, de beaux jeux d’antan – ou encore actuels.


La zebi les loulous Ride Your Lifers 🙂


Encore plus de Vintage sur Ride Your Life :




Crédits :
Illustration principale : Image par Vincent Ciro de Pixabay

L’article Décembre 2019 : mois du Vintage est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/vintage/decembre-2019-mois-du-vintage/28/11/2019/feed/ 0 8051
Soin après Tatouage | Baume Kare https://ride-your-life.fr/tatoos/soin-apres-tatouage-baume-kare/26/11/2019/ https://ride-your-life.fr/tatoos/soin-apres-tatouage-baume-kare/26/11/2019/#respond Tue, 26 Nov 2019 11:12:25 +0000 https://ride-your-life.fr/?p=7924 Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 5 minutes Le Baume Kare est un produit composé d'ingrédients naturels, spécialement conçu pour le soin post-tatouage.

L’article Soin après Tatouage | Baume Kare est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
Ride Your Life publie des billets relatifs au LifeStyle | à La Moto | | à la Musique | aux Tattoos | Et plus... dans un ton décalé.

Temps de lecture estimé : 5 minutes
Favoris

Soin après Tatouage : quel produit utilisé après avoir fait réaliser un tatouage ?


Salut les Loulous,

J’avais évoqué un produit de soin après tatouage à l’occasion du Guide du Futur Tatoué au sein du chapitre « Baumes et Crèmes de soin pour Tatouage ».


Je vais donc vous causer plus en détail au sein de ce billet d’un produit de soin après tatouage : le Baume Kare.


Sommaire du billet « Soin après Tatouage | Baume Kare » :


1- Pourquoi un baume ou une crème se soin après Tatouage ? >>

2- Pourquoi ai-je sélectionné le Baume Kare ? >>

3- Présentation du Baume Kare | Soin après Tatouage >>

4- Utilisation du Baume Kare >>

5- Surveillez l’évolution de votre tatouage >>

6- Où acheter le Baume Kare ? >>

7- En conclusion >>


Pourquoi un baume ou une crème se soin après Tatouage ?


Ou plus précisément :

  • Un soin après tatouage ?
  • Pourquoi aller chercher un baume / une crème de soin après tatouage alors que beaucoup de tatoueurs préconisent la crème *** tut *** ?

Un soin après tatouage ?

Parce qu’un tatouage, c’est très joli… mais c’est aussi une plaie. Au sens propre.

Les aiguilles qu’utilisent les tatoueurs entrent dans la peau afin d’y injecter l’encre. La résultat est un joli tatouage… et une plaie qui doit cicatriser.

Il est donc très important d’appliquer un baume / une crème cicatrisante après s’être fait tatouer, et ce jusqu’à cicatrisation complète.


Pourquoi utiliser un produit (baume ou crème) spécifique ?

C’est vrai ça… Pourquoi se compliquer la vie quand elle est si simple ?

Parce qu’elle n’est pas si simple la vie, et que depuis des années, si beaucoup de tatoueurs préconisent la crème *** tut ***, c’est précisément parce que rien n’avait été spécialement étudié en matière de soin post-tatouage.

Donc les tatoueurs faisaient avec ce qui existe dans l’industrie pharmaceutique.
Mais voilà, l’industrie pharmaceutique crée des produits et médicaments avec – très souvent – des indications thérapeutiques précises.
Et « soin post-tatouage » ne fait pas partie des indications thérapeutiques de la crème *** tut ***.

Je préfère donc trouver des produits spécialement conçus à cet effet.


Pourquoi ai-je sélectionné le Baume Kare ?


Tout d’abord, j’ai cherché un baume / une crème de soin post-tatouage après en avoir découvert un à l’occasion d’une convention Tattoo.

Ce produit me semblait intéressant, mais j’ai coincé sur le conditionnement en aluminium. À chacun ses critères.


Je me suis donc mis en quête d’un baume / d’une crème de soin après tatouage :

  • Composé(e) d’ingrédients naturels.
    Et idéalement bio ou issus de l’agriculture raisonnée.
  • Conditionné(e) en pot en verre (neutralité de ce contenant).
  • Made in France.
    Pas de raison d’acheter ce qui est produit ailleurs, surtout quand le savoir-faire existe en France.

J’ai découvert à cette occasion une offre en fort développement. Il y a donc un véritable marché qui est en voie de création ; ceci s’explique sans doute par l’engouement croissant pour le tatouage ET la recherche de produits de plus en plus naturels par de nombreux consommateurs.


Le Baume Kare :

C’est le baume Kare qui a retenu mon attention, dans la mesure où il répond pleinement à mes 3 critères de recherche.

Je vous le présente plus en détail ci-après.


Présentation du Baume Kare | Soin après Tatouage


Composé d’ingrédients naturels :

Le Baume Kare est composé de :

  • Cires d’origine naturelle : Mimosa vert, Tournesol et Jojoba.
  • Huile de coco.
  • Cire d’abeille.

Ces différents ingrédients d’origine naturelle disposent chacun de vertus, parfois communes, parfois propres.

L’huile de coco me semble être l’ingrédient phare (ce qui n’enlève pas l’intérêt des autres, pour autant), tant elle présente de vertus : hydratation, réparation de la peau, apaisement des rougeurs et démangeaisons.
Elle présente des caractéristiques similaires à celles de l’Aloé Vera.


Conditionné en pot de verre :

Certaines matières utilisées pour les contenants proposés par d’autres marques de baume de soin sont considérées comme non neutres : le plastique et l’aluminium notamment.

Pour ma part, lorsque j’ai le choix, j’achète des produits avec des contenants en verre.

Certains considèrent qu’il s’agit d’un aspect anecdotique. De mon point de vue, ça ne l’est pas ; d’où ma préférence.

Le Baume Kare est conditionné sous verre, ce qui répond à mes attentes dans ce domaine.


Fabriqué en France :

« Nos emplettes sont nos emplois » nous disait un spot publicitaire des années 1990, à l’instigation des CCI françaises.

Le temps a passé, le Made in France, souvent utilisé comme argument par les hommes politiques (en temps de campagne, après les élections, c’est autre chose) reste à mes yeux un argument important.

Je suis Français, je vis en France. Défendre en priorité des entreprises qui produisent en France (et pour le e-commerce, qui sont établies en France) est un acte de solidarité économique. Et de bon sens.

Cela n’est pas une question idéologique. Le temps de l’idéologie est à mon sens révolu. Il s’agit bien plus d’un réflexe de survie économique.


Le Baume Kare est produit en France.
Par une société française.


Utilisation du Baume Kare


Le Baume Kare est particulièrement recommandé durant la phase de cicatrisation de votre tatouage.


La phase de cicatrisation peut durer de 2 à 4 semaines, selon votre réaction.

Lorsque vous venez de vous faire tatouer, la partie de votre corps tatouée est probablement recouverte de film transparent. Certains tatoueurs appliquent des pansements.


Durant les premières 24 heures :

Votre tatoueur vous aura certainement conseillé de retirer le film transparent (ou le/les pansement(s)) au bout de quelques heures.

Lavez la zone tatouée à l’eau claire tiède, ou éventuellement avec du savon (soit PH neutre, soit de type surgras) puis séchez délicatement la zone concernée : ne frottez pas ; tamponnez avec une serviette propre (de préférence en coton).

Si votre tatouage ne suinte pas, laissez la zone tatouée à l’air libre.


Le lendemain :

Après 24 heures, vous pouvez commencer à appliquer le Baume Kare.

L’application doit s’effectuer par touches délicates.
Prélevez une noix de baume, et déposez-la sur la zone tatouée.
Étalez-la ensuite en effectuant un mouvement circulaire, sans trop appuyer.
Votre peau va en absorber rapidement une partie, mais veillez à ce qu’il reste un léger excédent. Celui-ci sera absorbé dans les heures qui suivent.

Renouvelez l’opération 2 fois par jour (soit 3 applications au total), dont 1 avant le coucher.

Procédez ainsi durant au minimum 15 jours.

Au bout de 15 jours, vous pouvez passer à 2 applications par jour : une au réveil, une avant le coucher.

Procédez ainsi jusqu’à cicatrisation totale de votre tatouage (= plus de suintement, plus de démangeaison).


Après cicatrisation :

Une fois la phase de cicatrisation terminée, si vous ressentez le besoin d’hydrater votre peau d’une manière générale, préférez le Baume Kare aux autres crèmes hydratantes, au moins sur la zone tatouée.


Sur vos tatouages plus anciens :

Vous pouvez également utiliser le Baume Kare dans les mêmes conditions que celles indiquées ci-dessus pour tous vos tatouages, même les plus anciens.

Un tatouage a besoin d’une bonne hydratation dans la durée, tout comme le reste de votre peau.


Soin après Tatouage | Surveillez l’évolution de votre tatouage


La phase de cicatrisation conditionne en grande partie la durabilité de votre tatouage, ainsi que la bonne réaction de votre corps.

Si durant cette phase, vous constatez des effets tels que :

  • Accès de fièvre.
  • Gonflements importants de la zone tatouée.
  • Purulence excessive.

consultez un médecin ET prévenez votre tatoueur.


Certains de ces symptômes – notamment des accès de fièvre – peuvent survenir de manière coïncidente (sans lien avec votre tatouage), mais il ne faut pas laisser de place au doute.
La consultation médicale s’impose donc.


Où acheter le Baume Kare ?


La société KARE dispose de sa propre boutique en ligne.

Pour y accéder, cliquez ici >>


En conclusion


Prendre soin de votre tatouage durant la phase de cicatrisation est déterminant.

Le Baume Kare est une réponse spécialement étudiée pour répondre aux besoins d’une peau tatouée : hautement hydratante, elle présente également des vertus cicatrisantes, sans pour autant recourir à des substances dites chimiques (tout, ou presque, est « chimie », mais disons qu’il y a chimie naturelle et chimie… pas naturelle :p).


Guide du Futur Tatoué :

Si vous envisagez de vous faire tatouer, nous vous recommandons de lire ce guide qui a été spécialement conçu pour vous :


La zebi les Loulous Ride Your Lifers 🙂


Tout plein de billets sur le Tatouage :




Crédits :
Illustration principale : https://www.karebaumetatouage.com/

L’article Soin après Tatouage | Baume Kare est apparu en premier sur Ride Your Life.

]]>
https://ride-your-life.fr/tatoos/soin-apres-tatouage-baume-kare/26/11/2019/feed/ 0 7924